0

A la découverte d'une brasserie-bar de bière de maïs à Tonga

Tcha Biere Maiis Qeenivet Yem dans le bar

Tue, 14 Sep 2021 Source: Le jour n°3500

Quatre bancs mal taillés placés derrière des tables recouvertes d’un tissu lisse, des gobelets en plastique, trois bidons plastiques et une grande casserole, voilà la quasi-totalité du mobilier de la boutique de la tante de Qeenivet Yem.

Il faut y ajouter une mini-chaîne HD, qui distille de manière tonitruante de la musique locale, pour vivre le confort de cet espace d’environ 16m² qui attire son petit monde au marché de Tonga.

Le weekend, c’est une jeune fille de 20 ans, parce que née en 2001 à Mbum, un village de l’arrondissement de Fundong, dans le Nord-Ouest, qui tient les commandes. En lieu et place de sa tante, qui en profite pour faire autre chose. Entre deux clients à qui elle sert quelque chose à goûter, elle explique qu’elle est arrivée à Tonga en 2016. Pas à cause de la crise qui déclencha cette année, mais pour travailler. En fait, elle est femme de ménage chez un fonctionnaire local, qui l’utilise uniquement en semaine, lorsque lui et son épouse sont occupés par leurs tâches professionnelles.

Le week-end donc, elle reçoit dans la boutique de sa tante qui lui a trouvé ce travail des clients assoiffés, qui veulent étancher leur soif avec de la bière de maïs. Le ‘’cha’’, un breuvage traditionnel très populaire dans le Nord-ouest. «Mes clients sont de toutes origines et sont très gentils. Depuis que je vends, personne ne m’a offensé, sauf quand je refuse de faire le crédit», explique-t-elle.

«C’est aujourd’hui qu’on a réouvert. Ces derniers jours, la boutique était fermée. Les gens nous ont menacés. Ils ont dit que nous allons partir », reconnait-elle.

Elle qui avoue pourtant n’avoir jamais eu la moindre altercation avec un voisin au quartier 21 où elle réside, avant de vaquer à ses occupations.

«En dehors des événements de l’autre jour, les anglophones n’ont pas de problème à Tonga», se satisfait celle qui compte vider ses bidons avant la fin de cette journée de marché très courue.

Source: Le jour n°3500