0
General News Fri, 13 May 2022

Abomination : arrestation d’un prêtre infecté qui viole des mineures et femmes mariées à Bertoua

• Encore un cas de viol sur mineure dans une paroisse

• Le prêtre est malade physiquement et psychologiquement

• La vie de nombreuses femmes est en jeu



Le phénomène d’abus sexuel sur mineure devient extrêmement alarmant au Cameroun. Là où le bât blesse, c’est que les prêtres, hommes de Dieu censés montrer la voie aux fidèles, deviennent les dépositaires de ces actes ignominieux. A Bertoua, une fille non encore majeure en a été victime, tout comme d’autres femmes mariées.

Le prêtre pédophile est curé de la paroisse plateau à Mokolo-Bertoua. Il s’appelle Emilien Messina. Dans les faits, l’abbé est accusé de viol et contamination au VIH Sida des centaines de jeunes filles et femmes mariées.

Il a été placé sous mandat de dépôt provisoire à la prison de Bertoua, suite à une plainte des parents d'une jeune fille âgée de 17 ans aujourd'hui dont il abuse sexuellement depuis qu'elle est âgée de 14 ans. La victime était servante de messe dans la paroisse avec l'espoir de guérir d'un cancer.

Cet énième scandale choque les populations en ce sens qu’il met à nu les attitudes inhumaines des prêtres catholiques. Des sources bien renseignées sur l’affaire indiquent que des dizaines d'autres plaintes sont en train d'être déposées auprès des services compétents contre l'homme de Dieu.

En effet, d'autres victimes auraient jusque-là gardé le silence, ignorant que l’homme accusé était infecté. Elles sont dorénavant obligées de se montrer pour que justice soit faite, si ce n’est pas trop tard.

27 ans après son assassinat, le Père le plus instruit du Cameroun refait surface

Vincent-Sosthène Fouda-Essomba, né le 20 décembre 1972 à Yaoundé au Cameroun, est un journaliste, écrivain, politologue et homme politique. Il a un grand regret : la mort d’Engelbert Mveng ajouté au fait qu’il soit compétemment tombé dans l’oubli. Né le 09 mai 1930, Engelbert Mveng est un prêtre jésuite camerounais, auteur dans les domaines de l’art, l’histoire, l’anthropologie et la théologie. Il est décédé le 22 avril 1995 à Yaoundé.

Vincent-Sosthène Fouda-Essomba a publié un message sur Facebook dans lequel il revient sur Engelbert Mveng : « Celui que le monde entier nous enviait, nous l’avons tué », écrit-il. L’intégralité de sa publication.

Engelberg Mveng aurait 92 ans aujourd’hui. Passé l’émotion que suscita son assassinat, avec une mobilisation sans précédente de l’intelligentsia camerounaise soutenue par l’Afrique toute entière, le soufflé est retombé et la mémoire se ruine. Celles et ceux qui tuent ont la vertu de la patience. Chaque jour qui passe efface dans la mémoire collective celui qu’on a étranglé dans sa résidence de Nkol-Afene le 27 avril 1995.

Pas un colloque, pas une ligne dans la presse, pas une stèle y compris dans les institutions dans lesquelles il dispensa le savoir. Le souvenir est une histoire générationnelle. Jean Marc Ela, Louis Paul Ngongo, Senghor ne sont plus de ce monde. Hebga, le confrère Jésuite qui dit l’homélie le jour de ses funérailles, Mgr Jean Zoa qui obligea le représentant personnel du chef de l’Etat à garder sa médaille en poche, sont aussi partis.

La jeunesse camerounaise est en quête du pain quotidien et n’a donc pas le temps du soupir, pour les assassins ce silence assourdissant n’est que du pain bénit. Et juste retour des choses dans l’effacement de la mémoire ! Dépouiller un peuple de sa mémoire et vous l’avez en esclavage pour toujours.

Engelberg Mveng fut un homme entier. Il a exploré quasiment tous les domaines du connaissable, les philosophies de l’existence, la phénoménologie, l’herméneutique, la psychanalyse, la linguistique, l’exégèse biblique, la politique, la poétique, la théorie littéraire, l’épistémologie, la philosophie analytique, les théories de la justice ou l’histoire, la théologie n’ayant esquivé aucune confrontation avec les grandes pensées du siècle, je reste persuadé que son long questionnement fasse surface un jour pour attester de sa vivacité et de son pouvoir heuristique.

Théologien de l’écoute et du dialogue, lecteur par excellence, qui s’est nourri des plus grandes œuvres et les a nourries – Aristote, Jaspers et Husserl, Spinoza et Kierkegaard, Hegel, Freud, Marx et Nietzsche, Gadamer, Austin, Habermas, Arendt, Heidegger, Lévi-Strauss, Patočka, Levinas, Rawls… – Paul Ricœur s’est durablement confronté à l’Afrique pour lui restituer son âme volée au point de devenir le Père de la théologie de la libération.

Il y a deux ans, le Jésuite Camille Mukoso dans Vatican New, reprenait cette interrogation centrale de Engelberg Mveng : « L’Afrique en devenant chrétienne prolonge-t-elle son expérience religieuse pour son accomplissement historique et son propre dépassement ? Le christianisme, en devenant africain, continue-t-il aussi sa propre expérience religieuse pour son accomplissement historique et son propre dépassement ? » la question se pose encore aujourd’hui avec plus d’exigence de réflexion avant l’exigence de réponse.

Engelberg Mveng a quitté notre monde avant l’irruption des réseaux sociaux, je vois de la malice dans ses yeux. Il avait été envoyé en Algérie par le Cameroun afin de suivre devant un écran télé le premier pas de l’homme sur la lune, il en demeura émerveillé toute sa vie. Alors nous tentons fébrilement de lui donner un visage dans les réseaux sociaux, un visage accessible à nos enfants. Joyeux anniversaire Engelberg.
Source: www.camerounweb.com