0
Menu
Infos

Attaque d’un lion dans l’Extrême-Nord: une des 9 victimes a rendu l’âme

Tue, 23 Feb 2021 Source: Cameroon Info

Cette dernière a succombé à ses blessures après l’attaque.

Dans la nuit du 20 au 21 février 2021, un lion a attaqué plusieurs individus dans la localité de Woulki, arrondissement de Makary, Département du Logone et Chari, région de l’Extrême-Nord. Le prédateur n’a pas fait de victimes sur le coup. Toutefois, il a tout de même blessé 9 personnes dont une grièvement. Après son attaque, l’animal a été abattu par les Ecogardes puis décapité. Les images de sa tête séparée du reste de son corps ont été abondamment relayées dans les réseaux sociaux provoquant presqu’un tollé auprès des amoureux des animaux. Alors qu’on croyait cet incident complétement clos. La Crtv a révélé dans un reportage diffusé sur sa plateforme numérique ce mardi 23 février 2021, qu’une des victimes a finalement succombé à ses blessures. Quant au reste des blessés, ils reçoivent toujours des soins à l’hôpital de district de Makary.

Pour mémoire, un lion, dont on ignore la provenance, a semé la panique dans la localité de Woulky la semaine dernière. Cependant, plusieurs experts interrogés par nos confrères s’accordent à dire qu’il s’agirait certainement d’un vieux lion qui a abandonné la meute pour s’attaquer aux proies faibles, à l’instar des êtres humains. Déroulant les raisons qui ont poussé les écogardes à tuer le fauve de Woulki, au lieu d’opter pour un endormissement, nos confrères de la CRTV ont surtout évoqué le cadre juridique.

«Pour éviter qu’il fasse plus de victimes, le lion en question a été abattu par des éléments du ministère de la Forêt et de la Faune, ainsi que des forces de défense. Sur les réseaux sociaux, les avis sont partagés. Plusieurs personnes condamnent l’abattage de l’animal qui est un atout culturel et touristique du pays. Pourtant, au vu des faits, la législation est claire. Au Cameroun, la loi N°94/01 du 20 janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la pêche est la référence par rapport à ce type de cas. Dans le grand titre IV traitant de la Faune, les articles 82 et 83 du chapitre III sont précis. Article 82 : Lorsque certains animaux constituent un danger pour les personnes et/ou les biens ou sont de nature à leur causer des dommages, l’administration chargée de la faune peut faire procéder à des battues contrôlées suivant des modalités fixées par arrêté du Ministre chargé de la faune», lit-on sur le site internet du média gouvernemental.

Source: Cameroon Info

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.