0

Ce que Charles Ndongo (DG CRTV) pense de Fotso Victor

Charles Ndongo, Directeur Général De La CRTV Le directeur de la CRTV a une affection pour l'homme d'affaires

Tue, 24 Mar 2020 Source: cameroon-info.net

Le journaliste principal hors échelle s’est exprimé dans les colonnes du quotidien gouvernemental Cameroon Tribune paru le 23 mars 2020.

Le DG de la Cameroon Radiotélévision (CRTV), Charles Ndongo, a eu une expérience unique avec Fotso Victor. «Notre toute première rencontre remonte à début juillet 1990, au lendemain de son entrée au Comité central du RDPC, après l’historique congrès d’ouverture au multipartisme. Feue sa fille, Me Florence Fotso, l’avait alors persuadé de se montrer et de parler pour la première fois à la télévision nationale. D’un commun accord, les deux auxquels s’étaient joint le fils Yves Michel Fotso, m’avaient choisi pour conduire cette interview…», relate le journaliste principal hors échelle dans les colonnes de Cameroon Tribune.

«M. Fotso Victor s’était révélé comme un personnage peu disert mais vrai, peu loquace mais perspicace, complexe mais cohérent, quelque fois désarmant par son humour décapant, mais toujours plein de bon sens, d’allusions imagées et de références proverbiales… un républicain bon teint. Fermement attaché à son Bandjoun natal qu’il a façonné jusqu’à en faire une ville coquette, il n’en a pas moins développé un véritable culte des institutions étatiques centrales. Dans la même veine, il était d’une absolue loyauté envers le Président de la République Paul Biya», se lâche Charles Ndongo.

«M. Fotso Victor voyait loin et juste. Je me souviens qu’au cours de notre entretien mémorable de juillet 1990, il avait eu ce pronostic étonnant: ’’le Président Ahidjo a mis 24 ans au pouvoir; le Président Paul Biya va le dépasser, je vous dis, n’est-ce pas nous sommes là ? Au moins 35 ans au pouvoir, vous allez voir», affirme le patron de la CRTV.

«C’était un personnage immense. Imposant par sa carrure physique que renforçaient un charisme naturel ainsi qu’une élégance d’un infini raffinement, et une stature sociale nationale. Son œuvre est à cette image, gigantesque, plurisectorielle, étendue, visible et palpable partout au Cameroun et au-delà…», peut-on lire.

«M. Fotso Victor était surtout connu pour être immensément riche et généreux. ‘’Je reçois, je donne’’, était pour lui une forme de devise, peut-être l’épitaphe la plus parlante à inscrire sur sa pierre tombale. De cette colossale fortune, cependant, il ne parlait qu’avec pudeur, préférant réaliser des œuvres qui en témoignent… En fin de compte, M. Fotso Victor était monumental. Sans être un intellectuel, il était clairement fait d’un bois hors norme», reconnait Charles Ndongo.

Source: cameroon-info.net