0

Conflit Ukraine - Russie : cinq scénarios potentiels de l'issue de la guerre

 125016459 Gettyimages 1240970450 Les guerres vont et viennent. L'invasion de l'Ukraine par Vladimir Poutine ne fait pas exception

Sat, 4 Jun 2022 Source: www.bbc.com

Les guerres vont et viennent. L'invasion de l'Ukraine par Vladimir Poutine ne fait pas exception.

Les premières craintes d'une conquête rapide ont été suivies d'une retraite russe et d'une résistance ukrainienne. Une offensive russe plus ciblée à l'est a suivi.

Mais 100 jours plus tard, quelle pourrait être l'issue de cette guerre ?

Voici cinq scénarios potentiels. Ils ne s'excluent pas mutuellement, mais sont tous plausibles.

1 - Guerre d'usure



La guerre pourrait se poursuivre pendant des mois, voire des années, alors que les forces russes et ukrainiennes s'infligent mutuellement des pertes.

L'intensité change au gré des gains et des pertes des deux camps. Aucun des deux camps n'est prêt à abandonner. Le président russe, M. Poutine, estime qu'il a tout à gagner à faire preuve d'une patience stratégique, en pariant que les pays occidentaux souffriront d'une "fatigue de l'Ukraine" et se concentreront davantage sur leurs crises économiques et la menace chinoise.

L'Occident, quant à lui, fait preuve de détermination et continue de fournir des armes à l'Ukraine. Des lignes de front semi-permanentes sont établies. Peu à peu, la guerre devient un conflit gelé, une "guerre éternelle".

Mick Ryan, général australien à la retraite et spécialiste des questions militaires, déclare : "il y a peu de chances que l'une ou l'autre des parties remporte une victoire opérationnelle ou stratégique écrasante à court terme. Aucun des belligérants n'a démontré sa capacité à porter un coup stratégiquement décisif."

2 - Poutine annonce un cessez-le-feu



Et si le président Poutine surprenait le monde par un cessez-le-feu unilatéral ? Il pourrait empocher ses gains territoriaux et déclarer la "victoire".

Il pourrait prétendre que son "opération militaire" est terminée : Les séparatistes soutenus par la Russie dans le Donbas sont protégés ; un corridor terrestre vers la Crimée est établi. Il pourrait alors chercher à se donner une morale, en faisant pression sur l'Ukraine pour qu'elle cesse de se battre.

"C'est un stratagème qui pourrait être utilisé par la Russie à tout moment, si elle veut tirer parti de la pression européenne sur l'Ukraine pour qu'elle se rende et cède des territoires en échange d'une paix théorique", déclare Keir Giles, expert de la Russie au groupe de réflexion Chatham House.

Les arguments sont déjà entendus à Paris, Berlin et Rome : il n'est pas nécessaire de prolonger la guerre, il est temps de mettre fin à la souffrance économique mondiale, faisons pression pour un cessez-le-feu.

Cependant, les États-Unis, le Royaume-Uni et une grande partie de l'Europe de l'Est s'y opposeraient, car les responsables politiques estiment que l'invasion russe doit échouer, pour le bien de l'Ukraine et de l'ordre international.

Un cessez-le-feu unilatéral de la Russie pourrait donc changer la donne, mais pas mettre fin aux combats.

3 - Impasse du champ de bataille

Que se passera-t-il si l'Ukraine et la Russie concluent qu'elles ne peuvent pas aller plus loin militairement et entament des pourparlers en vue d'un règlement politique ?

Leurs armées sont épuisées, à court d'hommes et de munitions. Le prix du sang et du trésor ne justifie plus la poursuite des combats. Les pertes militaires et économiques de la Russie ne sont pas durables. Le peuple ukrainien en a assez de la guerre et ne veut pas risquer davantage de vies pour une victoire éternellement insaisissable.

Que se passera-t-il si les dirigeants de Kiev - qui ne font plus confiance au soutien continu de l'Occident - décident que le moment est venu de discuter ? Le président américain Joe Biden admet ouvertement que l'objectif des États-Unis est que l'Ukraine soit "dans la position la plus forte possible à la table des négociations".

Mais il se peut que le champ de bataille ne soit pas dans l'impasse pendant de nombreux mois et que tout règlement politique soit difficile, notamment en raison du manque de confiance de l'Ukraine envers la Russie. Un accord de paix pourrait ne pas durer et être suivi de nouveaux combats.

4 - Une "victoire" pour l'Ukraine



L'Ukraine pourrait-elle - contre toute attente - obtenir quelque chose qui s'approche d'une victoire ? Pourrait-elle obliger les troupes russes à se retirer là où elles se trouvaient avant l'invasion ?

"L'Ukraine gagnera définitivement cette guerre", affirme le président du pays, Volodymyr Zelensky, à la télévision néerlandaise cette semaine.

Et si la Russie ne parvient pas à s'emparer de tout le Donbas et subit de nouvelles pertes ?

Les sanctions occidentales frappent la machine de guerre russe. L'Ukraine lance des contre-attaques en utilisant ses nouvelles roquettes à longue portée et en reprenant des territoires où les lignes d'approvisionnement russes sont étirées. L'Ukraine fait passer son armée d'une force défensive à une force offensive.

Ce scénario est suffisamment plausible pour que les responsables politiques s'inquiètent déjà de ses conséquences. Si M. Poutine était confronté à la défaite, ne risquerait-il pas une escalade, en utilisant potentiellement des armes chimiques ou nucléaires ?

L'historien Niall Ferguson a récemment déclaré lors d'un séminaire au Kings College de Londres : "il me semble peu probable que Poutine accepte une défaite militaire conventionnelle alors qu'il dispose d'une option nucléaire".

5 - Une "victoire" pour la Russie



Et qu'en est-il d'une éventuelle "victoire" russe ?

Les responsables occidentaux soulignent que la Russie, malgré ses premiers revers, a toujours l'intention de s'emparer de la capitale Kiev et de soumettre une grande partie de l'Ukraine. "Ces objectifs maximalistes restent en place", a déclaré un officiel.

La Russie pourrait capitaliser sur ses gains dans le Donbas, libérant des forces pour les utiliser ailleurs, peut-être même en ciblant à nouveau Kiev. Le simple poids des effectifs russes est mis à contribution. Les forces ukrainiennes continuent de souffrir.

Le président Zelensky admet déjà que jusqu'à 100 soldats ukrainiens meurent et que 500 autres sont blessés chaque jour.

Le peuple ukrainien pourrait se diviser, certains voulant continuer à se battre, d'autres souhaitant demander la paix. Certains pays occidentaux pourraient se lasser de soutenir l'Ukraine. Mais également, s'ils pensaient que la Russie était en train de gagner, d'autres pourraient vouloir une escalade.

Un diplomate occidental m'a confié en privé que l'Occident devrait tester une arme nucléaire dans le Pacifique pour avertir la Russie.

L'avenir de cette guerre n'est pas encore écrit.

Source: www.bbc.com
Related Articles: