0
General News Thu, 9 Dec 2021

Covid-19, nouveau variant 'Omicron': non, le Cameroun ne va pas fermer ses frontières

Le pays n'envisage pas encore de fermer ses frontières. Les autorités sanitaires affirment avoir déjà pris ses dispositions pour empêcher cette nouvelle souche de la Covid-19 de pénétrer sur le territoire.

Officiellement signalé en Afrique du Sud le 24 novembre, ce nouveau variant très contagieux aurait en fait commencé à se propager dans le monde plusieurs jours plus tôt, les autorités sanitaires néerlandaises ayant annoncé mardi qu'Omicron circulait déjà aux Pays Bas le 19 novembre. Le variant a été détecté dans deux échantillons de tests prélevés les 19 et 23 novembre et une des deux personnes concernées n'avait pas voyagé récemment, ce qui suggère qu'Omicron circulait déjà dans le pays, selon l'Institut néerlandais de la santé et de l'environnement (RIVM).

Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, a annoncé avoir enregistré ses trois premiers cas chez des personnes ayant voyagé en Afrique du Sud. Quelques heures auparavant, le Brésil faisait état de deux premiers cas - les premiers en Amérique latine - chez des voyageurs venant également d'Afrique du Sud. Le nouveau variant « n'a pas encore été détecté au Cameroun », affirme le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie, dans un communiqué publié le 29 novembre. Toutefois, les autorités sanitaires assurent que le pays a déjà pris ses dispositions pour empêcher cette nouvelle souche de la Covid-19 de pénétrer sur le territoire camerounais. « Conformément aux très hautes directives du chef de l'État relatives à la lutte contre la propagation de ce variant dans notre pays, les mesures de surveillance et de dépistages aux frontières ont été renforcées pour identifier le plus précocement possible les cas contaminés, afin de mettre en quarantaine l'ensemble des personnes contacts à risque », affirme le Minsanté.

Le protocole sanitaire actuellement en place aux frontières prévoit que toute personne débarquant au Cameroun doit non seulement être munie d'un résultat de test PCR négatif datant d'au moins 48h, mais doit également subir un test de dépistage rapide à son arrivée.

«Pourront être considérées comme cas possibles de contamination au variant Omicron, les personnes s'étant rendu en Afrique australe dans les 14 derniers jours et ayant un résultat de test positif avec un criblage négatif pour les mutations retrouvées dans les autres variants préoccupants (Alpha, Bêta, Gamma, Delta)», précise le ministre. Ce dernier indique que le séquençage des prélèvements de ce nouveau variant est en cours d'organisation afin de disposer « d'un diagnostic dans les meilleurs délais ».

Par ailleurs, les services techniques compétents ont été instruits de renforcer les mesures d'identification et d'isolement des cas possibles et de leurs personnes contacts à risque, «avant même l'obtention des résultats du séquençage», ajoute-t-il. Pour l’heure, le pays de Paul Biya n'envisage pas de fermer ses frontières aux personnes en provenance d'Afrique australe, alors que plusieurs nations, comme la France et le Gabon, ont pris la décision d'interdire sur leur territoire des voyageurs venant de cette région du continent.
Source: Info Matin - N°999