0
Menu
Infos

Désarmement des sécessionnistes: Paul Biya a loupé sa cible

Fri, 14 Dec 2018 Source: SANAGA INFO HEDDO N°004

Le président de la république a décidé ce vendredi 30 novembre, de la création d'un comité national de désarmement de démobilisation et de réintégration des ex combattants du Boko haram et des groupes armés rebelles des régions du nord-ouest et du Sud-Ouest.

Dans son communiqué rendu publique ce 30 novembre, le secrétaire général de la présidence indique que, La création de ce comité par Paul Biya, « vise à offrir un cadre d’accueil et de réinsertion social aux repentis du Boko haram et membres des groupes armés des régions du Nord-ouest et du Sud-Ouest désireux de répondre à l’offre de paix formulée par monsieur le président de la république dans son discours d’investiture du 06 novembre en déposant volontairement les armes ».

Le comité dispose de centres régionaux à Bamenda, Buea, et Mora, dans lesquels se dérouleront les opérations de désarmement de démobilisation et de préparation à la réintégration. « Le chef de l’état lance à cet égard un appel aux chefs traditionnels et religieux et à toutes les personnes de bonnes volontés pour qu’elles appuient les efforts des autorités administratives en sensibilisant les membres des groupes armés afin qu’ils saisissent cette opportunité de revenir dans le droit chemin », indique le Sgpr dans son communiqué.

A LIRE AUSSI: Libération de 289 détenus: Cabral Libii lance des piques Paul Biya

Le DDR sera piloté par le chef du gouvernement, mais dix ministres sont également impliqués, notamment celui de l'Administration territoriale, le ministre de l'Agriculture ou encore celui de la Défense. L'objectif est clair : offrir à ceux qui acceptent de déposer les armes de retourner à la vie civile.

Le comité mis en place par le président de la république prévoit que les armes soient collectées, les anciens combattants cantonnés et accompagnés, notamment dans des programmes de déradicalisation. Le processus doit concerner deux parties du pays. D'abord l'extrême-nord où Boko Haram est toujours capable de mener des attentats-suicides sur le sol camerounais.

Même si d’aucuns s’interrogent sur l’efficacité de ce comité, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’un signal fort dans la recherche des solutions à la crise anglophone et d’avantage une main tendu du chef de l’Etat pour un retour à la paix. Le chercheur Raoul Sumo du Centre des études stratégiques de Yaoundé estime qu'à Mora, où vivent une centaine de repentis, comme on les appelle, le processus existe déjà de manière officieuse.

A LIRE AUSSI: Crise anglophone: Paul Biya brise le rêve de la femme de Sisiku Tabe

Le nouveau projet apporte un cadre. « C'est vrai que ça ne va pas totalement résoudre le problème, mais si ce processus s'inscrit dans un cadre beaucoup plus large, je crois que ce sera efficace. Il ne s'agit pas d'une inflexion au sens strict du terme, mais je crois que c'est un premier pas vers la gestion politique de cette guerre », estime-t-il.

Mais pour le politologue Hans de Marie Heungoup, de l'International Crisis Group, la situation est tout autre dans les régions de l'ouest anglophone, où les séparatistes multiplient les attaques. Il estime que le moment est mal choisi. « Difficile de mettre en place un processus de désarmement et de réinsertion sans avoir auparavant signé un accord de paix, ou au moins engagé des négociations », estime-t-il.

Source: SANAGA INFO HEDDO N°004

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.