0

Douala : déguerpissement illégal à Dikolo Bali depuis ce matin, les populations dans la rue

Les Responsables Du Deguerpissements C'est la désolation

Sat, 14 May 2022 Source: www.camerounweb.com

C’est la désolation à Douala depuis plusieurs heures notamment à Deido au lieu dit Bonantonè. Selon l’activiste Shance Lion le ministre Eyebe Ayissi a fait signer au premier ministre, Joseph Dion Ngute un décret d'expropriation sur la base de fausses informations foncières.



-A titre d’information, Le titre foncier 750/W, cité dans le décret qu’on le Ministre du cadastre et des Affaires Foncières a fait signer au Premier Ministre et dont on lui dit qu’il appartient à l’état du Cameroun se trouve localisé à Deido au lieu dit Bonantonè et est enregistré dans les Livres fonciers au nom de

Dame ENDALLE MOUNGA MOUANDJO MADELEINE d’une superficie de 242 m2, à 6 kms des lieux de l’expropriation.

-La DUP n°000033/MINDCAF/A10 DU 14 MARS 2019 concerne le lieu dit « BESSEKE », l’expropriation en cours concerne le lieu dit

« DIKOLO » qui se trouve à 300 mètres de là.

« Besseke » se trouve sur les lieux de l’ancienne gare de Douala, dans le canton Akwa, derrière le collège Libermann alors que Dikolo est le lieu où vivait la mère du Prince Rudolph Douala Manga Bell et où il a passé sa dernière nuit avant son exécution en aout 1914, cet endroit, sacré et chargé de symbole, est situé en face du drain qui longe la voie rapide juste avant les feux de signalisation du carrefour Koumassi et relève du Canton Bell donc de Bali. Il est incompréhension qu’une chaine hotellière de la renommée de Marriott veuille se caser en face des égouts de la ville, compte tenu du cahier de charge qui est imposé dans le monde entier aux promoteurs hôteliers), En réalité cette accumulation d’erreurs n’est pas anodine, elle avait pour but de distraire l'attention du Premier Ministre, d’embrouiller les autorités administratives et de chasser d’un lieu sacré et mythique, des

autochtones, pour plus tard reconnaitre que cet endroit n’est pas construisible pour abriter des immeubles de plus de 3 niveaux et se le partager entre amis. Il n’est pas compréhensible que CHI NOUAKO, par ailleurs avocat au Barreau du Québec, n’ait pu remarquer ces incohérences, il y'a lieu de penser qu’il les a personnellement insérer dans les documents sachant qu’il sera difficile de douter de la véracité des faits, dès lors qu’ils sont soumis à l'approbation du Premier Ministre par ses collaborateurs qui étaient de mèche dans cette magouille Foncière.

-Le décret d’indemnisation est antérieur au décret d’expropriation : le décret d’indemnisation est du 02 janvier

2020 alors que le décret d’expropriation est du 09 janvier 2020, comme si avant même d’exproprier les gens on pense à les

indemniser. Tout ceci crée des vices de forme qui appellent urgemment à surseoir à ce décret afin de procéder à une vérification de la régularité et de la légalité des procédures et des documents qu'on a fait signer au Premier Ministre car La Fraude corrompt tout.

-La chaine hotellière a été prévenue de l’action des victimes, de même qu’elle est désormais informée de ce que

le sol des lieux n’est pas construisible

Si moi j'ai pu avoir ces informations, QUID d'un PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT ? N'a-t-il pas un CABINET qui peut recouper ce type d'informations pour son compte afin de lui éviter de telles erreurs ??

Source: www.camerounweb.com