0

Epervier: Serge Etoundi Ngoa cité dans une affaire de disparition de 6 milliards

Pr Laurent Serge ETOUNDI NGOA Interview Camerounweb Pour les proches du ministre l'argent n’est jamais arrivé dans les caisses de ce ministère

Mon, 13 Sep 2021 Source: LA NOUVELLE

C’est la lancinante question que n’ont eu de cesse de se poser les pourfendeurs de Laurent Serge Etoundi Ngoa, le ministre de l’Education de Base (Minedub). Pourtant dans l‘entourage du patriarche, l’on indique à cor et cri que cet argent n’est jamais arrivé dans les caisses de ce ministère.

C’est le 25 mai 2021 que Laurent Serges Etoundi Ngoa, le ministre de l’Education de Base devait passer devant les enquêteurs du Tes. Surtout au moment où certaines sources indiquaient alors que le Minedub n’avait fait aucun engagement relatif à la dotation qu’il n’aura d’ailleurs jamais reçue.

Pour être plus précis, ces mêmes sources renseignaient à l’époque que le ministre de l’Education de Base n’avait pas attendu cette dotation pour lutter contre la pandémie. Il se serait tout simplement servi de son budget pour les besoins de la cause.

Le rapport du Minfi de juillet 2021 est clair. Pour implémenter en urgence les mesures prises en amont et assurer le respect des gestes barrières, notamment la distanciation physique à travers l’amélioration du ratio nombre d’élèves par salle de classe, le port du masque et le lavage des mains devraient être appliqués par les élèves et le personnel d’encadrement, le Minedub avait besoin de ressources supplémentaires afin d’améliorer les capacités d’accueil et acquérir les équipements de protection individuelle. C’est d’ailleurs dans ce cadre que ce département ministériel s’est vu allouer des ressources au titre du Cas Covid-19.

Un montant de 6,2 milliards avait alors été requis, non seulement pour couvrir les activités relatives à la désinfection des établissements scolaires pendant la reprise des cours durant la période des examens et la période du 1er trimestre 2020-2021, mais également pour la dotation des écoles en dispositif de lavage des mains, la dotation des centres d’examen du Cepl/Fslc en masques aux élèves et encadreurs, la dotation des écoles en masques aux élèves et encadreurs pour la période du 1er trimestre.

La réhabilitation des salles de classe dans les régions du Centre, Littoral, Ouest, et Sud, la fabrication des tables-bancs, la dotation aux communes pour l’acquisition et distribution des supports pédagogiques pour les élèves en milieu rural (livret pour élèves), le suivi de la mise en œuvre des activités du Fonds spécial de solidarité pour la lutte contre le covid-19.

La mise en place du dispositif national d’enseignement à distance à travers la radio, la télévision, les plateformes internet en ligne et la distribution de supports pédagogiques aux élèves, non sans oublier la formation des acteurs de la chaîne d’encadrement pédagogique et des responsables du système éducatif sur les dispositifs d’enseignement à distance à travers l’internet, la télévision et la radio.

Tout comme la digitalisation des cours du préscolaire et du primaire pour la radio, la télévision et l’internet, et l’organisation de la diffusion des cours et du processus d’apprentissage à travers l’internet, la télévision et la radio.

Le rapport du Minfi nous apprend que 160 dossiers évalués à 6 443 265 775 Fcfa seraient en cours de traitement au Minedub. Et ceci, au moment où l’on parle de 24 marchés évalués à 2,9 milliards, pour 85 lettres commande d’un montant de 2,6 milliards et 28 bons de commande de 133,8 millions. Des dossiers jusqu’ici éligibles et non encore ordonnancés.

Il n’est pas anodin de le relever. La procédure de passation des marchés au sein du Minedub a été l’une des plus complexes. Selon le rapport du Minfi de juillet dernier, en vue de gérer les dépenses liées au Cas Covid-19 au Minedub, l’on a d’abord opté pour la procédure de gré à gré en ce qui concerne l’exécution des marchés publics.

Une fois les demandes adressées au Minmap, après l’autorisation d’exécution suivant cette procédure, les lettres commande et marchés étaient élaborées (trois soumissionnaires par lot) et les sélections faites suivant les critères du moins disant. Par la suite, les dossiers étaient transmis à la Commission centrale du Minmap (Ccm) pour examen.

Dès leur retour, ils étaient alors transmis au Minfi pour l’obtention de l’éligibilité et du visa budgétaire. C’est après ces étapes que le maître d’ouvrage pouvait notifier l’entreprise adjudicataire et procéder à la signature du contrat qui est soumis à la formalité d’enregistrement par le prestataire.

A la fin de la réalisation des prestations, les matériels sont réceptionnés par la commission de réception, suivies des distributions dans les différents services centraux et déconcentrés. Autant d’étapes qui n’ont pas favorisé la consommation à temps de t’enveloppe budgétaire du Compte d’affectation spéciale (Cas) Covid-19 par le Minedub.

Source: LA NOUVELLE