2

Exclusivité : un poste attend déjà Basile Atangana Kouna à Etoudi

Kouna Basile Basile Atangana Kouna a été relâché

Sat, 30 Jul 2022 Source: www.camerounweb.com

• Paul Biya et Ferdinand Ngoh Ngoh ont fait pression

Basile Atangana Kouna a été relâché

Me Christian Bomo Ntimbane revient sur sa culpabilité



Le Camerounais Me Christian Bomo Ntimbane de la Société civile des réconciliateurs a publié un texte sur sa page Facebook dans lequel il aborde le comportement et la culpabilité de l’ancien ministre de l'Eau et de l'Energie qui faisait l'objet de poursuites pénales pour détournement de deniers ou de biens publics.

1- Désolé, ce n'est pas parce qu'une personne craint d'être arrêtée et qu'elle fuit ou s'évade qu'elle est coupable des faits qu'on lui reproche.

Des innocents ont souvent fui parce qu'ils ne voudraient pas être arrêtés, détenus ou condamnés injustement.

Ainsi l'argument brandi par certains selon lequel, Monsieur Basile Atangana Kouna serait coupable parce qu'il avait tenté de s'évader ne saurait, dès lors, à lui seul constituer la preuve de sa culpabilité.

2- Ce n'est pas aussi parce qu'une personne décide de rembourser, mieux de payer les sommes équivalentes aux poursuites engagées contre elle qu'elle serait forcément coupable.

Certains individus ont accepté de transiger avec la justice pour éviter simplement la prison, des longs procès coûteux, de longues années de détention.

C'est d'ailleurs pourquoi de nombreux doctrinaires considèrent que ces procédures dites de Nolle prosequi sont des atteintes aux libertés des personnes détenues ou en difficultés face à la justice. Car elles procèdent à de sortes d’extorsions d'aveux.

Ce n'est pas différent de ceux qui avouent des faits à la suite à de tortures physiques, simplement parce qu'ils ne veulent plus souffrir.

Imaginez un juge qui pose cette condition à une personne poursuivie : "Vous reconnaissez les faits, je vous condamne à une courte peine et vous sortez, mais si vous les niez, je vous inflige 10, 20 ans".

Evidemment, sauf à être téméraire et sacrificiel, ce que ne l'est pas tout le monde, cette personne avouera les faits qu'elle n'a pas commis pour obtenir sa liberté.

Ainsi toutes ces personnes qui accepteraient de rembourser les corps de délit dans le cadre de l'opération Epervier ne seront pas forcément coupables des faits qui leur sont reprochés. Ce qui ne veut pas dire aussi qu'elles n'auraient pas d'autres casseroles.

Dans le cas d’espèce, on ne saurait affirmer péremptoirement que Monsieur Basile Atangana Kouna est coupable parce qu'il a accepté de rembourser la somme supposée être détournée à la base des poursuites engagées contre lui.

Seul un procès contradictoire, devant des juges impartiaux aurait garanti la vérité judiciaire. Ce que malheureusement ne sont pas les procès devant le TCS, cette juridiction hybride soumis à l'exécutif.


Dans son entourage et sur les réseaux sociaux, il se susurre que Basile Atangana Kouna est attendu à un poste stratégique, voire à la tête d’un ministère. Autrement dit, cette libération, avec l’éventualité que l’ancien ministre Basile Atangana Kouna ne soit possiblement pas coupable, comme expliqué par Me Christian Bomo Ntimbane, n’est pas inopportune à l’approche du remaniement ministériel et du départ du président français Emmanuel Macron. Paul Biya aurait à cœur de réparer le tort causé à son ancien collaborateur en lui confiant de nouveau les clés du camion.

Source: www.camerounweb.com