0

Fête du mouton : un imam interpelle les détourneurs de fonds publics

Iman Detournement.jpeg Les prêches ont aussi été axées sur la paix

Wed, 21 Jul 2021 Source: www.camerounweb.com

La célébration de la fête du sacrifice s’est célébrée hier 20 juillet 2021 .

Elle a été l'occasion pour certains imams de revenir sur les multiples problèmes rencontrés au Cameroun depuis quelques années.

Les prêches ont aussi été axées sur la paix.

La célébration de la fête du mouton a été une grande occasion pour certains imans de dire ce qu’ils pensent de la situation au Cameroun. Chez plusieurs imans, la parole a tournée à l’interpellation. Les sermons étaient axés sur le retour de la paix dans les zones en crise, d'une part et la lutte contre les détournements de fonds publics d'autre part. Au camp Berteaux par exemple dans la ville de Douala, le Cheick Moubarak n'a pas manqué de titiller le gouvernement camerounais. Il a notamment invité les gouvernants à s'occuper en priorité des populations au lieu de se servir. Le Covidgate et d'autres scandales financiers ont été relevés par l'imam de la mosquée centrale de Douala. Pour lui il s'agit là des éléments à combattre afin de garantir le plein épanouissement des citoyens camerounais.

Les détournements au Cameroun.

Les détournements des fonds publics ont généré 489,6 milliards FCFA de flux financiers illicites entre 2016-2018, selon l’Agence nationale de l’investigation financière (Anif) qui vient de produire un rapport sur le sujet.

Dans le détail, l’Anif estime que les flux financiers générés par le détournement des deniers publics sont de 438,86 milliards de FCFA en 2018 ; 5,19 milliards en 2017 et 45,57 milliards en 2016. Pour blanchir l’argent détourné du trésor public, révèle l’Anif, certains se lancent dans l’immobilier, la vente des automobiles et d'autres dans la création des quincailleries, les salles de jeux de hasard, les casinos, les fondations et autres organisations caritatives.

Pour l’Agence, les détournements de fonds constituent ainsi une menace « moyennement élevée » et dont la tendance est en augmentation, si on y ajoute les crimes contre les marchés publics, dont la législation (code des marchés publics) assimile les actes incriminés comme étant constitutifs d’atteinte à la fortune publique.

Toujours selon le rapport, le qualificatif « moyennement élevé » attribué à l’infraction de détournement des fonds publics trouve sa justification dans l’ensemble des mesures juridiques, institutionnelles et le caractère assez dissuasif des peines applicables (des emprisonnements fermes allant jusqu'à 30 ans) aux responsables condamnés pour avoir commis cette infraction. Pour autant, les détournements de fonds publics n’ont pas cessé.

Source: www.camerounweb.com