0
Business News Wed, 9 Oct 2019

Guerre ouverte au Bureau de Gestion du Fret Terrestre

Alhadji Hamadou Djika qui serait le Coordonnateur et fondateur du Bureau de Gestion du Fret Terrestre (BGFT) tacle sévèrement les actuels dirigeants de l’intersyndical.

Arrivé à Ngaoundéré pour désamorcer le mot d’ordre de grève lancé par l’intersyndicale des transporteurs pour ce 10 Octobre, l’actuel Coordonnateur national du Bureau de Gestion du Fret Terrestre (BGFT) et du Syndicat National des Transporteurs Routiers du Cameroun (SNTRC) El Hadj Oumarou et Pierre Simé ont reçu un accueil de plus froid et taxé d’usurpateurs de titre par Hamadou Djika, le pionnier du syndicat des transporteurs routiers national.

Faisant suite à une concertation entre les chauffeurs solidaires et l’intersyndicale qui a eu lieue le 27 septembre dernier, les leaders syndicaux appellent à la suspension du mot d’ordre de grève tout en espérant calmer l’ardeur.

Si les transporteurs dénoncent le comportement jugé sadique et narcissique des forces de l’ordre qui arnaquent et volent en toute impunité, Hamadou Djika, de son côté semble avoir un tout autre agenda caché: « Notre problème n’est autre que l’application des textes en vigueur signés par l’ancien Ministre des Transports Issa Tchiroma en 1993 avec Edou Emanuel comme Directeur Général du BGFT. Ces personnes qui sont venues éteindre le feu et qui se disent être des victimes sont simplement des usurpateurs de titre de coordonnateur national, c’est même préjudiciable. On peut même porter plainte contre eux. C’est un cas flagrant d’illégalité et d’illégitimité », fustige t-il.

Par ailleurs, El Hadj Hamadou Djika appelle à un rassemblement des professionnels de transports routiers pour réclamer la convocation d’un dialogue socioprofessionnelle inclusif, à l’image du grand dialogue national qui vient de prendre fin. La manifestation annoncée ce 10 octobre envers et contre tous a très peu de chance d’aboutir car, le Ministre de Transport a interdit le mot d’ordre de grève sous le prétexte de risque de trouble social.

Source: chateaunews.com