0

Guinée : 'les autorités militaires déçoivent déjà'

Guinee Militaire Belle Soeur Camerounweb c’est l’opposant historique et ex premier ministre Cellou Dalein Diallo qui monte au créneau

Thu, 17 Mar 2022 Source: www.camerounweb.com

Aux yeux de la rue et d’une grande partie de la classe politique guinéenne, ils ont réussi à donner une belle leçon à l’ex président Alpha Condé qui était devenu impopulaire pour s’être laissé contaminer par le virus du troisième mandat au pouvoir. Ainsi, aux lendemains du 5 septembre 2021, date du coup d’Etat militaire qui a renversé Alpha Condé, les militaires putschistes, avec à leur tête le colonel Mamadi Doumbouya, ont reçu l’approbation de la population guinéenne d’une bonne partie du reste du continent. Ils incarnaient en effet une force qui se charge du maintien de la démocratie et de la bonne gouvernance dans le pays.

Mais de septembre 2021 à mars 2022, il s’est quand-même écouté six longs mois au cours desquels la classe politique du pays ne semble pas voir une réelle volonté, de la part de ces autorités militaires, de libérer le palais présidentiel de Conacry au profit d’hommes politiques civils. Beaucoup de promesses faites à leur prise de pouvoir semblent également demeurer lettre morte.

Pour dénoncer cet attentisme visiblement délibéré de la part des nouvelles autorités de Conacry, c’est l’opposant historique et ex premier ministre Cellou Dalein Diallo qui monte au créneau, notamment dans un entretien accordé au journal français le point.

A propos du coup d’Etat du 5 septembre 2022, le président du parti UFDG déclare : « les Guinéens et la classe politique ont approuvé le coup d’Etat et ont demandé à la communauté internationale d’accompagner la junte parce que son discours de prise de pouvoir nous avait rassurés » avant de déplorer : « six mois après, nous sommes plutôt déçus car, jusqu’à présent, nous n’avons pas de visibilité. On ne sait pas quand la transition va prendre fin ».

Le nouvel homme fort de Conacry ne semble pas très ouvert au dialogue non plus. Interrogé lors d’un autre entretien accordé à RFI et France 24, rendu public le 11 mars 2022, au sujet d’éventuels échanges qu’il aurait eus avec le colonel Doumbouya, l’opposant historique répond ceci : « personnellement, je n’ai pas pu le rencontrer, pas faute d’avoir essayé, mais je n’ai pas eu de suite favorable ».

Alors, la Guinée est-elle retournée à ses vieux démons de règne sans partage, ou la junte prend-elle tout son temps pour assainir les institutions publiques avant de rendre le pouvoir, comme elle en avait montré l’intention lors du putsch de septembre 2021 ? Il n’y a que le temps qui a la véritable réponse à cette interrogation.

Source: www.camerounweb.com
Related Articles: