0

Impact de la guerre Ukraine - Russie : au Sénégal, "Le prix du fer augmente chaque jour"

 125354639 Omarwade1 les relations avec la clientèle deviennent heurtées.

Wed, 15 Jun 2022 Source: www.bbc.com

"Depuis le début de la guerre entre la Russie et l'Ukraine, le prix du fer augmente chaque jour, toujours différent du prix de la veille. Il peut augmenter deux à trois fois dans la semaine. Ce qui crée des problèmes entre nous et les clients", explique Omar Wade, propriétaire d'une quincaillerie à Rufisque, depuis une vingtaine d'années,

Selon lui, les relations avec la clientèle deviennent heurtées.

"C'est une grande difficulté car si tu vends à quelqu'un aujourd'hui au prix de 50 000 FCFA, si le lendemain tu lui dis que le prix est passé à 55 000 FCFA, il ne peut pas te croire."

"Supposons qu'un client achète 2 tonnes de fer à 51 000 FCFA à ta boutique avec la mention 'Payé non livré' sur la facture, et que le prix du fer monte à 71 000 FCFA pour les 2 tonnes, alors tu perds 20 000 FCFA sans compter que tu vas le lui garder et le lui livrer plus tard tout en supportant le transport", poursuit-il.

Ce qui n'est pas, dit-il, à son avantage.

"C'est comme si chaque matin, tu vadrouilles sans travailler, car tu ne gagnes rien. En réalité, tu perds. En plus, tu t'exposes à des disputes puisque tu avais donné une facture 'Payé non livré' au client."

Le conflit en Ukraine a entrainé beaucoup de bouleversements dans le monde. Le secteur du bâtiment n'est pas épargné au Sénégal où tout est devenu subitement cher.

En un temps record, presque tous les prix des matériaux de construction ont connu une hausse exponentielle.

"Les prix ne peuvent pas être les mêmes tous les jours parce qu'il y a pratiquement des fluctuations toutes les semaines, étant entendu que les importations se font toutes les semaines", explique Omar Diallo, le Directeur du Commerce intérieur du Sénégal.

L'impact sur l'économie sénégalaise se manifeste par un taux d'inflation.

"Nous le vivons au quotidien. Déjà, sur le taux d'inflation, pratiquement sur la hausse des prix, ça se répercute sur notre économie. Aujourd'hui, la hausse des prix entraine une inflation sur le marché national".

Le Directeur du Commerce intérieur sénégalais estime que la compétitivité au plan international est un autre facteur pour ne pas se confronter à un effet de rareté.

"Il y a aussi l'effet de rareté parce que pratiquement, pour aller trouver de la marchandise sur le marché international, il faut être compétitif. Nous ne produisons pas, donc nous sommes dépendants pratiquement de ce qui se produit à l'extérieur."

"Aujourd'hui, en termes d'offres, il y a une diminution de l'offre de produits sur le marché national. Cela impacte aussi sur notre capacité", indique M. Diallo.

Pour lui, "comme le fer entre comme matériau de construction dans l'immobilier, il est clair que si son prix augmente, naturellement, le prix du bâtiment va augmenter et engendrer aussi normalement une hausse du prix du loyer pour ceux qui mettent en location leurs immeubles".

Pourquoi le prix du fer augmente-t-il ?

A la question comment un conflit dans un autre continent peut-il affecter le prix du fer au Sénégal, le Directeur du Commerce intérieur du Sénégal, M. Omar Diallo évoque en premier la mondialisation.

"Il faut d'abord comprendre que nous vivons dans une situation de mondialisation, c'est-à-dire tout ce qui touche un pays, touche fondamentalement un autre. Le monde maintenant est un grand marché ouvert, alors toutes les conséquences des chocs exogènes se répercutent sur le Sénégal."

"Du fait de la guerre en Ukraine, le pétrole a augmenté, les cours du dollar ont flambé et le prix du fret est passé du simple au double", explique le spécialiste.

"Si on payait hier 510 FCFA pour avoir 1 Dollar, aujourd'hui nous devons payer 620 FCFA pour avoir ce même dollar-là. Et ça se répercute sur les prix. Donc, c'est normal que tout ce qui se passe dans le monde se répercute ici. C'est ce qu'on appelle les origines exogènes de la hausse des prix", affirme Omar Diallo.

Selon lui, la cause est à chercher dans la situation de conflit où est plongé le corridor de la mer Noire qui était jadis utilisé par beaucoup de navires pour acheminer les marchandises.

"La mer Noire étant dans une zone de conflit, les bateaux la contournent pour passer vers d'autres circuits qui vont rallonger le trajet", dit-il.

"Aujourd'hui, tout le monde souffre de la hausse du prix du pétrole qui influe sur les prix du carburant qui augmentent et impactent les moyens de transport", poursuit-il.

"Beaucoup préfèrent suspendre leurs travaux"

"Depuis l'éclatement de la guerre [en Ukraine], les choses sont devenues trop dures pour nous car si le fer est trop cher, les propriétaires des chantiers n'achètent pas et cela nous affecte beaucoup", confie Alioune Thiam, un ferrailleur âgé d'une trentaine d'années.

"La hausse des prix a diminué notre volume de travail car les entrepreneurs sont touchés et beaucoup préfèrent suspendre leurs travaux en attendant une nette amélioration dans les prix", souligne-t-il.

Alioune Thiam affirme que les temps sont difficiles.

"Je dirige équipe de 20 ferrailleurs professionnels, mais notre volume de travail a considérablement diminué depuis le début de la guerre", explique-t-il.

"J'avais des chantiers qui marchaient très bien, mais finalement tout a été arrêté à cause de la crise car les propriétaires des maisons en construction ne peuvent plus supporter la hausse des prix du fer", précise-t-il.

Il espère une fin à la guerre. "Je suis jeune, mais j'ai deux femmes. Je n'ai que ce métier pour nourrir ma famille s'il n'y a pas de chantier, cela devient difficile", confesse-t-il.

C'est le même scénario chez les soudeurs ou les menuisiers métalliques.

"Je suis soudeur mais tout est devenu compliqué aujourd'hui. Tout est cher. Les prix du fer et des taules ont augmenté. Nous n'y comprenons plus rien. On est arrivé à un point où on n'ose même plus engager un boulot", indique Kora Mbaye, un soudeur.

"Quand on en arrive à une telle situation dans un pays, c'est qu'il y a vraiment un problème", renchérit-t-il.

Selon lui, le Sénégal devrait trouver un moyen d'être résilient face à ces genres de situations.

Quelles solutions possibles ?

Le spécialiste du Ministère du Commerce du Sénégal révèle que l'Etat a mis en place un certain dispositif :

  • veiller d'abord à ce que les gens puissent s'approvisionner normalement.
  • l'Etat veille à ce qu'il n'y ait pas de spéculation. La spéculation s'entend par surveiller est-ce que les commerçants ou autres qui font de l'activité dans ce domaine-là ne profitent pas de cette situation pour mettre des prix autres que ceux-là qui sont constatés sur le marché international
  • l'Etat veille à ce qu'il n'y ait pas trop d'inflation sur le marché en régulant de temps en temps, pratiquement, le flux notamment par rapport à des mesures de soutien sur les prix.
Toutefois, Omar Diallo souligne que "pour le moment, sur le fer, il n'y a pas de mesure de soutien parce que nous nous concentrons beaucoup plus sur les denrées alimentaires et sur les autres produits".

Source: www.bbc.com
Related Articles: