0
Menu
Infos

L’audit des Fonds Covid-19 amplifie la cacophonie gouvernementale

Wed, 7 Apr 2021 Source: www.camerounweb.com

Trois missions de contrôle, commanditées par trois administrations, sont censées rendre compte de l’usage réservé aux finances et biens collectés dans le cadre de la lutte contre la pandémie.

Lequel sera finalement pris en compte entre celui commandé par la présidence de la République, celui initié par le Premier ministre ou celui sollicité par le ministre des Finances (Minfi)? Bien malin qui pourra répondre à cette interrogation avec exactitude. Car, si la préséance hiérarchique peut laisser penser que les instructions venues de la présidence de la République priment, l’absence de cohésion de l’action gouvernementale observée depuis le début de la maladie laissent dubitatif.

C’est probablement l’une des raisons pour lesquelles, le 29 mars 2021, le secrétaire général de la présidence de la République (SGPR), Ferdinand Ngoh Ngoh, s’est cru obligé de rappeler à la ministre déléguée à la présidence en charge du Contrôle supérieur de l’État (Consupe), d’accélérer l’audit de la gestion des fonds mis à la disposition des différentes administrations publiques, dans le cadre de la riposte contre la pandémie du COVID-19 au Cameroun.

Si le SGPR justifie cette autre correspondance adressée au Consupe par « la conclusion avec le Fonds monétaire international (FMI) d’un nouveau pro-gramme économique et financier», l’on se souvient que le 15 décembre 2020, Ferdinand Ngoh Ngoh a demandé au Minfi, Louis Paul Motaze, de mettre à la disposition du Consupe, la somme de 32,5 millions de FCFA en vue d’une mission spéciale d’audit des fonds relatifs à la lutte contre le COVID-19.

Cette instruction du SGPR intervenait après que la mindel/Consupe, a protesté contre la décision du Premier ministre, Joseph Dion Ngute, d’attribuer l’audit sur l’utilisation des Fonds du COVID-19 à la Chambre des comptes de la cour suprême. Mbah Acha Rose Fomundam avait trouvé l’acte du PM « de nature à constituer une atteinte grave aux principes régissant le contrôle des ressources publiques.» Et dans la foulée, le Consupe a rendu publique en janvier dernier, une correspondance adressée au Directeur général de Orca.

Il lui était demandé de fournir « premièrement, la dénomination exacte et la quantification précise des dons en nature remis respectivement au profit des services centraux et des services déconcentrés (délégations régionales, districts de santé et formations sanitaires) du Minsanté quels qu’ils soient ; deuxièmement, tout document attestant la réception desdits don par les services bénéficiaires ».

Pourtant, le décret du PM signé le 22 juillet 2020, relatif à la répartition des 180 milliards de FCFA dédiés à la lutte contre le coronavirus au Cameroun, attribue l’audit à la Chambre des comptes de la Cour suprême, à laquelle il alloue la somme de 1,2 milliard de FCFA pour les frais de la mission. Selon le site d’informations investir au ca-meroun.com, « à la primature, des sources internes soutiennent que ce choix du PM a été dicté par des bailleurs des fonds internationaux ayant appuyé le Cameroun dans la riposte contre le COVID-19.

Fort de cela, et en dépit d’une lettre de protestation adressée au PM par la ministre déléguée à la présidence de la République en charge du Contrôle supérieur de l’État, correspondance révélée par la presse locale (Mutations du 28 juillet 2020), des missions de la Chambre des comptes ont été déployées dans certains départements ministériels dès octobre 2020, avant d’être interrompues. Mais l’audit de la juridiction des comptes se serait poursuivi.

L’institution a d’ailleurs saisi récemment certains bailleurs de fonds du Cameroun en vue de vérifier certaines informations. » Entre temps, le 16 février 2021, le Minfi a lancé un avis à manifestation d’intérêt pour la présélection des cabinets de consultants pour la mission d’audit indépendant des dépenses publiques liées au COVID-19 au Cameroun.

L’audit concerne la période allant de mars à décembre 2020. Il va s’étendre sur 4 volets à savoir : un audit organisationnel et institutionnel pour la pertinence du dispositif institutionnel, organisationnel et technique mis en place pour la gestion des dépenses liées au COVID-19 ; une évaluation de la transparence des mécanismes de passation dés marchés liés au COVID-19 et de l’exhaustivité de la publication des résultats de ces marchés avec la confirmation de la liste des bénéficiaires effectifs ; un audit de performance pour interroger la pertinence des actions retenues et l’efficacité de leur réalisation en termes de résultats et de délais ; et un audit de régularité pour s’assurer du respect des lois et règlements notamment dans l’exécution des dépenses, en veillant sur l’effectivité du service fait conformément aux contrats de service.

Source: www.camerounweb.com

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.