0

Mbarga Mboa félicité par les musulmans de Yaoundé

Mbarga Mboa Mbarga Mboa

Mon, 19 Oct 2015 Source: La Météo

«M. le ministre, nous sommes tous là pour vous présenter nos félicitations après votre maintien au gouvernement, suite au réaménagement du 02 octobre dernier». Ces propos qui expliquent la présence, un samedi, au domicile de Mbarga Mboa d’une trentaine de membres de la communauté musulmane à Yaoundé sont du grand imam du quartier Briqueterie, Ibrahim Moussa.

Les gestes de convivialité et d’amitié qui s’ensuivront à l’entrée de l’un des luxueux salons de la résidence, au quartier Nlongkak, du ministre ont mis en évidence des liens de complicité ancienne entre celui-ci et ses visiteurs impromptus. Pratiquement parmi les siens, l’ex-ministre des Sports et de l'Éducation physique était tout sourire, serrant les mains et appelant chacun par son nom et titre.

De bons rapports confirmés par Amadou Seïdou. Le président de l’Association des personnes handicapées et vulnérables du Cameroun (Handicam) a dit fraterniser avec le ministre chargé de Mission depuis « 20 ans », avant de souligner que « nous [les personnes handicapées, Ndlr] ne sommes pas orphelines puisque vous êtes avec nous. »

Amadou Seïdou, alors que personne ne lui en a fait la demande, a spontanément et solennellement annoncé que Handicam, comme par le passé, allait soutenir au cours des prochaines échéances le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) – parti présidentiel dont Mbarga Mboa est l’un des plus fervents militants. L’empathie du digne fils du Mfoundi envers les démunis et son inénarrable ouverture d’esprit sont en passe de rapporter gros à sa formation politique.

Une amitié réciproque.

La présence du grand ministre du culte, Ibrahim Moussa, témoigne, si besoin en était encore, de l’affection et de la considération que la communauté musulmane de Yaoundé a toujours portées à Mbarga Mboa. « Le ministre est toujours à nos côtés, lors des bons comme lors des moments douloureux. En retour, il a notre gratitude et par-delà sa personne le président Paul Biya, qui est sa haute hiérarchie», a fait savoir un dignitaire musulman présent.

Prenant la parole, au nom de la communauté musulmane, M. Tanko, a résumé le sentiment général : «Excellence M. le ministre, félicitations pour votre maintien au gouvernement. C’est une marque de confiance du chef de l’État pour votre compétence, votre dévouement et votre dynamisme à contribuer efficacement au développement du Cameroun.»

La visite de félicitations intervenant au lendemain de la journée de deuil national (16 octobre) décrétée par le président de République, en mémoire des pèlerins camerounais victimes de la bousculade meurtrière survenue le 24 septembre 2015 à la Mecque (Arabie Saoudite), le porte-parole des fidèles du prophète Mohammed a salué la sollicitude du chef de l’État. M. Tanko a prié le ministre maintenu de transmettre la gratitude de la communauté musulmane au chef de l’État «pour cet acte pacifique.»

Sur un tout un autre plan, le porte-parole va saluer tout ce qui est fait jusqu’ici par le chef de l’État afin de faire définitivement échec aux menées de la secte terroriste Boko Haram à l’Extrême-Nord. Le membre titulaire élu du comité central du Rdpc n’en dit pas moins : «Avec la détermination du président Paul Biya, nous allons vaincre Boko Haram». Il rappelle au passage que : «L’affaire de Boko Haram, nous concerne tous. La mort des gens à Kolofata, Maroua, Mora… nous interpelle tous».

Ce fut également l’occasion pour ces leaders de la communauté musulmane de la capitale politique d’observer un temps de prière pour invoquer notamment la paix, la prospérité et le développement du pays. «M. Mbarga Mboa est notre frère. Un frère qui ne nous a jamais ignorés. Alors ce que nous pouvons faire pour toutes ces attentions, c’est prier Allah pour qu’il lui accorde toute la bénédiction dont il a besoin pour sa prospérité et assumer sa mission», a réaffirmé l’imam Ibrahim Moussa.

«Nous prions Dieu pour que le président Paul Biya continue à gouverner ce pays comme il le fait. Car, malgré tout, on est en paix», a-t-il ajouté. Après avoir reconnu tout ce que l’ancien basketteur a déjà fait pour eux, notamment ses soutiens multiples à l’occasion des fêtes de Ramadan et autres, la communauté musulmane l’a exhorté à contribuer davantage à l’insertion professionnelle de leurs fils, des jeunes en quête d’emploi.

L’âme d’un rassembleur.

Fait quelque peu curieux pour certains observateurs, parmi les hôtes du ministre, l’on a aperçu Alhadji Aroga, 1er vice-président national de l'Alliance nationale pour la démocratie et le progrès (Andp). Un parti de la majorité présidentielle. Pour dissiper très vite les interprétations auxquelles sa présence peut prêter le flanc, Alhadji Aroga dira : «Je suis de l’opposition, mais je gère toujours les problèmes du Rdpc comme si j’étais de ce parti. » Une sorte de précision qui a fini par faire comprendre, comme l’a signifié Amadou Seïdou, que «pour l’intérêt de la communauté, même si vous êtes de l’opposition, vous devez vous ranger». C’est encore là un fait qui dénote de la grande capacité de rassemblement, de partage et de disponibilité qu’incarne le digne fils Mvog-Ada.

D’ailleurs, Mbarga Mboa a encore fait montre de cette qualité : «Quand on m’a dit que vous allez venir, j’ai d’abord arrêté tout ce que j’avais à faire pour vous recevoir. Parce que j’ai avec vous une histoire particulière. Quand ça va bien vous êtes là, quand ça va mal vous êtes là. Je puis vous dire que dans mon parcours politique, je n’oublierai jamais comment la Briqueterie m’a accueilli il y a 10 ans. Vous m’aviez montré que je suis un des vôtres. Et je vous ai mis dans mon cœur. Et quand vous venez ici, vous devez vous sentir chez vous. Je suis heureux de vous recevoir en ce moment de joie, parce que le chef de l’État a accepté de me reconduire dans son équipe.»

Plus tôt et pour les mêmes raisons, des délégations à l’instar de celles des Mvog-Ada ont investi la résidence du ministre reconduit dans ses fonctions. Bien que ces visites aient été de caractère improvisé, le très hospitalier couple Mbarga Mboa n’a pas manqué d’offrir un festin de circonstance aux frères et amis de la communauté musulmane.

Amadou Seïdou, président d’Handicam : «C’est aussi l’occasion pour nous d’exprimer notre gratitude à Paul Biya»

«Le ministre Philippe Mbarga Mboa nous a toujours assistés, pendant les bons et les mauvais moments, depuis des années. Il était donc de notre devoir de venir lui présenter nos félicitations les plus sincères après son maintien suite au dernier réaménagement du gouvernement. C’est également l’occasion pour nous d’exprimer notre gratitude au président Paul Biya qui a bien voulu le maintenir dans l’équipe du gouvernement du 02 octobre. Car, par cet acte, le chef de l’État a, à travers lui, pensé à nous. Et nous ne pouvions pas rester indifférents à cette marque de confiance renouvelée à notre ami et frère Philippe Mbarga Mboa.»

Source: La Météo