0

Philippe Mbarga Mboa a manqué l’assassinat de sa femme

Mbarga Mboa 0 La femme de Philippe Mbarga Mboa reste introuvable

Thu, 3 Oct 2019 Source: Patrice Nouma

A tous les abonnés de nos publications, souvenez-vous qu’en date du 10 Août 2019, nous avons fait une publication à 12h49 min, intitulée,

LA FACE CACHÉE DU MINISTRE PHILIPPE MBARGA MBOA.

Un homme qui affectionne particulièrement les partouzes et les fesses des BÉBÉS. ACTE 3

Acte 3, à titre de rappel

<
L'ancien Ministre d'État ,secrétaire général de la présidence de la République, TITUS EDZOA dans son ouvrage "MÉDITATIONS DE PRISON " y est longuement revenu sur les pratiques satanistes de certains membres du gouvernement sans que personne ne s'y intéresse. Dans cet ouvrage,on peut lire comment ce dernier explique comment certains membres du gouvernement prennent des pouvoirs pour se maintenir au gouvernement en faisant l’amour avec des cadavres et les filles vierges. Il explique aussi que certains sont obligés de consommer leurs propres excréments et boire leurs propres urines.

Dans cette logique,Philippe Mbarga Mboa reste un éminent membre influent de l'association des violeurs ,pédés et pédophiles en service au Cameroun. Adepte des partouzes,il les pratique chez lui en compagnie de plusieurs jeunes demoiselles triées sur le volet. Dans ces séances de sexe sataniques,ils convient des femmes célèbres et certaines épouses de ministres du Cameroun.Comme compagnie,Mbarga mboa s'est souvent fait accompagner de plusieurs de ses collègues du gouvernement et certains membres du Clerger à l'instar d'un certain BRUNO ONDOA,évêque de Maroua.

Dans le cercle fermé de Mbarga Mboa Philipe,nous avons une certaine NADINE PATRICIA MENGUE.Ex maîtresse du Professeur Mendo Ze revenue au Cameroun pour travailler à Vision 4 alias vision . Avec une certaine NICOLE MONO FONG,ancienne maîtresse de l'archevêque de Yaoundé et gérante du Club France, les deux dames se retrouvaient dans chez Mbarga Mboa pour se faire Sodomiser durant des heures par Mbarga Mboa et d'autres prostituées de circonstances.>>

Il ya trois semaines , Mbarga Mboa a planifié l’assassinat de son épouse par les hommes en tenue qui protègent leur résidence.

Pour cela, il a organisé un voyage en France afin que ce projet d’assassinat soit effectif à son absence. L’un des hommes en tenue pris de remords et d’affection pour cette maman, Madame, Mbarga Mboa, née Mekongo Madeleine, décide de lui faire part du projet d’assassinat en cours et lui demande de quitter rapidement les lieux.

C’est ainsi qu’il y a trois semaines, Madame Mbarga Mboa a quitté le domicile conjugal vers une direction inconnue avec ses enfants et ses petits enfants.

Mbarga Mboa était en France dans l’une de ses résidences privées, 10 rue de l’arc de triomphe 75017 Paris, apprends que sa femme a finalement quitté la maison, échappant à l’assassinat.

Furieux et exaspéré, il décide de retourner au Cameroun. Y étant, il décide d’envoyer les policiers ripoux pour capturer le prêtre de l Église catholique, le nommé Abbé Jean Baptiste Noah, afin de le tabasser, torturer par l équipe Ekié , Meva et les autres pour lui extorquer certaines informations.

Actuellement, aux dernières nouvelles, il se trouve dans un état critique. Certains le déclarent déjà mort.

Si cet homme de l’Église venait à mourir, ce serait une mort gratuite et injuste parce qu’il ignore à l’instant présent, où se trouve Madame Mbarga Mboa, née Mekongo Madeleine.

Cette femme vit maintenant terrée dans un lieu inconnue avec ses enfants et ses petits enfants , dont les jumeaux sont menacés de viol par le Ministre pédophile et criminel Philippe Mbarga Mboa.

La pédophilie, le viol sont des phénomènes utilisés comme armes des satanistes et banalisés par ceux qui représentent les institutions de notre pays : Ministres, militaires, Députés, Directeurs , Maires, Chefs Traditionnels etc....

IL est temps qu’on se débarrasse très rapidement de ce système satanique pour un Cameroun nouveau qui protège les femmes et les enfants.

La suite de cette affaire dans les prochaines publications .

Source: Patrice Nouma