0
Menu
Infos

Prefectorales: un préfet occupe 03 postes en un an

Fri, 11 Sep 2020 Source: Actu Cameroun

Mfopou Aliyou, l’ancien sous-préfet de Bazou qui a récemment défrayé la chronique de par des révélations renversantes sur le modus operandi de l’administration pour favoriser le Rdpc lors des consultations électorales, a été affecté. Deux mois seulement après sa prise de fonction à Santchou. En une année, il va occuper son troisième poste.

Mfopou Aliyou n’est plus sous-préfet de Santchou. Mercredi 9 septembre dernier, à la faveur des décrets du président de la République, portant nomination de sous-préfets, cet administrateur civil principal a été remplacé par Jean Louis Ntouh Ntouh. Toutefois, il prendra désormais les rênes de l’arrondissement de Bengbis, Département du Dja et Lobo, dans la Région du Sud.

Si son cas intéresse particulièrement, c’est parce qu’il revêt bién de curiosités. En fait, ce commis de l’Etat va commander son troisième arrondissement au cours d’une même année. Sous-préfet de l’arrondissement de Bazou dans le département du Ndé jusqu’en juillet dernier, il . avait été muté à Santchou. A peine s’était-il installé dans cet arrondissement du Département de la Menoua, qu’il viënt d’être appelé à servir ailleurs.

, Qu’est-ce qui peut être à l’origine ‘ d’une telle mobilité ? Cette question revient avec acuité. Mais beaucoup font un rapprochement entre son passage éphémère à la tête de l’arrondissement de Santchou et sa récente sortie fracassante dans le clash qui l’oppose à son ancien patron, le Préfet du Ndé.

En effet, dans une correspondance adressée à François Etapa le 22 juin 2020, Mfoupou Aliyou avouait avoir déployé personnellement un plan pour neutraliser l’opposition dans la circonscription administrative alors sous ses commandes. «Lors de la période du double scrutin législatif et municipal du 09 février 2020, j’ai mis sur pied une stratégie afin de désarçonner l’opposition et de faire de Bazou, le sanctuaire du Rdpc à travers une délivrance sélective des certificats de

domicile», confessait-il. Le désormais ancien sous-préfet de Santchou , accusait ensuite son ancien chef d’avoir mis «les pieds dans le plat en’ délivrant les certificats de domicile en mes lieux et place, sous le fallacieux prétexte que vous avez reçu un appel de la Présidence».

Le chef de terre allait plus loin dans ses révélations en montrant comment l’administration pèse de son influence sur Elecam, afin de manipuler à sa guise, les procès-verbaux dans l’optique de modifier les résultats d’une élection. «Après le double scrutin municipal $ et législatif au cours duquel l’arrondissement de Bazou a réalisé les meilleurs résultats, vous m’avez accusé injustement d’avoir demandé à commission communale de supervision d’inscrire dans son procès-verbal que ses travaux se sont achevés le 11 février à 4 heures du matin afin que la session de plein-droit ait lieu le deuxième mardi après la proclamation des résultats c’est-à-dire le 25 février 2020 (,..) Vous avez convoqué le Chef d’antenne Elecam de Bazou pour la menacer et la cribler d’injures.

Vous lui avez intimé l’ordre de changer la date de fin des travaux inscrite dans le procès-verbal afin que la session de plein-droit se tienne le 18 février 2020, à des fins inavouées, en violation flagrante du code électoral et de l’indépendance de cette institution», révélait l’ancien sous-préfet de Bazou. «Vous m’avez instruit de faire venir en urgence à la préfecture de Bangangté, les représentants de l’administration et celui du Rdpc au sein de la Commission communale de supervision afin de changer la date de fin des travaux de cetfe commission. Le sens du vent ayant { changé, ils ont poireauté devant votre bureau le 12 février 2020 de j 08 heures à 17 heures 30 mm pendant que vous auditionniez le ; Chef d’antenne Elecam de Bazou au commissariat spécial », poursuivait-il.

«Avant la tenue des élections du 9 février 2020, je vous ai fait tenir un rapport confidentiel sur la situation politique dans l’arrondissement de Bazou. J’y relevais à grand trait l’impopularité et le sectarisme du candidat Djeuhon Frédéric, ignorant qu’il était votre favori au poste de Maire. Vous lui avez remis le rapport pour me vouer aux gémonies», appuyait le sous-préfète.

Ces révélations renversantes avaient alors suscité une vague de réactions. Sont-elles la cause de ses mésaventures ? L’on ne saurait donner une réponse péremptoire.

Source: Actu Cameroun

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.