0

Remise en liberté : d'autres grands noms évoqués après Basile Atangana Kouna

Atangana Kouna.jpeg Basile Atangana Kouna a été libéré de prison

Sat, 30 Jul 2022 Source: www.camerounweb.com

Basile Atangana Kouna est un homme libre

• L’ancien ministre faisait l’objet de poursuites pénales

• Maintenant, d’autres personnes pourraient suivre



Le Secrétaire général de la présidence de la République (SGPR), Ferdinand Ngoh Ngoh a fait libérer Basile Atangana Kouna, ancien ministre de l'Eau et de l'Energie qui fait l'objet de poursuites pénales pour détournement de deniers ou de biens publics.

Me Christian Bomo Ntimbane de la Société civile des réconciliateurs, dans une tribune, a expliqué qu’il est « considéré juridiquement et jusqu'à présent comme innocent ».

« Monsieur Basile Atangana Kouna n'a jamais été condamné par la justice pour ces faits même si la presse et les médias l'ont fait, et qu'une bonne partie de l'opinion publique le considère comme un grand détourneur de fonds publics », a introduit Me Christian Bomo Ntimbane.

Il ajoute qu’il « est donc considéré juridiquement et jusqu'à présent comme innocent. Il a été condamné par contre pour des faits d'évasion et purge ou a déjà purgé cette peine. S'agissant des hautes instructions du président de la République demandant au ministre de la Justice d'autoriser l'arrêt des poursuites, cette démarche n'est prévue par aucun texte. On pourrait dire que c'est une demande surabondante ».

Sur la libération de Basile Atangana Kouna, le journaliste camerounais Serge Aimé Bikoi a affirmé que « les Nordistes peuvent poser sur la table le problème d’Amadou Vamoulké ».

L’homme de média dans l’émission Equinoxe vendredi le 29 juillet 2022 sur la chaîne de télévision privée, demandé : « Est-ce qu’il va falloir que chaque communauté culturelle exerce une pression systématique sur le régime en place ? Quand vous voyez la libération de Basile Atangana Kouna, il y a anguille sous roche. Les Nordistes également peuvent revendiquer et poser sur la table le problème d’Amadou Vamoulké, Marafa, Iya Mohamed, entre autres ».

Quant au quotidien Cameroon Tribune, cité par le site Actu Cameroun, « l’arrêt des poursuites a été requis par le Procureur général près le TCS à la demande du ministre d’Etat ministre de la Justice, Garde des Sceaux, comme le stipule la loi. Et Annie Noelle Bahounoui Batende, présidente de la collégialité des juges et par ailleurs présidente du TCS a prononcé la décision aux environs de 16h13. Ceci à la suite de la restitution du corps du délit au Trésor public, soit un montant de 1,265 milliards de francs CFA ».

Source: www.camerounweb.com