0
General News Fri, 8 Mar 2019

Retrait de la CAN 2019: Louis Paul Motaze, l’agneau sacrificiel

Ni les récriminations légitimes du peuple camerounais, ni les boucs émissaires fabriqués à l’instar des accusations ignominieuses portées contre le ministre des finances, Louis Paul Motaze n’ont ébranlées le Président de la République, Paul Biya. Comme à son habitude, il est resté de marbre face au tollé du retrait de la Can total 2019 au Cameroun le 30 novembre. Attitude qui trouve son pesant d’or dans la promesse de livraison des chantiers le 31 mars 2019 à lui faite par ses plus proches collaborateurs. L’histoire l’a certainement retenu, Paul Biya aura reçu la plus grosse humiliation de sa vie en 2018 avec le retrait retentissant de l’organisation de Can total 2019 au Cameroun. Evénement qu’il avait pourtant personnellement annoncé avec conviction et certitude devant ses compatriotes : « le Cameroun sera prêt le jour dit ».

Toute chose venant certainement corroborer les rapports « rassurants » de ses plus proches collaborateurs quant à l’évolution des chantiers. Toutefois grand a été le déshonneur, mieux, le séisme émotionnel que ce retrait a provoqué dans les cœurs des camerounais. Ce fut un vendredi noir ou amertume et colère étaient perceptibles sur les visages des camerounais. Des lors, le peuple tout entier exigeait de la part du président une réponse forte et ferme. C’est dire que l’établissement des différentes responsabilités et applications des sanctions des collaborateurs très proches du chef de l’état.

Face à la gravité du fiasco, une guerre fratricide au sommet du sérail entre membres du gouvernement assimilable à des boules puantes dont l’ultime but est de chercher à se tirer d’affaire en essayant de faire porter le chapeau à certaines personnalités, s’en est déclenchée. Dans ce film d’humiliation de Paul Biya et son pays, des collaborateurs très proches du président se sont arrogés des marchés de gré à gré à hauteur de 600 Milliards de Fcfa. Pour certains, ils ont utilisé des prêtes noms. À titre illustratif, Prime Protomac de M. Ben Modo. Malheureusement, comme on le dit prosaïquement, il n’y a pas de crime parfait car, les propos d’Ahmad Ahmad président de la caf avaient mis à nu la mafia étatique parlant de la taxe force.

Point besoin, d’être un oracle encore moins un expert de la scène sociopolitique du Cameroun pour se rendre compte que l’actuel ministre des finances est l’agneau sacrificiel à la table l’holocauste tel que voulu par ses bourreaux du fait de sa rigueur dans l’orthodoxie de la dépense publique c’est-à-dire l’actuel argentier national ne paie pas des factures illicites. D’où la cabale infâme orchestrée par certains medias à la solde desdits commanditaires. Au demeurant, les allégations infondées des détournements de 107Milliards de Fcfa tels que rapportés par certains journaux sont de simples canulars voire, des galimatias dont la portée funeste est loin d’ébranler l’imperturbable ministre des finances.

Source: Investigation N°112
Related Articles: