0
Sports News Wed, 5 Dec 2018

Retrait de la CAN: l’article 92 va-t-il rattraper le Cameroun ?

Cette question embarrasse à la fois les autorités de la Caf et celles du Cameroun. Le pays de Roger Milla devrait-il être sanctionné ou sera-t-il sanctionné du fait du retrait de la Coupe d'Afrique des Nations en 2019 ? Rien ne l’infirme ou ne le confirme après les travaux du comité exécutif tenus le vendredi 30 novembre 2018 au Maroc. Même si dans le communiqué final rien n’a filtré dans ce sens, il reste tout de même fort possible de voir le pays de Samuel Eto’o suspendu comme d’autres pays l’ont été par le passé, et ce, selon les règlements de la Confédération Africaine de Football notamment l’article 92.

La décision

« Aujourd’hui nous avons pris la décision de retirer la CAN 2019 au Cameroun », a déclaré Ahmad Ahmad, président de la Confédération africaine de football (CAF) lors d’une conférence de presse, après plus de dix heures de réunion à huis clos à Accra, la capitale du Ghana. « Après de nombreux débats et à la suite des inspections menées ces dix-huit derniers mois, la CAF a noté que plusieurs conditions de conformité n’étaient pas remplies (…) et qu’il y avait un manque entre ce qui est nécessaire pour l’organisation d’une CAN et la réalité sur le terrain » au Cameroun, a expliqué la CAF dans un communiqué diffusé dans la soirée de vendredi.

Que dit l’article 92 ?

Si un pays qui a obtenu l’organisation du tournoi final de la Coupe d’Afrique des Nations se désiste ou se fait retirer l’organisation, il lui sera infligé, outre les sanctions disciplinaires, une amende selon le barème suivant: 92.1. Retrait notifié deux ans ou plus avant la date du tournoi final : amende de cent mille (100 000) dollars US . 92.2. Retrait notifié moins de deux ans avant la date du tournoi final : amende de trois cent mille (300 000) dollars US. 92.3. Retrait notifié moins d’un an avant la date du tournoi final : amende de cinq cent mille (500 000) dollars US et suspension à la prochaine édition de la CAN de son équipe nationale A, sans tenir compte de l’édition concernée. 92.4. Retrait notifié moins de six mois avant la date du tournoi final : amende d’un million (1,000,000) de dollars US, et ce pays s’acquittera, également de la réparation de tous les préjudices moraux et financiers subis par la CAF et par les participants. Son équipe nationale A sera aussi suspendue pour les deux prochaines éditions de la CAN, sans tenir compte de l’édition concernée.

Le Cameroun peut-il être sanctionné ?

Malgré le communiqué de la Caf qui ne mentionne aucune sanction vis-à-vis du Cameroun, certaines indiscrétions laissent croire que cela aurait été fait en toute conscience, l’actuel président de la confédération qui a opté pour une « politique d’endormissement » attend le moment « M » pour frapper. Surtout que par le passé, son prédécesseur n’avait pas hésité de châtier le Maroc qui avait refusé d’abriter la compétition en 2015 à cause de « Ebola » avait-il prétexté. Mais certains estiment que la Caf n’a pas intérêt à surfer sur cette piste, le Cameroun ayant opté de ne pas attaquer la confédération au Tribunal Arbitral du Sport (TAS), malgré l’énorme préjudice causé.

Toutefois, les cas de cette nature, la Caf en déjà connu. En 1996 et 2013, l’Afrique du Sud organisait les deux éditions après les désistements du Kenya et de la Libye, en 2015 la Guinée remplaçait le Maroc au pied levé. La CAF avait alors exclu le Maroc de l’édition 2015, et trouvé un pays organisateur de substitution, (la Guinée équatoriale). Le royaume chérifien sera suspendu pour les éditions 2017 et 2019 mais sera réintégré plus tard grâce au Tribunal arbitral du sport (TAS) qui a finalement permis au Maroc de disputer les éliminatoires des éditions 2017 et 2019.

Source: pdefoot.com
Related Articles: