1
General News Mon, 10 Dec 2018

Retrait de la CAN: voici les confidences de Bidoung Mkpwatt à Paul Biya

Visiblement, le Cameroun n’était donc pas prêt pour organiser la coupe d’Afrique des nations de football (CAN Total 2019). La situation présentée par le ministre des Sports et de l’Education physique, Pierre Ismaêl Bidoung Mkpwatt vient donc renforcer l’option prise par la Confédération Africaine de Football (CAF) de retirerl’organisation de cette compétition au Cameroun. Selon le patron des sports et président du comité d’organisation locale de cette CAN, au plan infrastructurel, de nombreux retards ont été tour à tour relevés par les missions de la CAF et n’ont jamais été rattrapés, concernant les voiries urbaines, les voies d’accès aux infrastructures sportives, les infrastructures hôtelières (Yaoundé Garoua, Bafoussam).

Etant entendu que Yaoundé était pressenti pour abriter deux poules. Il importe de souligner que si le cas de Yaoundé a été passable, précise le MINSEP, car les délais avaient été susceptibles d’être aisément rattrapés, les retards accumulés pour la mise à disposition des infrastructures à Garoua et à Bafoussam ont été et demeurent criards, et par ailleurs difficilement rattrapables de l’avis de la CAF.

LIRE AUSSI: Ferdinand Ngoh Ngoh implique Paul Biya dans un détournement de 3 milliards

Au plan organisation, ajoute le MINSEP, l’abstention de la CAF à signer les accords villes avec les différents comités de sites jusqu’à présent, a été un réel facteur handicapant pour l’organisation événementiel de la CAN Total 2019 dont l’ampleur et le prestige imposent au pays hôte, de disposer de suffisamment de temps pour assurer une organisation parfaite et maîtrisée. La prolifération des unités techniques de contrôle et de suivi (task-force, UTO, collectifs des ingénieurs des maitres d’ouvrages) dont les actions se neutralisent, a été un des facteurs bloquants pour l’avancement serein et rapide des travaux. Il en est de même des lenteurs et lourdeurs administratives dans l’attribution de la passation des marchés, ainsi que dans l’apurement des créances des entreprises et la signature des contrats qui ont contribué à de pertes de temps absurdes.

Le MINSEP conclut en précisant que l’attribution d’un très grand nombre de marchés à certaines entreprises qui ne justifiaient pas d’une expérience et d’une expertise avérées, et ne disposaient pas de fonds propres leur permettant de conduire diligemment les travaux comme prétendu, a également entravé jusqu’alors la bonne exécution des travaux des infrastructures de la CAN Total Cameroun 2019.

Source: L'ESSENTIEL N°225
Related Articles: