1

Retraite du Colonel Bamkoui : voici pourquoi cette décision de Paul Biya est saluée

Emile Bamkoui2.jpeg Le colonel Bamkoui ira prochainement à la retraite

Thu, 23 Jun 2022 Source: www.camerounweb.com

• Le colonel Bamkoui ira prochainement à la retraite

• C'est une décision de Paul Biya

• voici pourquoi cette décision est fêtée



Les nouvelles vont vite au Cameroun. Nous vous annoncions ce matin la prochaine mise à la retraite du célèbre et tout puissant Colonel Joël Émile Bamkoui.

En effet, dans le décret Nº2022/206 du 07 juin 2022 portant mise en retraite pour limite d'âge de grade et versement dans la réserve mobilisable de certains personnels officiers de défense que la rédaction de camerounweb.com a consulté, Paul Biya a décidé d'envoyer en retraite une trentaine d'officiers supérieurs des corps de la gendarmerie nationale, de l'armée de l'air et de la marine nationale. Parmi ces officiers, figure le Célèbre Colonel Joël Émile Bamkoui.

Vu l'âge de l'illustre et redoutable colonel, il va en retraite le 03 avril 2023, soit dans 10 mois sans situation contrevenante ou décision de dernère minute. Il aura alors 68 ans cette année là. Mais, il faut préciser qu'il a tout de même été versé dans la réserve mobilisable jusqu'au 03 avril 2026, soit pour une période de 3 ans à compter de la date de la prise de retraite. C'est-à-dire qu'il va continuer de toucher son salaire normalement jusqu'à la fin de la période mobilisable qui est de 3 ans.

Cependant, le Colonel Bamkoui restera en attente d'un appel imminent de son administration même si officiellement il sera en retraite.

Cette nouvelle va certainement réjouir certains Camerounais qui n'apprécient pas le Colonel Bamkoui qui ne fait pas l'unanimité au sein de l'opinion publique. On pense ainsi à l'activiste Sébastien Ebala, au journaliste en exil Michel Biem Tong, à l'universitaire Fridolin Nke etc qui ne cachent pas leur colère vis-à-vis du Colonel.

Cette haine ne certains camerounais se justifie par les soupçons par plusieurs activistes du pays de méthodes peu orthodoxes dont userait le Colonel Bamkoui.

En effet, il est régulièrement accusé par plusieurs activistes camerounais d'actes de tortures, tels l'universitaire Fridolin Nke, le journaliste Michel Biem Tong et l'activiste Sébastien Ebala qui est sorti de prison il y a quelques jours.

Pour un internaute sur Twitter dont nous taisons le nom par mesures de sécurité, le colonel ferait usage de torture et de 'meurtre' dans son bureau.



Parlant des cas critiques, le cas du Dr Fridolin Nke interpelle grandement dans le Curriculum Vitae de cet illustre colonel.

En effet, « étant enseignant au Département de Philosophie de l’Université de Yaoundé 1, le Dr Fridolin NKE a publié un livre très critique sur la gestion du pouvoir par Paul Biya et son régime, intitulé » Paul Biya, Chroniques de la fin ». Il a ensuite commencé à réaliser des ‘directs’ sur les réseaux sociaux pour faire la promotion de son livre et analyser la situation sociopolitique du Cameroun.

Au cours d’un de ces directs, Fridolin NKE a pointé l’échec de l’armée dans la guerre civile qui sévit dans le Nord-ouest et le Sud-ouest, et dénoncé la voracité de la hiérarchie militaire, y compris de la Sécurité Militaire (SEMIL) qui selon lui, entretient cette sale guerre dans le seul but de s’enrichir au détriment de la troupe qui se fait massacrer au quotidien sur le théâtre des opérations par des séparatistes.

Se sentant visé par Fridolin NKE, le commandant de la Sécurité Militaire, le Colonel BAMKOUI, passe un coup de fil très menaçant à l’enseignant de philosophie. Ce dernier enregistre la conversation et la diffuse largement sur les réseaux sociaux.

Furieux, le Colonel BAMKOUI convoque alors Fridolin NKE dans ses bureaux à la Sécurité Militaire. Les conseils du Dr NKE jugent cette convocation arbitraire et illégale, et conseillent à leur client de ne pas s’y rendre. Fridolin NKE respecte les recommandations de ses conseils et ignore la convocation de BAMKOUI.

​Le 20 Septembre 2021, à la mi-journée, alors qu’il vaquait tranquillement à ses occupations dans la ville de Yaoundé, le Dr Fridolin NKE est enlevé par des militaires en civil, brutalisé et conduit manu militari dans les bureaux du Colonel BAMKOUI. Le Dr NKE est torturé, insulté, humilié et contraint par BAMKOUI à réaliser un « direct Facebook» illico presto dans les locaux de la SEMIL. Dans ce « direct», l’enseignant de philosophie, les yeux rougis, explique à son auditoire qu’il a été enlevé dans une brigade de gendarmerie où il s’était rendu pour une autre affaire, et conduit manu militari au bureau du Commandant BAMKOUI et que ce dernier, entouré de ses éléments, le force à faire ce «direct» depuis son bureau». Fridolin NKE explique ensuite « qu’arrivé sur place, il a reçu une violente gifle du Commandant BAMKOUI lui-même et deux autres de ses gardes du corps ». Dans ce « direct » on entend bien BAMKOUI marmonner quelques mots et on voit Fridolin NKE rétorquer courageusement, “oui, c’est vous qui m’avez forcé à faire cette vidéo. Vous m’avez administré une énorme gifle. Et votre garde du corps m’en a administré deux autres ». Ce que BAMKOUI ne conteste pas. Le soir de ce 20 septembre, Fridolin NKE a été libéré et a dû passer quelques jours d’hospitalisation dans une clinique.

Le 06 octobre, dans une vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux, le Dr Fridolin NKE apparaît avec un œil tuméfié, visiblement très mal en point et appelle à l’aide. Dans cette vidéo, le Dr. NKE explique que depuis qu’il a été torturé dans les bureaux de BAMKOUI le 20 septembre, il a des difficultés à voir avec son œil droit et soupçonne BAMKOUI et ses éléments de l’avoir empoisonné.

Le 07 Octobre 2021, Fridolin NKE a passé un scanner dans une clinique de la capitale. Les résultats sont sans équivoque: «Tuméfaction des parties molles palpébrales de l’orbite gauche (…) avec emphysème sous-cutané d’origine post traumatique». Les examens médicaux confirment donc clairement les propos de Fridolin NKE: il a été bel et bien torturé et a subi un traumatisme dont la nature demande à être précisée.»
relatait une association dénommée génération 90 en marge de l'affaire.

Le cas le plus récent est celui de Sebastion Ebala qui dans ses déclarations les sévices et tortures subis toute la durée de son incarcération. Si toutes ces accusations et déclarations sont fondées et avérées, la joie de certains camerounais suite à la mise à la retraite du Colonel Bamkoui est largement justifiée.

Il n'y a pas que le mauvais côté. Il est spécialiste du renseignement et de la stratégie-défense. Des chroniqueurs lui créditent d'avoir fait baisser la violence à Douala. Emile Joël Bamkoui est auteur de : La corruption en Afrique subsaharienne : enjeux géopolitiques et sécuritaires d'une économie transnationale - Crime organisé et menace globale, 176 pages.

Source: www.camerounweb.com