4

Séduction : l'histoire de Jean de Dieu Momo qui fait la cour et enceinte sa femme le même jour

MOMO JEAN DE Jean de Dieu Momo est un grand séducteur

Thu, 4 Aug 2022 Source: www.camerounweb.com

Jean de Dieu Momo aime les femmes

• Il adore les séduire avant tout

• Voici une histoire qui le prouve



L’homme politique, ministre camerounais Jean de Dieu Momo aka Fo'o Dzakeutonpoug et les femmes, c’est une longue histoire. Après avoir raconté dernièrement l’histoire d’un médecin dont il était tombé amoureux pendant il allait encore à l’école, Jean de Dieu Momo révèle maintenant sur sa page Facebook l’énorme stratégie utilisée pour faire sienne la mère de ses enfants qui fête apparemment son anniversaire.

HAPPY BIRTHDAY BABY GIRL

Quand je baratinais la fille-ci, elle disait que vous les gens de l’Afrique de l’Ouest là vous n’êtes pas sérieux. Je lui dis mais je suis de l’Afrique centrale ! C’est où ça ? Me demanda-t-elle. Juste au centre de l’Afrique près de l’Océan Atlantique. But that’s West Africa, conclut-elle.

Alors j’ai sorti le grand jeu de séduction. Je l’ai emmenée en avion sur l’île de Zanzibar et y étant, nous avons loué une chaloupe pour aller à Prison Island voir les Paons et les tortues géantes. Le soir on est rentré à Zanzibar manger les poissons braisés dans la rue, les crevettes et les étoiles de mer, etc.

En rentrant à Arusha, elle était enceinte et obligée de me suivre au Cameroun. Eh eh eh. Les Kmers d’Arusha qui ont assisté à notre mariage ont dit : « Momo toi qui es venu hier-hier tu as déjà pris femme ? Pardon aide nous à trouver pour nous ». Est-ce que je suis là pour blaguer ? Donc joyeux anniversaire ma chérie.


Par rapport à l’amour interdit, c’est incroyable histoire excitante de l'élève Jean de Dieu Momo et le médecin de son lycée, le ministre garde de bons souvenirs de Mbouda.

Mbouda ma ville est bien tracée hein ? C’est là où j’ai fait la classe de terminale A. Que de souvenirs. Là-bas, j’étais le meilleur Rocker alors qu’à Dschang je ne comptais même pas parmi les avant-derniers. Hum, le groupe Cool and the Gang était en vogue. Bob Marley venait de mourir et on l’écoutait avec nostalgie au cinéma Roxy de Mbouda.

Au lycée, je jouais dans l’équipe de basketball et étais le rédacteur en chef adjoint de l’écho du Lymbo, le journal du lycée. J’étais également membre d’un groupe gospel et nous répétions les chansons gospels américains de Luis Armstrong.

Tapindjie, un vieux pote confident vient insidieusement de me rappeler mes faits d’armes disant que j’étais secrètement amoureux de la belle dame Médecin chef de l’hôpital de Mbouda. Il a retourné le couteau dans cette vieille blessure de guerre. Un élève de la classe de terminale amoureux de la Doctoresse ! Franchement Momo, tu es sérieux là ?

Elle était d’une beauté parfaite. J’allais régulièrement en consultation, non pas que je fus malade mais juste pour avoir le bonheur de sentir ses douces mains se promener sur moi. Pour m’ausculter.

Je ne lui avais jamais déclaré ma flamme juvénile, mais je crois qu’elle n’était pas dupe de mon petit manège et de la fréquence de mes visites aux prétextes médicales. Elle savait qu’elle ne me laissait pas indifférent. Un regard transit trahit toujours. Et ça l’amusait.

Un jour elle me demanda ce que je comptais faire dans la vie. Je répondis : « peut-être militaire ». Il y avait un recrutement militaire en l’air et beaucoup d’élèves allaient en consultation médicale en vue de se faire établir un certificat médical. « Ah oui, ainsi je soignerais les gens et toi tu les tueras ! » Ricana-t-elle.

« Mais tu as raison, il n’y aura certainement pas de guerre au Cameroun avant longtemps et il y a de fortes chances que tu prennes ta retraite sans avoir jamais fait la guerre » conclut-elle.

Ses yeux d’ange fixés dans les miens m’hypnotisaient. Et mon bonheur était total en rentrant chez moi, dans la petite chambre que mon père avait louée pour moi non loin du Lycée de Mbouda, à la Maison Blanche, pour y vivre mon amour secret dans l’intimité de mon cœur.

Source: www.camerounweb.com