0
Menu
Infos

Situation de la presse camerounaise: Christophe Bobiokono accuse l’Etat

Christophe BOBIOKONO Christophe Bobiokono directeur de publication du journal Kalara

Thu, 14 Jan 2021 Source: Cameroon Info

Le journaliste estime que sans une presse bien structurée et forte, la société camerounaise «court à sa perte».

L’émission de débat «Cartes sur table» diffusée sur STV tous les mardis soir avait pour thème le 12 janvier 2021: «Le procès de la presse camerounaise». L’un des 4 débatteurs était le journaliste Christophe Bobiokono, par ailleurs directeur de publication du journal Kalara. Il a d’emblée pointé un doigt accusateur sur les dirigeants camerounais accusés d’être les responsables de la décrépitude de la presse camerounaise. Ce qui à son avis est une catastrophe pour le pays. «Je prends l’information dans une société comme le sang dans un organisme humain. Si votre sang est pollué vous courez vers la mort. Si l’information qui circule dans une société est de mauvaise qualité les décideurs ne peuvent pas prendre de bonnes décisions, les citoyens ne peuvent pas pendre de bonnes décisions. C’est une société qui court à sa perte. Que la désorganisation du secteur de la presse en soit au niveau où on la décrit, signifie bien que l’Etat qui est quand même le régulateur n’a pas encore choisi qu’on ait une presse de qualité, une presse de poids dans notre pays», a déclaré l’ancien des journaux Ndamba et Mutations.

Notre confrère passe ensuite à la démonstration. Il cite l’exemple de la licence d’exploitation que ne possède aucun média audiovisuel. Selon lui, les gouvernants maintiennent de façon volontaire dans une insécurité juridique. «Je pointe directement l’Etat. Je pense que quand vous regardez aujourd’hui le secteur de l’audiovisuel, il n’y a aucune entreprise qui a une licence. Mais c’est l’Etat qui doit délivrer les licences. Evidemment pour délivrer les licences on doit tracer un cadre et ne doivent survivre dans l’espace public que ceux qui peuvent respecter les exigences qui sont décrites dans ce cadre-là», suggère Christophe Bobiokono.

Source: Cameroon Info

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.