1

Une femme fait arrêter et tuer son homme pour une récolte de manioc à Pouma

Population Demande Compts Les populations demandant des comptes

Thu, 22 Jul 2021 Source: www.camerounweb.com

•Le gendarme aurait torturé un jeune agriculteur sur demande de la femme de ce dernier.

•Le jeune homme est accusé par sa femme d'avoir gardé pour lui seul, l'argent des récoltes de manioc qu'ils ont cultivé ensemble.

•Le gendarme est soupçonné d'être l'amant de la femme de l'agriculteur mort.


D'après les premières informations parvenues à la rédaction de CamerounWeb, un gendarme a battu à mort hier mercredi, un jeune homme dans la localité de Pouma, située dans le département de la Sanaga Maritime.

À croire à certains témoignages, la victime âgée d'environ 25 ans vivait dans ladite localité plus précisément à Ngopem avec sa jeune compagne depuis quelques moments.

Le jeune couple a pris l'initiative de faire une culture de Manioc. Mais, selon certaines indiscrétions, le jeune aurait récolté et vendu le manioc sans partager l'argent de la vente avec sa femme. C'est ainsi que cette dernière a décidé de se venger. Elle fera donc appelle à un gendarme que beaucoup soupçonne d'être son amant pour qu'il intimide l'homme, afin qu'il donne à la femme, une partie de l'argent issu de la vente du manioc. Le gendarme en question s'appellerait Okala.

Le gendarme est alors arrivé avant hier, en fin d'après-midi et est reparti avec le jeune homme qu'il aurait torturé toute la nuit jusqu'à ce l'irréparable arrive, apprend CamerounWeb de certains riverains.

Ayant constaté que la victime agonisait, le gendarme et quelques uns de ses collègues vont le transporter d'urgence à l'hôpital mais malheureusement il se faisait déjà tard pour le sauver.

Dans la journée d'hier, les nouvelles venant de l'hôpital parlaient d'un mort qui est arrivé de la gendarmerie de Pouma. La maman du défunt et la population en furies, vont se rendre à l'esplanade de la gendarmerie pour demander des comptes.

Le sous-préfet de la localité essayera de calmer les tensions. Le présumé tueur quant à lui reste introuvable. 'A Pouma c'est la règle. Quand tu es un détenu, on te bat, on te torture, tu n'entres pas dans la gendarmerie et ressort indemn', lance un riverain.

Source: www.camerounweb.com