5
General News Fri, 22 May 2020

Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

« vous ne trouverez pas un seul militant du MRC qui profère des violences sur les réseaux sociaux »

D’après Serges Éric Dzou, militant du MRC, Maurice Kamto a toujours condamné la violence et les propos extrémistes d’où qu’ils viennent. Ce ne sont pas donc ses sympathisants qui feront le contraire.

La cyberviolence verbale est de plus en plus répandue au sein du web et des réseaux sociaux. Elle prend différentes formes : des insultes, des messages insultants, voire haineux, dans le seul but de provoquer un conflit ouvert.

Des accusations mensongères

Certaines de ces attaques sont attribuées aux militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). Ceux-ci se cacheraient derrière de faux profils affirment d’aucuns. Mais selon Serges Éric Dzou, le coordonnateur national de l’académie de la Renaissance (MRC), ces accusations sont fausses. Il l’a fait savoir ce jeudi 21 mai 2020 sur les ondes d’ABK radio, une chaine de radio émettant depuis Douala.

« Je vous mets au défi de me donner le nom d’un seul militant du MRC qui profère des violences sur les réseaux sociaux. Vous n’en trouverez pas », défend l’universitaire. « Aujourd’hui le MRC est passé pour être l’ennemi déstabilisateur de la nation. Pourtant nous ne faisons que nous opposer puisque nous sommes opposants. Regardez les noms qu’on nous prête : talibans, ethno-fascistes et tout ce qu’on veut mais les vrais violents sont ailleurs », ajoute-t-il.

Les coupables sont ailleurs

D’après le militant du MRC, Maurice Kamto a toujours condamné la violence et les propos extrémistes d’où qu’ils viennent. Ce ne sont pas donc ses sympathisants qui feront le contraire : « Ceux qui s’expriment avec violence sur les réseaux sociaux ne sont pas des militants du MRC. Mais des activistes qui s’identifient à la figure anti-système du moment. On ne saurait dire que ce sont des militants du MRC. Ils auraient pu s’identifier à n’importe quel autre leader en dehors du Pr Maurice Kamto. Ce ne sont pas des militants du MRC », soutient mordicus Serges Éric Dzou.

A l’en croire, les personnes qui accusent le MRC de violence se trompent de cible. Il se souvient qu’en novembre 2019, des balles dans leur chair à cause de leurs engagements. « J’ai été battu en novembre parce que j’arborai un t-shirt du MRC. Qui est violent dans ce cas ? Je veux rappeler qu’il ne faut pas confondre les activistes qui défendent leurs idées sur Internet et les militants du MRC », prévient le coordonnateur national de l’académie de la Renaissance (MRC).

Source: actucameroun.com

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter