1
Menu
Sport

Cameroun : une nouvelle affaire de corruption fait jaser, Samuel Eto’o interpellé

Comex Resolution Etoo Fecafoot Samuel Eto'o et son comité exéctif saisi

Fri, 16 Sep 2022 Source: Le Messager N° 6073

Tripatouillages à la Ligue départementale du Nkam

Dans une correspondance adressée au président de la Fécafoot, As Nylon et Renaissance de Douala demandent le respect des décisions prises avant le début du championnat, à savoir l’organisation des play-offs et l’annulation de la finale qui doit se jouer ce 18 septembre 2022. Aussi les deux présidents de clubs dénoncent un cas d’extorsion d’argent et le favoritisme en vue de privilégier l’emblématique équipe Dihep Di Nkam.

Le Pr Aimée Bonny, président de Renaissance de Douala et son collègue Eric Depolo d’As Nylon, qui s’est fait représenter lors de la rencontre d’hier avec la presse à Douala, ont véritablement le ciel en courroux. Eux qui n’ont pas manqué de tancer la secrétaire général de la ligue départementale de football du Nkam accusé de tribalisme, de favoritisme et d’extorsion d’argent. A en croire les représentants de ces deux équipes évoluant cette saison dans ladite ligue du Nkam, « la ligue départementale du Nkam est le théâtre de nombreuses entorses à la réglementation en vigueur dans le mouvement sportif olympique. Plusieurs tripatouillages à l’effet de favoriser Dihep Di Nkam, club mythique du département ont rendu l’attention et suscité notre indignation » , dénoncent-ils. Par ailleurs, poursuivent-ils, le secrétaire général de la ligue, Fabius Ruben Lambo est coupable d’extorsion d’argent au club As Nylon pour rejouer un match en retard. Il lui est par ailleurs reproché la manipulation du règlement. « En l’espace de 24 h d’une confirmation puis d’une déprogrammation non justifiée, Renaissance Club de Douala s’est vu remplacer par Dihep Di Nkam pour jouer le match d’ouverture de la saison de la ligue département du Nkam. Alors que l’assemblée générale avait décidé de la répartition des deux groupes par tirage au sort, le secrétaire général a finalement procédé à une répartition arrangée, plaçant Dihep Di Nkam dans la poule la plus faible » , explique le Pr Aimée Bonny. Pourtant, précise le président de renaissance club de Douala, il avait été convenu avant le début du championnat du mode de désignation du champion. Pour ce faire, « des paly-offs entre les deuxièmes et premiers de chaque poule avaient été adoptés avant l’ouverture du championnat » . Prétextant une disposition factice de l’assemblée générale qui au demeurant est caduque car Pv non signé, le Sg de la ligue va modifier « arbitrairement » les règles pour une finale opposant directement les premiers des deux poules. Selon les deux présidents de clubs visiblement en colère, cette décision est en flagrant délit de non-respect du sacro-saint principe de la non modification des règles d’une compétition en cours. Pour eux, c’est clair qu’ « elle n’avait pour seul objectif que de défavoriser Dihep Di Nkam

Corruption caractérisée

En effet, analyse le président de Renaissance club de Douala, l’équipe dirigeante de la ligue s’est rapidement rendue compte des forces en présence, faisant de As Nylon et Renaissance de Douala les deux meilleurs clubs du championnat. Une finale directe enlèverait donc à Dihep Di Nkam 50% de difficulté à devenir champion du département, explique Pr Aimé Bonny. Autre fait décrié par ces deux dirigeants de clubs, la corruption caractérisée au sein de cette ligue départementale du Nkam. « Afin de faire rejouer le match opposant As Nylon et Olympique, le Sg a exigé à As Nylon la somme de 300.000 Fcfa. Il justifia ce montant par le manque à gagner de l’équipe adverse qui s’était présentée lors de la programmation initiale, contrairement à As Nylon. Nous rappelons que le club Olympique est basé à Yabassi et ne saurait dépenser plus que les clubs venant de Douala et qui déboursent environ 150 à 180.000 Fcfa ( tous frais confondus) pour une rencontre à Yabassi. Pire, le Sg a exigé que cette transaction illicite passe par son compte OM » , déplorent ces deux mécènes du football camerounais.

La Fécafoot saisie

Exaspérés par cette situation qui n’honore point le sport-roi véritablement sur le chemin de la renaissance, le collectif pour l’équité sportive de la ligue départementale du Nkam a saisi le président de la Fécafoot pour demander le respect des décisions de l’organisation du championnat, notamment les play-offs. « Tous nos recours n’ayant pas prospéré en interne, nous nous sommes adressés à l’instance faîtière. Deux courriers ont été adressés au Sg de la Fécafoot et à son président. Le directeur du développement du football a été saisi en in box et a donné des garanties de la prospérité de notre recours. Ce dernier a affirmé sans ambages qu’aucun règlement ne peut être modifié après le début d’une compétition ; et par conséquent « vous allez jouer les barrages » , rassurait-il. Malheureusement, « nous n’avons jamais eu une réponse officielle de la Fécafoot » , regrette les présidents Aimé Bonny de Renaissance Club de Douala et Eric Depolo d’As Nylon. Constatant donc le refus de la ligue départementale du Nkam de respecter la règlementation en vigueur en programmant pour le 18 septembre 2022 la finale querellée opposant les deux premiers des poules, les présidents de Renaissance de Douala et d’As Nylon demandent l’annulation de ladite finale et la prise en compte du règlement adopté avant le début de la compétition, à savoir les play-offs. Seront-ils entendus ?

Source: Le Messager N° 6073