0
Sports News Mon, 12 Jul 2021

Election à la FECAFOOT : la machine de 'fraude' en marche

Dans un communiqué de presse rendu public le 16 juin, le président par intérim de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) a annoncé l’ouverture prochaine du processus électoral. Mais tout porte à croire que la machine est en branle pour assurer sa réélection au but du processus.

« Le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) annonce aux acteurs du football et à l’opinion publique que la Fédération internationale de football association (Fifa), dans le cadre de la feuille de la route du Comité exécutif transitoire de la Fécafoot a approuvé ce vendredi 11 juin 2021 les projets de statuts, code électoral et code éthique. Elle a par ailleurs validé le projet de chronogramme du processus de révision des textes pour l’organisation de nouvelles élections à la Fécafoot ». C’est par ces mots que Seidou Mbombo Njoya commence son communiqué avant d’indiquer le chronogramme du processus qui prévoit une Assemblée générale pour le 13 juillet 2021.

Cette Assemblée générale prévoit l’adoption des nouveaux statuts de la Fécafoot ainsi que l’élection des membres des commissions indépendantes et des organes juridictionnels. En août et septembre, le chronogramme appelle l’élection des exécutifs des ligues départementales, des ligues régionales et des membres térêt supérieur de notre pays le Cameroun. Elle s’engage à communiquer en temps utile les modalités liées aux opérations d’adoption des textes et d’organisation des élections. Le président remercie le Gouvernement et la Fifa pour leur mobilisation aux côtés de la Fécafoot, tout au long de cette phase transitoire », conclut Seidou Mbombo Njoya qui signe ce communiqué de prese. Du coup, dans les différents états majors c’est déjà le branle bas de combat. Les uns et les autres affutent leurs armes, aiguisent les couteaux pour l’affrontement total. D’ailleurs, pour certains, Seidou Mbombo Njoya dont l’élection avait été annulée par une décision du Tribunal arbitral du sport (Tas), mais maintenu en poste par une décision de la Fifa, n’a pas qualité pour conduire ledit processus électoral.

Ce qui augure déjà un processus plombé dès le début et dont la fin sera certainement contestée. C’est déjà le cas avec cette dénonciation que vient de faire parvenir à notre rédaction Pascal Atangana, président du Conseil d’administration de Semences olympiques, club de football de la ligue départementale de football du Centre. Pour lui, « il n’a jamais désigné de représentant à l’Assemblée générale extraordinaire de la ligue départementale de football du Mfoundi qui se serait tenue le 27 juin 2021. Aussi, dénonce-t-il avec la dernière énergie, la prétendue participation d’un représentant dudit club à ces assises cavalières, aux desseins inavoués ; sous-tendues par une volonté de défiance et de déviance. Si tant est qu’il ne se déroule aucun championnat séniors dans le département depuis les deux dernières saisons. » Ainsi donc, Semences olympiques rejette tout usage malicieux et malveillant qui pourrait être fait par les organisateurs des assises susmentionnés.

C’est donc reparti sur de mauvaises bases. Au-delà de la qualité d’organisateur que certains ne lui reconnaissent pas, l’on n’exclut pas des tripatouillages et autres fraudes qui émailleront le processus électoral e vue de la réélection du président sortant qui n’a nullement l’intention d’abdiquer. Et sans doute, l’on repartira pour de longues, multiples et couteuses batailles judiciaires qui pourrait commencer avec l’Assemblée générale susceptible de conduire l’adoption des nouveaux textes de la Fécafoot. Le football camerounais serait-il donc maudit ? En tout cas, l’on ne semble pas sorti de l’ornière des délégués à l’Assemblée générale de la Fécafoot. Et en octobre 2021, la boucle sera bouclée avec la tenue de l’Assemblée générale de la Fécafoot qui devrait aboutir à l’élection du président de la Fécafoot et les membres du Comité exécutif de la Fécafoot. « La Fécafoot invite l’ensemble des acteurs à se mobiliser pour que dans la sérénité, le dialogue et la concorde, prévale l’in
Source: La Nouvelle N°594