0
Menu
Sport

FECAFOOT: le processus électoral en sursis !

Mon, 22 Nov 2021 Source: Le Messager

Quarante-trois membres de l’assemblée générale de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), élue en 2009, ont saisi le Tribunal arbitral du sport (Tas) le 9 novembre 2021, pour contester la légalité du processus électoral en cours. Le Tas devrait rendre son verdict avant le 11 décembre prochain, date de l’élection du président de la Fédération.

Le processus électoral en cours à la Fecafoot est-il légal ? C’est la question à laquelle doit répondre le Tas. En effet, la juridiction basée à Lausanne en Suisse a été saisie par quarante-trois membres de l’assemblée générale de 2009, afin de constater « la nullité des statuts de la Fecafoot supposément adoptés le 13 juillet 2021, et de l’intégralité du processus électoral organisé en application des- dits statuts ».

L’instance juridique suprême du sport mondial devrait en principe rendre son verdict avant l’assemblée générale élective de la Fédération.

« Dans le but d’éviter à la Fecafoot de subir des dommages irréparables et/ou difficile- ment réparables, les membres concernés ont sollicité que cette procédure soit menée de manière accélérée afin que la sentence finale soit rendue avant le 11 décembre 2021, date prévue pour la tenue de l’élection illégale du président et du comité exécutif de la Fecafoot », écrivent Maitres Wamba Makollo Georges Gérard et Lebel Eloo Manga, les avocats des requérants, dans un communiqué publié jeudi 18 novembre 2021. C’est ce même jour que le Tas a ouvert la procédure y relative.

« En cas de refus de la partie adverse de recourir à la procédure accélérée, une requête de mesures provisionnelles et conservatoires urgentes sera soumise à la présidente de la chambre arbitrale d’appel du Tas, pour solliciter la suspension du processus électoral en cours qui, s’il était mené à terme, permettrait à des per- sonnes sans mandats de diriger et de gérer la Fecafoot pendant de longs mois que pourrait durer la procédure et d’exposer cette dernière à des risques de dommages irréparables », ajoutent les représentants des plaignants.

L’entêtement de la Commission électorale

A titre de rappel, le processus électoral en cours est censé être suspendu depuis le 7 septembre dernier . Ce jour , la Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC) avait donné raison à Emmanuel Mabouang Kessack.

L’ancien Lion Indomptable et candidat à la présidence de la Fédération dénonçait la présence de 42 équipes fictives dans la liste des clubs des championnats départementaux 2020-2021, appelés à prendre part au processus électoral. Une décision que la Commission électorale a choisi d’ignorer, remettant en cause la compétence de la CCA.

Sans anicroche, l’élection des présidents, vice-présidents et délégués des cinquante-huit ligues départementales de football du Cameroun a bel et bien eu lieu le 24 septembre. Le processus s’est poursuivi le 1er novembre, avec l’élection des présidents, vice-présidents, membres des conseils d’administrations et délégués des dix ligues régionales.

Au stade actuel, la Commission électorale étudie les dossiers de candidature aux postes de membres et président du comité exécutif (le délai de dépôt de candidature a expiré jeudi 18 novembre).

Au poste de président, elle a reçu les candidatures de Samuel Eto’o, Seidou Mbombo Njoya, Jules Denis Onana, Emmanuel Mabouang Kessack, Manuel Boyomo, Jean Crépin Soter Nyamsi, Justin Tagouh et Zacharie Wandja.

Néanmoins, les dossiers des cinq derniers prétendants étaient incomplets. Ceux-ci avaient jusqu’à ce dimanche 21 novembre 2021, à 18 heures 00, pour les compléter. Quoi qu’il en soit, l’énergie dépensée jusqu’ici par les uns et les autres pourrait s’avérer vaine, si le Tas déclare le processus électoral illégal.

Source: Le Messager