0
Menu
Sport

Fecafoot : la vérité derrière la démission de Didier Banlock

Benjamin Didier BANLOCK SG FECAFOOT Camerounweb Benjamin Didier Banlock vient officiellement de rejoindre le camp des aigris

Wed, 18 May 2022 Source: www.camerounweb.com

• Benjamin Didier Banlock n’est plus le SG de la Fecafoot

• Il a démissionné

• Une occasion pour Moussa Njoya d’enfoncer le clou



Benjamin Banlock a démissionné de son poste de Secrétaire général de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). C’est lui-même qui a fait l’annonce, mercredi le 18 mai 2022 à travers une lettre adressée au président de l’instance dirigeante Samuel Eto'o Fils.

« A vos côtés depuis votre campagne électorale, puis en tant que collaborateur, j’ai cru et j’ai œuvré le peu de temps qu’il m’a été donné de le faire, à assurer des responsabilités compatibles avec le projet pour lequel vous m’avez fait confiance en me proposant de vous accompagner. Je suis fondé à penser que le football camerounais ne retrouvera sa grandeur que si de grands hommes qui portent de grandes idées, agissent avec grandeur dans un environnement qui permet l’élévation et le progrès en d’autres termes, la réalisation de grands desseins », a communiqué Didier Banlock, désormais ex-secrétaire général de la Fecafoot.

Après cette annonce qui a provoqué beaucoup de réactions diverses sur la scène sportive, le politologue Moussa Njoya a laissé un commentaire par rapport à la démission du SG sur le réseau social Facebook : « Benjamin Didier Banlock vient officiellement de rejoindre le camp des aigris, jaloux et oisifs ! ».

Moussa Njoya a continué avec des mots beaucoup plus masqués : « Après cette sortie y a-t-il encore besoin de parler, d’écrire ou de décrire ? Vous aurez beau multiplier les injures, les menaces et les agressions, mais comme le disait si bien Charles Sylvestre Ateba Eyene : la vérité est comme les fesses. On finit toujours par s’asseoir dessus ».

En réalité, le désormais ex-secrétaire général de la Fecafoot était suspendu depuis le 19 avril 2022. On lui reproche une mauvaise gestion financière, des soupçons de magouilles dans les marchés publics, des actes de corruption dans la gestion de certains clubs en conflit.

L’exemple le plus palpable est celui de l’Aigle royal de Nkongsamba où il aurait reçu une forte somme d’argent du président déchu Adolphe Nseke pour annuler l’Assemblée générale du 08 avril 2022.

Fecafoot : les dossiers chauds qui attendent Samuel Eto'o à son retour d'Europe

Le président de Fauve Azur et secrétaire général de l’Association des clubs d’élites du Cameroun, Norbert Nya a confié des vérités liées à l’actualité sportive ces derniers jours au Cameroun. Il a abordé l’absence de Samuel Eto'o Fils, les raisons de la reprise du championnat, les autres demandes faites par les clubs, etc.

Le président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), Samuel Eto'o Fils est en Europe depuis un moment pour des négociations qui devraient contribuer à l’amélioration des conditions de vie des footballeurs.

Par exemple, la Fecafoot a créé des comptes bancaires pour les joueurs du championnat et alloué une subvention au club pour bien manager les joueurs. Norbert Nya s’en réjoui mais relève quelques insuffisances, dans un échange avec Radio Sport Info (RSI) et Canal 2 International dont voici un extrait.

Nous avons accepté de reprendre le championnat ce week-end parce que le président Samuel Eto'o Fils n’était pas au pays. Il était question pour nous de le rencontrer. Il a néanmoins répondu favorablement à une partie de nos doléances en accordant la deuxième phase de la subvention de la Fecafoot, ainsi qu’une avance de la dotation hébergement et nutrition des joueurs.

Nous avons donc estimé qu’on pouvait relancer ce championnat en attendant que le président Samuel Eto'o Fils soit de retour, et que nous puissions poursuivre nos discussions. Il était de bon ton de relancer ce championnat dans le cadre de l’intérêt supérieur de la nation camerounaise.

Les clubs au Cameroun ne bénéficient d’aucune des trois (03) principales sources de revenus. Ni la billetterie, ni les droits TV, ni le merchandising. La subvention est donc un droit pour les clubs, et non une faveur.

Source: www.camerounweb.com