0
Menu
Sport

Lions Indomptables: programmés pour échouer

Mon, 8 Jul 2019 Source: lionindomptable.com

Pire qu'une humiliation, les Lions Indomptables sortent de la compétition prématurément. Pas surprenant du tout car, programmés pour lamentablement échouer ?

Un piètre coaching

Oui le Cameroun avait les potentialités pour aller plus loin dans cette compétition, au regard des performances peu reluisantes des grandes nations africaines de football engagées à ce tournoi. Outre quelques individualités au talent douteux embarqués dans l'aventure, Clarence Seedorf est resté tout autant imprévisible et surprenant sur ces choix tactiques depuis le début de la compétition, démontrant à suffisance ses limites à manager et à maîtriser un groupe qui au regard des faits, lui aurait été imposé. 4 onze entrants en quatre matchs, 4 systèmes différents, la grosse curiosité aura été la mise à l'écart de Franck Zambo Anguissa deux fois homme du match, en lieu et place de Georges Constant Mandjeck pourtant largué sur le coup face au Nigeria. Sur le plan offensif, son entêtement à titulariser Christian Bassogog, Clinton Njie ou le choix de Toko Ekambi tous inexistants tout au long de la compétition, aura été la clé de l'inefficacité du compartiment offensif Camerounais. Le choix de Yaya Banana malgré son but et son apparition dans le onze type de la CAF du premier tour, n'aura pas convaincu et la rencontre face au Nigeria a d'avantage donné raison sur son incapacité à tenir dans la défense Camerounaise. Clarence Seedorf dans une désinvolture à nulle autre pareille, telle une marionnette, devrait simplement après une aussi pâle copie, remettre son tablier.

L'omniprésence de Samuel Eto'o

Nul doute qu'il est le plus grand attaquant de l'histoire du football camerounais. Cependant, tout ce qu'il touche sur le plan du management ne brille pas autant que son quintuple ballon d'or africain. Soupçonné d'être le marionnettiste des "guignols" installés à Tsinga, son omniprésence dans la tanière aura-t-elle été nocive ? On est tenté de répondre par l'affirmative au regard des indiscrétions vécues dans la tanière que nous dévoilerons dans nos prochaines parutions.

La malédiction de l'indiscipline

Pour aller loin, il faut ménager sa monture a-t-on coutume de dire, et la discipline est l'un des maîtres mots. Entre revendications et humiliations des autorités administratives et le laisser aller, les Lions Indomptables auront brillé par une indiscipline caractérisée qui n'aura pas favorisé un état d'esprit propice et serein. Des scènes de ménages de joueurs aux virées nocturnes, en passant par les arrivées au compte-goutte aux séances d'entrainement, il est clair que la sérénité ne transpirait pas dans la tanière où le vivre ensemble moins perceptible. L'absence du Minsep dès la deuxième rencontre des Lions illustre à suffisance l'atmosphère délétère au sein de la tanière.

L'incompétence managériale

Il est clair que l'improvisation est définitivement ce qui caractérise la gestion du football camerounais. Arrivés en retard au Caire pour prendre part à la CAN, ainsi qu'à leur camp de base à Alexandrie pour disputer les 8e de finale face au Nigeria, il était difficile de suivre les Lions Indomptables au regard de leur programme tatillon.

L'absence du 12e joueur

Si gagner un match dépend d'abord des qualités d'une équipe, le 12e joueur a également sa partition à jouer. Le Bénin qui a tenu tête aux Lions et le Nigeria qui les a lessivés, en sont les parfaites illustrations. Pour pousser leurs équipes à l'exploit, le gouvernement béninois par exemple a pris la mesure de subventionner le déplacement des compatriotes à CAN, à hauteur d'un million de francs par personne. Dans les gradins, que ce soit lors de Cameroun-Bénin ou Nigeria-Cameroun, les maigres supporters Camerounais essentiellement résidents en Egypte, n'ont pas pu faire entendre leur voix, positionnés la plupart du temps aux virages, contrairement aux supporters adverses qui occupaient des positions de choix. La mascotte internationale Ngando Pikett et son groupe venus par forcing, ne pouvait faire seul le poids, tandis qu'une cohorte de responsables de la Fecafoot en villégiature au pays des pharaons, se la coulaient douce dans un luxe à nul autre pareille, aux frais exorbitants du contribuable Camerounais.

La CAN 2019 est définitivement rentrée en gare pour le Cameroun, et comme il de coutume, rien comme leçon ne sera tirée. La vie pourra reprendre son cours normal, en attendant certainement l'échéance 2021 pour une autre déconfiture.

Source: lionindomptable.com

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Related Articles: