0
Menu
Sport

'Quand je perdais, j’étais Camerounais, quand je gagnais, j’étais Français'

Noah Le blanc qui est là chez moi a colonisé le noir qui est là chez moi

Mon, 16 May 2022 Source: www.camerounweb.com

Yannick Noah évoque sa double nationalité au micro de TF1

• L’ancien tennisman est rejeté quand il perd

• Mais c’est une chose qu’il a toujours acceptée



L’ancien tennisman Yannick Noah a accordé un entretien à TF1 pour le magazine d’actualité dominical de la Une "Sept à Huit". Entre autres sujets, le franco-camerounais a abordé son retour au Cameroun dans le village Etoudi, sa carrière sportive, ses échecs et les différents succès qu’il a eus.

C’est Audrey Crespo-Mara qui posait les questions au champion et chanteur, âgé aujourd’hui de 61 ans et plusieurs mois.

Quand je perdais, j’étais souvent le Camerounais, quand je gagnais, j’étais le Français. Je suis toujours du côté de celui qui souffre. Le blanc qui est là chez moi a colonisé le noir qui est là chez moi. Bien sûr qu’à l’intérieur de moi, ça vibre.

Yannick Noah sortira très prochainement le premier single du nouvel opus "Back to Africa". Il fera une série de concerts à partir 04 juin 2022. Comme le souligne actucameroun.com, le chanteur fera un stop pour trois dates exceptionnelles : les 12, 13 et 14 décembre 2022 à l’Olympia à Paris. Sa tournée passera par Tours, Marseille, Lyon, Lille, Rennes, Nantes.

Social : Yannick Noah a fait son choix, voici comment il veut aider chaque Camerounais

Une conférence de presse a été organisée par l’ONG Impact Santé Afrique, vendredi le 13 mai 2022. Au cours de celle-ci, il a été annoncé que l’ancien tennisman Yannick Noah, vivant actuellement au Cameroun, s’est engagé dans la lutte contre le paludisme dans le pays.

L’organisation non gouvernementale (ONG) Impact Santé Afrique est vent debout contre le paludisme. Yannick Noah a à cœur « d’aider les enfants, essayer de faire en sorte que les enfants et les femmes camerounaises puissent avoir accès à des soins et à la prévention de ce fléau qu’est le paludisme qui nous touche tous ».

Pour le sportif, « il y a trop de femmes et d’enfants qui meurent. Il est temps que cela cesse. Il y a des gens qui ont la chance d’avoir accès aux soins, dont je fais partie, mais je sais aussi qu’il y en a d’autres pour lesquels c’est beaucoup plus difficile. C’est une injustice et il faut qu’on aille au-delà de cela ».

Source: www.camerounweb.com