0
Sports News Thu, 16 Jul 2020

Scandale sexuel à la fédération de Karaté : ' les athlètes ont été manipulés'

Dans un rapport d’une Commission constituée de 10 hauts gradés de la discipline, des athlètes ont ouvertement accusé leurs dirigeants de harcèlement, viol, et autres…

Le brûlot est un document publié par le Cercle des ceintures noires du karaté du Centre. Un rapport d’une Commission mettant au grand jour les « violences sexuelles dans le karaté air Cameroun ». Cette Commission constituée de 10 hauts gradés du karaté au Cameroun, présidée par Me Francis Ampère Simo, avec pour rapporteur Me Jean Brice Amah Mfegue a rendu sa copie le 7 juillet 2020.

Ce rapport, qui fait le tour de la toile présente un visage hideux de la Fédération camerounaise de karaté, dont des dirigeants sont nommément cités et accusés des pratiques sexuelles hors normes dont le harcèlement, le viol, la violence, chantage, abus et tous autres moyens pour faire plier leurs victimes. « Les victimes des violences sexuelles dans le karaté au Cameroun choisissent très souvent de se murer dans le silence, de peur de subir des représailles de la part des auteurs qui sont très souvent des dirigeants hauts placés de la fédération ou des encadreurs (…) quelques témoins, pour la première fois, ont décidé de rompre le silence et de dénoncer leurs bourreaux afin que les choses changent. Il est évident que les victimes qui s’expriment dans ce rapport ne représentent qu’une infime partie des victimes de ces actes ignobles.

La grande majorité préférant garder le silence et le secret sur les humiliations par elles subies. Il appert également que les victimes qui ont accepté de parler sont celles qui ont résisté et contenu les assauts de leurs bourreaux », constate le rapport.

L’affaire est en train d’ébranler le monde du sport en ce moment au Cameroun, avec des témoignages des victimes, qui racontent chacune les circonstances dans lesquels elles ont subi des abus, violence, agression, harcèlement sexuels de certains dirigeants, au rang desquels Emmanuel Wakam, le prédisent de la Fédération camerounaise de karaté (Fécakada). La démarche du Cercle des ceintures noires est bien connue de la Fédération. Ce travail en Commission, a été suscité par des accusations faites par des athlètes au cours d’une réu-. nion avec les dirigeants le 4 juillet dernier au siège du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc), tel que l’a indiqué Bertin Dongmo, le secrétaire général de la Fécakada, que nous avons joint au téléphone hier.

« On a tenu une réunion au comité olympique à l’issue de laquelle, on s’est entendu que la fédération ayant les mêmes revendications que les athlètes, il n’est pas normal que les primes ne soient pas payés. La fédéra tion avait déjà fait trois lettres au ministre des Sports pour réclamer les primes. Celles de 2019 ont été payées par la suite. Mais on réclame encore les primes de 2012, 2017, 2018 et 2020 ».

Dénonciation au cours d’une réunion entre athlètes et dirigeants fédéraux au sujet des primes impayées

Les athlètes en ont profité pour poser la question de mœurs qui pollue la Fédération. « On a évoqué ce problème de mœurs et d’harcèlement. Des athlètes ont pris la parole pour dire que ce sont des problèmes individuels. Ils ont dit que si quelqu’un veut porter plainte contre la fédération, qu’il le fasse ; qu’on ne fasse pas l’amalgame. Quand les gens sont ensemble dans une chambre, ce n’est pas la fédération qui est là ou bien ce n’est pas le groupe des athlètes. Mais que de manière individuelle, quelqu’un pouvait porter son problème à l’attention de qui il voulait », a expliqué Bertin Dongmo.

Mais, l’affaire ne s’est donc pas arrêtée là. Elle s’est poursuivie au sein du Cercle des ceintures noires du Centre, via les réseaux sociaux. « Nous avons mis sur pied une commission d’écoute des enfants, pour que les plaintes ne se fassent pas de façon isolée. Mais là où y a un souci, c’est que cette Commission devait faire un rapport et le transmettre à la fédération pour que celle-ci saisisse le Conseil de discipline pour examiner les cas qui sont cités. La commission mise sur pied a fait un très bon travail, sauf que c’est une seule partie qui a été entendue, c’est-à-dire les athlètes. Il fallait également qu’on attende les mis en cause avant que le rapport ne soit transmis à la Fédération avant la publication sur les réseaux sociaux », croit savoir le secrétaire général de la Fécakada.

« Les gens ont tenté par tous les moyens d’accabler le président depuis quelques temps »

Lui qui estime que les athlètes ont été manipulés, à la veille de l’organisation des élections au sein des Fédérations sportives ; un moment où des coups se donnent entre adversaires : « il faut prendre les déclarations de ces athlètes avec beaucoup de pincettes, parce qu’il y a beaucoup de récupération à l’intérieur ; beaucoup de manipulation aussi. Il faut aller au fond de cette histoire pour comprendre les tenants et les aboutissants. Les affaires de sexe et de mœurs, ce sont les deux personnes qui s’affrontent qui savent exactement de quoi il s’agit.

Les gens ont tenté par tous les moyens d’accabler le président (Emmanuel Wakam, ndlr) depuis quelques temps. On l’a emmené au Sed (Secrétariat d’Etat à la Défense, ndlr) pour détournement, mais ils n’ont pas pu. Maintenant c’est la nouvelle stratégie sur laquelle les gars se sont accrochés. Sans dire que c’est vrai ou pas, je dis qu’il faut creuser un peu pour comprendre les vrais mobiles de cette sortie qu’ils exhibent comme de petits trophées », déclare Bertin Dongmo.

Dans tous les cas, la réaction de la tutelle est attendue sur cette question qui emballe le mouvement sportif camerounais. Léon Sarigo, le Directeur des Normes et du Suivi des organisations sportives, que nous avons joint au téléphone hier, était dans l’impossibilité de dire comment va réagir la tutelle en pareille circonstance. Son état de santé étant préoccupant. L’affaire fait grand bruit au point où seule la réaction du ministère des Sports viendrait rassurer.

Source: camerounactuel.com

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter