0
Menu
Sport

Seul Samuel Eto'o peut ressusciter la FECAFOOT - Valséro

Samuel Etoo FECAFOOT Camerounweb Samuel ETo'o, ex international camerounais

Wed, 1 Sep 2021 Source: www.camerounweb.com

• Samuel Eto'o sous les projecteurs suite à l'irrécevabilité des candidats binationaux à la FECAFOOT

• Il reçoit le soutient de Valséro qui le glorifie

• Pour le musicien, seul Samuel Eto'o peut ressusciter la FECAFOOT



A la FECAFOOT, la tension est montée d'un cran suite suite au refus du comité électoral d'accepter des candidatures des binationaux. Le nom de Samuel Eto'o, frappé par cette décision, est sur toutes les bouches. Certains lui rappellent son passé otamment comment il avait utilisé cette même arme pour bloquer des candidatures des binationaux de par le passé, tandis que d'autres le soutiennent à ne rien lâcher.

Le musicien Valséro fait partie de la dernière catégorie, se positionne derrière le 9 et le soutient dans sa marche vers la présidence de la FECAFOOT. Il affirme que l'ex footballeur camerounais se trouve dans un piège des médiocres qui avaient pour objectif de l'écarter de l'élection. Pour Valséro, ce communiqué de la commission électorale ne vise que Samuel Eto'o, qui ne s'est d'ailleurs pas encore sur sa candidature. ""Tu sais que toi et moi on sait que ce communiqué n’a qu’un seul objectif en premier, t’écarter de la présidence à la FECAFOOT. Comme quoi, sous le règne des médiocres, les hommes de valeur sont pourchassés", déclare-t-il.

Tout compte fait selon Valséro, une seule vérité est incontestable." Je veux déjà que tu intègres ça très vite…Il n’y a pas quelqu’un capable de donner du rayonnement au football camerounais plus que toi. Ca je te le reconnais. S’il y a quelqu’un qui peut ressusciter ce football, c’est toi. Mais nous sommes sous le règne des médiocres. Et sous le règne des médiocres, les hommes de valeur n’ont pas de place...T’inquiète pas frère, je vais faire ton palabre. Parce que ton palabre c’est le palabre de la compétence, des capacités contre la médiocrité. Et sous le règne des médiocres, les hommes de valeur sont persécutés…N’abandonne pas, n’abandonne pas parce que c’est une bonne lutte…Il faut arrêter d’utiliser la double nationalité comme une arme politique. Le vrai problème c’est la stabilité du Cameroun", a lâché le rappeur Valsero.

Certaines sources ont prêté des liens de connexion entre Emmanuel Maboang Kessack et Samuel Eto'o. Elles sont allées jusqu'à prétexter qu'Emmanuel est le pion du grand 9 et qu'il roule pour Samuel Eto'o. Une rumeur que l'ex Lion Indomptable a démenti.





FECAFOOT: soupçonné d'être l'homme d'Eto'o, Maboang Kessack brise le silence


L'ancien Lions Indomptable Emmanuel Maboang Kessack était face à la presse ce 30 Aout à Yaoundé. Il a profité de l'occasion pour annoncer sa candidature pour le poste de président de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT).

L'homme était assisté pour la circonstances de son avocat Me Théophile Houag, collaborateur au cabinet de Me Esther Ngom.

Emmanuel Maboang Kessack, dans son intervention, a donné les détails sur sa volonté d’accéder de prendre le contrôle du football camerounais. Très souvent associé à la candidature de Samuel Etoo, il a tenu à rappeler qu’il ne fonctionne pour personne.

Ci-dessous l'intégralité de l'intervention d'Emmanuel Maboang Kessack

Vous avez réunis la presse ce jour afin de faire le point sur vos ambitions à la tête de la fécafoot ?

Je suis très ravi de voir la presse ce soir avec beaucoup de journalistes des visages que je connais très bien. Je pense que ce ne sera pas la dernière aussi mais je me suis juste pris plutôt qu’avant.

Au regard de tous les faits qui sont relevés parlant d’une élection qui avant son départ est dit entaché d’irrégularité pensez-vous pouvoir vous frayer un chemin ?

Bien sûr ! Vous savez que j’étais déjà candidat j’avais observé lors de la dernière élection et j’ai vu que tout Camerounais avoir le droit de se défendre et c’est pour ça que j’ai sollicité Me Ngom pour défendre mes droits, parce que j’avais constaté qu’il y’avait beaucoup d’irrégularités. Donc aujourd’hui le processus électoral démarre avec beaucoup d clubs fictifs et j’ai déjà vérifié cela de moi-même et je dis merci à la CCA d’avoir pris le temps d’examiner ce dossier.

Au niveau de la commission électorale on fonctionne sans prendre en compte la décision de la CCA, ça ne vous laisse aucune inquiétude ?

Non je n’ai pas pur, je n’ai absolument pas peur. Le droit existe, ce que je dis est vrai puisque moi-même je suis victime avec mon club, je sais aussi que le Cameroun est un pays de droit et je fais confiance à la justice du Cameroun et je sais tout simplement que tout Camerounais d’où qu’il soit doit défendre ses intérêts. Donc je ne vais rien lâcher, j’irais jusqu’au bout et ceux qui me connaissent savent que je ne lâche jamais rien car si ce n’est pas bon je conteste

Alors que doit-on retenir de vous ?

D’un jeune Camerounais qui croit en son rêve. Donc je suis fonctionnaire au Cameroun, j’ai passé mes diplômes et je suis président de club vous pouvez regarder à la fédération, depuis 2014 je dépense mon argent je ne dépends de personne je paye ce qu’il faut payer allez demander à mes joueurs je gère mon équipe. J’ai géré le porte-monnaie de 16 joueurs de la génération que j’ai fait sortir parce que j’étais leur agent et j’étais le plus jeune.

Etes-vous seul ou alors vous êtes accompagné ?

Je ne peux pas être seul parce qu’il y’a des présidents de club puisque j’ai des parrainages, j’ai des mandats qui me permettent de revendiquer et je ne suis pas hors du système du football sinon je n’aurais jamais pu déposer cette requête parce que je suis président de club je suis avec les acteurs du foot et c’est pour ça que je crois à ma candidature. Je n’ai pratiquement jamais raté tout ce que je fais dans ma vie pourquoi je rouler pour quelqu’un puisque j’ai tout pour être président. La jeunesse Camerounaise doit croire en elle-même, pas besoin d’être le fis de tel pour réussir dans le football je n’ai pas eu besoin de ça. Je n’en ai pas eu besoin pour jouer deux coupes du monde deux CAN et n’être entraineur national, c’était pas un concours donc il faut que les gens comprennent qu’on peut lutter contre un organismes si on a vraiment raison. Ma candidature c’est pour montrer que les Camerounais de tout bord peuvent aussi être président de la FECAFOOT et voir beaucoup plus, je ne veux pas parler de CAF ou FIFA mais tout est possible et il faut y Croire.

C’est dire que vous ne roulez pas pour Samuel Eto’o comme certains pensent ?

Je suis fonctionnaire au Cameroun, j’ai passé mes diplômes et je suis président de club vous pouvez regarder à la fédération, depuis 2014 je dépense mon argent je ne dépends de personne je paye ce qu’il faut payer allez demander à mes joueurs je gère mon équipe. J’ai géré le porte-monnaie de 16 joueurs de la génération que j’ai fait sortir parce que j’étais leur agent et j’étais le plus jeune. J’ai un entreprise ou je suis patron j’ai mon club, ça fait 33 ans que je bosse pour moi donc je ne vois pas pourquoi je vais aller donner à quelqu’un tout ce que j’ai fait dans le football. Samuel Etoo c’est mon jeune frère, je suis président de club c’est un frère comme plusieurs, nous échangeons nous partageons et j’ai même souvent été très dur envers lui. Donc aujourd’hui je suis candidat parce que je remplis les critères et je suis à l’assemblée de la Ligue du Centre depuis 2014 et actuellement vous êtes dans mes locaux. La dernière fois on me faisait le reproche de barrer BELL mais non qu’il aille chercher les parrainages. Je ne vois pas pourquoi je vais donner mon expérience à quelqu’un sauf si on me convainc avec un bon projet et que je peux aider comme j’ai aidé beaucoup de footballeur africain. Si je peux et je peux créer du boulot à la FECAFOOT car j’ai un carnet d’adresse très fort çà c’est clair.

Avez-vous tiré les leçons de votre première tentative ?

C’est la seconde fois que je vais me présenter à cette élection, celle de candidat au poste de président de la FECAFOOT. Il y’avait même déjà eu une première lors de l’élection du président Tombi ou après avoir vu son projet j’ai décidé de ne pas me présenter. Pour ceux qui me connaissent je n’ai jamais renoncé et je ne suis pas quelqu’un qu’on paie. Je vais revenir un peu sur les détails de ma vie, Je suis orphelin et quand je suis arrivé à Bafia j’ai été capitaine après j’ai été à Yaoundé j’ai joué dans le nord comme capitaine et chez les lions indomptables j’ai été capitaine dans différentes catégories à savoir Cadet, Junior et Espoir et enfin je suis allé arracher ma place chez les seniors avec le mondial 90 puis celui de 94 que j’ai joué. Quand j’ai constitué mon dossier la dernière fois c’était en moins de 8h, j’ai pris mon bulletin de casier judiciaire numéro 3 et j’étais le premier candidat. Je n’étais pas convaincu de du projet de Seydou ou de BELL. J’ai déjà ma petite expérience.

Source: www.camerounweb.com