0
Menu
Sport

Sports et injustice : l’équipe féminine de Handball souffre dans les mains de Mouelle Kombi

Sun, 21 Nov 2021 Source: Le Messager

Abandonnées dans le dénuement, le délabrement, sans ressources matérielles et financières, les handballeuses de l’équipe nationale qualifiées à la Coupe du monde « Espagne 2021 » broient du noir alors que dans le même temps, le ministre des Sports et de l’éducation physique annonce pompeusement une prime de 5 millions Fcfa à chaque Lion indomptable quelques minutes après une victoire pré-qualificative à la coupe du monde de football « Qatar 2022 ».

Le président de la République Paul Biya a offert une prime exceptionnelle aux Lions indomptables. Mais une prime qui fait des gorges chaudes et divise la jeunesse sportive camerounaise. Elle ne comprend pas ce qui se passe dans la démarche et le fonctionnement du président de la République pour qu’il en arrive à gâter, à multiplier des largesses, à offrir autant d’argent aux joueurs de l’équipe nationale de football, certes qualifiée pour les barrages.

Que dire de la célérité, l’enthousiasme, les excitations émotionnelles indescriptibles de Narcisse Mouelle Kombi. Joyeux, ému tel un bambin, qui vient de recevoir son premier jouet de la fête de Noël, le ministre des Sports et de l’éducation physique et sportive qui n’a pas pu contenir ses émotions, a pratiquement perdu sa voix une fois dans les vestiaires des lions indomptables de football. Il s’y est rendu immédiatement après le match pour féliciter tes joueurs et les encadreurs.

Séance tenante, avec beaucoup d’emphase, le patron des sports a déclaré que de par la gracieuse magnanimité du président de la République Paul Biya chaque joueur recevrait cinq millions pour la victoire. Une somme qui s’ajoute à la traditionnelle prime déjà gagnée. En faisant le décompte, cela fait un supplément de 120 millions de Fcfa environ, offerts gracieusement aux joueurs de football.

Les handballeuses mal logées, mal nourries

L’injustice et la roublardise sont largement décriées. Pour le journaliste Donald Zang Manga, il s’observe derrière les rideaux, une frustration insoutenable dans la gestion et l’encadrement des jeunes sportifs camerounais dans les disciplines sportives.

On a du mal à comprendre que depuis des semaines, les joueuses de l’équipe nationale féminine de Handball soient délaissées au vu de traitement qui leur est accordé. « Les handballeuses préparent de manière laborieuse et pitoyable la coupe du monde prévue au mois de décembre prochain en Espagne. Cette sélection, vice-championne d’Afrique s’entraîne dans la rue, les cailloux et le ciment nu. Les handballeuses sont mal logées, mal nourries. Elles manquent des rafraîchissements, de l’eau à boire pendant des séances d’entraînement et même d’argent pour aller peaufiner sa préparation à l’étranger. Le comble de l’indigence.’est tel que même pour se mouvoir, se déplacer, ces joueuses doivent tendre la main, se contenter des maigres et ridicules sommes d’argent que leurs donnent les encadreurs du staff technique », s’indigne le chroniqueur sportif en service à “Soleil Fm“, une chaîne de radio émettant dans ville de Yaoundé et ses environs.

Comment taire des injustices aussi criardes, affligeantes et écœurantes, surtout lorsque seul le football, principalement l’équipe nationale masculine des lions indomptables semble préoccuper le chef d’État Paul Biya? Toutes les infrastructures, les moyens financiers et matériels sont affectés aux lions indomptables de football majoritairement composés des joueurs professionnels.

Que d’injustice, d’iniquité et de frustrations à l’endroit des jeunes sportifs qui excellent dans d’autres disciplines sportives? Ils ont pourtant aussi besoin de l’encadrement, des appuis et de la reconnaissance des pouvoirs publics. Pourquoi réserver le fruit de la collecte des impôts auprès du contribuable, la fortune publique aux seuls footballeurs des lions indomptables?

Une aberration lamentable

Les volleyeuses de l’équipe nationale ont remporté le trophée au Rwanda sans la présence d’un officiel Camerounais. Elles attendent toujours la prime spéciale du chef d’État Paul Biya. Les joueurs camerounais du scrabble sont allés gagner la coupe du monde sans le moindre soutien du Minsep. Une équipe de judokas a fait le voyage par train et route pour aller remporter une bonne moisson de médailles au Tchad dans l’indifférence et la méprise cardinale du Ministère des sports et de l’éducation physique.

On se souvient des risques encourus; il est connu de tous que seuls les commerçants des vivres qui empruntent encore le vieux train aujourd’hui. Les exemples sont connus à la pelle. Tout se passe comme si Narcisse Mouelle Kombi a fait des victoires des lions indomptables (Coupe du monde) et la prochaine Can de football en terre camerounaise une question de mort ou de sa survie dans le gouvernement de Paul Biya. Comment réussir à faire comprendre au ministre Narcisse Mouelle Kombi qu’il faut un équilibre rationnel et raisonnable entre les fédérations sportives?

Elles déploient les mêmes efforts qui sont visibles. Même s’il est vrai que sur le plan contextuel, le Football soulève émotionnellement des passions nationales; pour autant, aucune discipline sportive ne doit être sevrée. Comme l’enseigne un adage: « Ce n’est pas parce que la tortue va à pas lents qu’elle n’a pas droit à sa part ».

Il serait juste et équitable que les responsables en charge des sports et l’État gouvernant du Cameroun respectent, logent dans les mêmes enseignes et de bonnes conditions tous les enfants du pays qui ont décidé de jouer au Handball, au volley-ball; des jeunes qui se sacrifient à la pratique des disciplines sportives autres que le football.

Après avoir versé une prime présidentielle spéciale de cinq millions à chaque lion indomptable de football, quel discours le ministre Narcisse Mouelle Kombi peut valablement tenir aux Lionnes indomptables de handball, qualifiées à la coupe du monde “Espagne 2021″. Qu’est-ce qui l’a empêché d’utiliser pour les mêmes canaux, de faire le même plaidoyer pour les autres disciplines sportives comme c’est le cas pour le football?

Escroquerie politique ?

On se souvient que c’est le président Paul Biya lui-même qui avait déclaré: « il n’y a pas de sport majeur, ou de sport mineur….. ». Doit-on penser que cet extrait du discours de Paul Biya se révèle être du dilatoire, de l’esbroufe, de la poudre jetée aux yeux des jeunes ? Sinon de l’escroquerie politique ? De quels arguments dispose Narcisse Mouelle Kombi si la jeunesse sportive porte contre lui, l’accusation d’être l’un des rares ministres des sports qui invalide la citation présidentielle selon laquelle « il n’y a pas de sport roi, mais le sport tout court »?

Les Lionnes indomptables de handball sont encore clouées sur le sol camerounais alors que la compétition commence dans quelques jours. Il revient à Narcisse Mouelle Kombi qui entretient trop-plein d’injustice et un sentiment inacceptable d’arbitraire dans les arbitrages de se raviser. Il faut éviter de franchir les frontières outrancières de l’indignation collective et-du ras-le-bol. Au fil des années cette discrimination devient insupportable, insoutenable au sein de la jeunesse sportive camerounaise. C’est indigne d’être ministre des sports; de fissurer, d’œuvrer par le délitement et à la partition de la jeunesse de son pays.

Source: Le Messager