0

Afrique du Sud : vastes scandales de corruption liées au COVID-19

Zweli Mkhize Zweli Mkhize

Thu, 10 Jun 2021 Source: www.camerounweb.com

• Le ministre de la santé, Zweli Mkhize est accusé de corruption dans la gestion de la pandémie.

• Il est mis en congés et remplacé provisoirement par la ministre du tourisme.

• Zweli Mkhize est accusé d’avoir bénéficié des retombées de 150 millions de rands de contrats octroyés par son ministère.


Le ministre de la santé, Zweli Mkhize est visé par une enquête ouverte par l’organe de lutte anticorruption sud-africain sur des contrats passés dans le cadre de la pandémie. Ce dernier a été mis en « congé spécial » par le président, Cyril Ramaphosa.

Le ministre Zweli Mkhize au cœur de la tourmente

En effet, dans le communiqué publié par la présidence, Cyril Ramaphosa, a annoncé la mise en “congé spécial” de son ministre de la Santé, éclaboussé par des accusations de corruption. Et fait étonnant, la ministre du tourisme devra assurer l’intérim. Alors que le pays est menacé par une troisième vague imminente de Covid-19, l’Afrique du Sud se défait d'un pilier de la lutte contre la pandémie.

Mais l’annonce de la mise en "congé spécial" de Zweli Mkhize ne convainc qu’à moitié. Dans son communiqué, Cyril Ramaphosa indique que le ministre a été mis en disponibilité afin de lui "permettre de s’occuper des allégations et des enquêtes relatives aux contrats entre le ministère de la Santé et un fournisseur de services, Digital Vibes". Le chef des Unités spéciales d'enquêtes, Andy Mothibi, avait révélé que 14,3 milliards de rands (870 millions d’euros) de contrats liés à la lutte contre le Covid-19 font actuellement l’objet d’enquêtes.

Au total, 11 % des sommes allouées à la lutte contre la pandémie sont concernées. Dans la province de Johannesburg, 430 millions de rands (26 millions d’euros) ont été dépensés dans des fumigations inutiles contre la propagation du virus. Par ailleurs, 300 millions de rands étaient censés financer la construction de 1 800 abris temporaires, mais seuls 279 ont été édifiés. Une autre paire de manches, près de 10 millions de rands censés être consacrés à l’achat de masques destinés à des établissements scolaires se sont volatilisés sans que les masques soient disponibles.

L'Afrique du Sud, au rythme des scandales de corruption

La semaine du 1er juin a mis en évidence l’ampleur des problèmes de corruption en Afrique du Sud. Le pays était en partie plongé dans le noir en raison d’une nouvelle vague de coupures de courant, conséquences de la faillite technique d’Eskom, la compagnie nationale d’électricité ruinée par une corruption massive.

Un ministre pourtant très "modèle"

Les enquêtes sur l'affaire de corruption qui risque d'emporter le ministre sont très sérieuses parce que c’est la première fois que la corruption se manifeste de façon si évidente et systémique, selon le chef de la section d’enquête, Andy Mothibi, au cours de sa présentation devant le comité parlementaire chargé de veiller sur les comptes publics

Très populaire et très respecté pour ses airs très posés et son apparente maîtrise de la maladie du COVID-19, le ministre se retrouve au cœur de la tourmente. En août 2020, alors que de premiers scandales éclaboussaient de hauts responsables de la province de Johannesburg, Zweli Mkhize avait très sévèrement condamné les dérives, tout en assurant, qu’il n’y avait "pas de place pour la corruption" dans le combat contre le Covid-19. Aujourd'hui il est accusé d’avoir bénéficié des retombées de 150 millions de rands de contrats octroyés par son ministère à une sombre société contrôlée par deux de ses anciennes collaboratrices.

Dans le cadre de l'enquête, l'unité spéciale passera au crible plus de 4 000 contrats passés dans le cadre de la gestion de la pandémie.

Source: www.camerounweb.com

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.