0

Angola : le ministre des Finances admet que l’État ne maitrise pas son patrimoine total

Vera Daves Angola Camerounweb la ministre angolaise des Finances, Vera Daves

Thu, 9 Sep 2021 Source: www.camerounweb.com

• Selon la ministre angolaise des Finances, Vera Daves, l'Etat angolais ne maitrise pas son patrimoine

• Elle a fait cette déclaration au cours d'un atelier sur "le système de contrôle interne"

• L'Angola est un pays encore marqué par la corruption


Selon la ministre angolaise des Finances, Vera Daves, "l’État a beaucoup plus de biens qu’il n’en compte. Les dépenses ont été effectuées, elles n’ont pas été enregistrées patrimonialement, de sorte que parfois il y a des véhicules qui circulent, des bâtiments qui ont été achetés, mais qui n’ont pas été enregistrés, c’est un problème grave que nous attaquonsé".

L'Etat ne maitrise pas son patrimoine

La ministre des Finances s’est exprimée ce lundi 6 septembre lors d’un atelier sur "le système de contrôle interne", au cours duquel elle a abordé les questions liées au contrôle de l’exécution budgétaire, soulignant les principales violations des règles et leurs conséquences. "C’est un sujet que nous devons attaquer de face et nous demandons votre aide à cet égard", a-t-il souligné, s’adressant aux responsables de l’inspection générale de l’administration de l’Etat.

Elle a également souligné d’autres infractions, telles que l’insuffisance des recettes perçues sur le compte unique du Trésor, une "faiblesse" liée à "une prolifération de comptes bancaires".

La corruption rampante

"Il y a beaucoup d’argent qui est réparti dont nous ne savons même pas qu’il existe, et si nous ne savons pas qu’il existe, nous ne savons évidemment pas comment il est dépensé", a-t-elle déclaré, ajoutant que certains comptes avaient même été ouverts avec autorisation. Vera Daves a également abordé le thème de l’autorisation des dépenses non budgétisées ou sans gestion adéquate et sans planification: "il semble que nous gérions de manière impromptue en l’absence de programmation", a-t-elle noté.

L'économie angolaise est marquée par les années de guerre civile. Elle s'est relancée en 2002. Elle reste une économie pauvre et de structure peu avancée. Le secteur primaire emploie 85 % des actifs pour 8 % des richesses créées. Sept Angolais sur dix vivent sous le seuil de pauvreté, ce qui est symptomatique des efforts encore à effectuer dans ce domaine. Le revenu par habitant demeure l'un des plus faibles au monde. Environ 50 % des actifs sont soit au chômage soit sous-employés.

La corruption reste encore un sérieux problème. Selon l’économiste Manuel Alves da Rocha, une partie des détournements de fonds publics irrigue encore aujourd’hui l'économie sous la forme d’investissements importants réalisés dans un passé récent. Une autre partie a quitté illégalement le pays et ces fuites massives de capitaux ont contribué positivement au PIB de pays étrangers comme le Portugal à travers des entreprises et des banques. Enfin, une troisième s’est évaporée dans des circuits financiers complexes, souvent offshore et parfois illicites.

Source: www.camerounweb.com