0

Bénin : avortement légalisé, au grand dam des religieux

Fri, 22 Oct 2021 Source: www.camerounweb.com

• L'avortement est désormais légal au Bénin

• Le parlement l'a acté par la modification d'une loi

• La mesure était attaquée de façon virulente par la Conférence épiscopale


Les députés ont adopté en séance plénière ce mercredi 20 octobre 2021 la loi modifiant et complétant la loi n°2003-04 du 03 mars 2003 relative à la santé sexuelle et à la reproduction en République du Bénin. Cette nouvelle mise à jour de la loi autorise l'avortement.

L'interruption volontaire de grossesse est désormais légal

On retiendra que les dispositions nouvelles sont relatives à l’élargissement des cas légaux d’interruption volontaire de grossesse (IGV) pour préserver la femme majeure mais également la jeune fille, au rôle central des équipes médicales et des assistants sociaux et au renforcement des dispositions pénales réprimant le fait de proposer ses services pour réaliser une interruption volontaire de grossesse en public, en privé ou par la propagande d’écrits. Cette loi, selon la Commission des lois ad hoc comporte des mesures permettant de sauver et de préserver des vies humaines, en l’occurrence celles des femmes des méfaits des avortements clandestins, de la déscolarisation précoce et de l’accroissement de la pauvreté

Un grand enthousiasme du ministre de la santé publique

Présent dans l’hémicycle au cours de la séance plénière, le Ministre de la santé publique, Benjamin Hounkpatin, n'a pas manqué de manifester son enthousiasme. Pour lui, cette loi ne vise nullement la limitation des naissances au Bénin. Pour lui, il s’agit d’une démarche du gouvernement qui vise à éradiquer les avortements clandestins qui ont des conséquences dramatiques sur la vie des femmes et des filles. Comme conséquence, il a cité les mutilations de l’utérus, les saignements voire des pertes en vies humaines. Poursuivant dans le même sens, il également déclaré que chaque année au Bénin, au moins 200 filles meurent d’avortement non assisté par les professionnels de la santé loin des milieux sécurisés.

Un bémol qui devrait peut-être soulager les religieux

Au Bénin, pays très religieux, l'annonce de la mesure déclenché une levée de boucliers d'une partie de la société et notamment de la Conférence épiscopale du pays. Dans un communiqué rendu public la veille, elle affirmait que "la légalisation de l'avortement est la culture de la mort" et qu'il existait des "alternatives honnêtes et fiables pour remédier aux maux que l'on entend solutionner par la légalisation de l'avortement".

Il faut noter que selon les dispositions de l’article 17.3 de la présente loi, aucune interruption volontaire de grossesse n’est légale après 12 semaines.

Source: www.camerounweb.com