0

Côte d'Ivoire : Ouattara donne son feu vert au retour de Laurent Gbagbo

Fri, 2 Apr 2021 Source: Africa Intelligence

Jusqu'ici peu enclin à laisser rentrer Gbagbo, acquitté définitivement par la CPI le 31 mars, en Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara a missionné son premier cercle pour "faciliter" le retour de l'ancien président, qui reste sous le coup d'une condamnation à vingt ans de prison dans le pays.

Alors que la présidence a alternativement soufflé le chaud et le froid sur le retour en Côte d'Ivoire de l'ancien président Laurent Gbagbo Laurent Gbagbo, l'acquittement définitif de ce dernier le 31 mars par la Cour pénale internationale Cour pénale internationale (CPI) de La Haye (Pays-Bas) oblige Alassane Ouattara Alassane Ouattara à passer de la parole aux actes.

Le chef de l'Etat avait déclaré à plusieurs reprises qu'il attendait la décision de la CPI pour répondre à certaines des doléances du fondateur du Front populaire ivoirien Front populaire ivoirien (FPI). Dès le 31 mars, Alassane Ouattara a ainsi mis en place une petite task force pour préparer le retour au pays de Gbagbo. Cette cellule devrait, dans les tout prochains jours, faire le voyage à Bruxelles où réside actuellement l'ancien président, pour discuter des modalités de son retour.

De premiers contacts informels ont d'ores et déjà été noués. Comme l'avait révélé Africa Intelligence le 13/11/20, Alassane Ouattra avait transmis, mi-novembre, deux passeports - ordinaires et diplomatiques - à l'ancien président qui en avait fait la demande l'été dernier. Garde rapprochée Quelques détails restent encore à régler.

Gbagbo, qui a toujours considéré qu'il n'avait pas à "négocier" son retour en Côte d'Ivoire, veut disposer des mêmes dispositions garanties aux anciens chefs d'Etat ivoiriens et dont il ne jouit plus depuis 2011. Ce statut lui donne notamment droit à des émoluments s'élevant à 9 584 580 francs CFA (14 500 euros) par mois, auquel s'ajoutent 7 500 000 francs CFA (11 500 euros) de frais de déplacement, et la mise à disposition d'une garde rapprochée.

A Abidjan, le secrétaire général du Front populaire ivoirien populaire ivoirien (FPI), Assoa Adou Assoa Adou - désigné par Gbagbo cet automne pour jouer le go between avec Abidjan - doit pour sa part rencontrer début avril les autorités ivoiriennes pour discuter des modalités du retour sur les bords de la lagune Ebrié de l'ancien opposant à Félix Houphouët-Boigny Félix Houphouët-Boigny. Si aucunes dates n'ont encore été arrêtées, l'arrivée de Laurent Gbagbo pourrait intervenir avant le mois de juin. En amont, il devrait s'entretenir par téléphone avec Alassane Ouattara, qui serait désormais prêt à appeler son prédécesseur.

Plusieurs amis communs des deux hommes ont déjà tenté d'organiser cet hiver une conversation téléphonique, sans succès, ni Gbagbo ni Ouattara ne voulant prendre l'initiative d'appeler l'autre. Condamnation à vingt ans de prison en Côte d'Ivoire Au centre des "aménagements" sur lesquels doit se pencher Alassane Ouattara figure notamment la condamnation de Laurent Gbagbo à vingt ans d'emprisonnement en janvier 2018 dans l'affaire dite du "casse de la BCEAO". Le sujet pourrait donner lieu à une négociation limitant l'engagement politique de l'ancien président, ce alors que plusieurs cadres de la majorité du Rassemblement des houphouëtistes pour la Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix démocratie et la paix (RHDP) s'inquiètent des éventuelles ambitions politiques de Gbagbo, dont l'intéressé lui-même ne fait pas mystère.

Alassane Ouattara, qui n'est pas favorable à une "amnistie" de l'ancien président, privilégie à ce jour le scénario d'une "grâce". Quel interlocuteur au gouvernement ? Jusqu'à son décès le 10 mars, c'était le premier ministre Hamed Bakayoko Hamed Bakayoko qui avait la haute main sur les négociations avec l'opposition et qui s'était entretenu à plusieurs reprises par téléphone avec Gbagbo. Depuis sa disparition, aucun responsable ivoirien n'a repris le flambeau, et l'ancien président n'a à ce jour aucun interlocuteur au gouvernement.

La nomination d'une nouvelle équipe de ministres, qui devrait intervenir en début de semaine prochaine - le gouvernement est attendu lundi ou mardi -, devrait ainsi permettre de désigner un interlocuteur officiel pour gérer ce dossier délicat. Si l'actuel ministre de la réconciliation nationale Kouadio Konan Bertin Kouadio Konan Bertin dit "KKB" était reconduit à son poste, c'est ce dernier qui pourrait hériter du dossier. Mi-février, alors que Bakayoko était déjà hospitalisé à Paris, une rencontre à Bruxelles avec Gbagbo avait un temps été évoquée avant d'être annulée.

Source: Africa Intelligence

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.