0

Changement climatique : 6 points de "non-retour" susceptibles d'être franchis, selon une nouvelle étude

8dee26b0 3736 11ed 9ede 3776caae5876 Esme Stallard BBC News

Wed, 21 Sep 2022 Source: www.bbc.com

Esme Stallard

BBC News, journaliste spécialiste des sciences et du climat

Selon une nouvelle analyse, au rythme actuel du réchauffement, la Terre risque de franchir six "points de basculement" climatiques "dangereux".

Le dépassement de ces limites affecterait les systèmes de la planète, entraînant l'effondrement des calottes glaciaires et la disparition des récifs coralliens.

Des commentateurs scientifiques ont déjà déclaré qu'atteindre un tel point serait une "urgence climatique".

Les chercheurs ont analysé les preuves des points de non-retour dans 200 études récentes.

Ils ont pris en compte :



  • A quelles températures les points de non-retour seraient atteints.
  • Les impacts qu'ils auraient sur d'autres systèmes terrestres.



  • Dans quels délais les impacts se feraient-ils sentir ?


La recherche, fondée sur les données publiées depuis 2008, a révélé que les niveaux actuels du réchauffement climatique risquent déjà d'atteindre six points de non-retour climatique, et que les risques augmentent avec chaque dixième de degré de réchauffement.

Le Climate Action Tracker estime que même dans le cadre d'un scénario optimiste dans lequel les objectifs climatiques mondiaux actuels sont atteints, le monde connaîtra un réchauffement moyen de 1,8 °C.

Points de "non-retour"

L'idée de "points de non-retour climatiques" a été avancée pour la première fois par le groupe scientifique des Nations unies sur le climat, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), il y a vingt ans.

S'ils sont franchis, ils pourraient déclencher un changement important dans le mode de fonctionnement des systèmes terrestres, affectant les océans, le climat et les processus chimiques, dont certains pourraient être "irréversibles", selon l'ONU.

Une fois un point franchi, la dégradation du système est auto-entretenue, elle se poursuivra donc même s'il n'y a plus de réchauffement.

Il s'auto-perpétue : un peu comme lorsqu'une balle commence à dévaler une pente sans pouvoir s'arrêter.

À l'époque, on pensait que les points ne seraient franchis que si les températures mondiales augmentaient de plus de 5ºC.

Mais depuis lors, de plus en plus d'éléments montrent que ces limites peuvent être franchies beaucoup plus tôt.

Quels sont les points

Les six points qui sont "susceptibles" de se croiser, selon les recherches publiées dans la revue Science, sont les suivants :



  • L'effondrement de la couche de glace du Groenland.


  • L'effondrement de la couche de glace de l'Antarctique occidental.


  • L'effondrement de la circulation océanique dans la région polaire de l'Atlantique Nord.


  • Extinction des récifs coralliens dans les basses latitudes.
  • Fonte soudaine du pergélisol (couverture végétale gelée en permanence) dans les régions nordiques.



  • Perte brutale de la glace de mer dans la mer de Barents.


L'auteur principal de l'étude, David Armstrong McKay, du Stockholm Resilience Centre, de l'université d'Exeter et de la Commission de la Terre, a déclaré que des signes de déstabilisation sont déjà visibles dans les régions polaires et qu'il s'agit de l'étape qui précède l'effondrement du système.

Selon les Nations unies, le Groenland et l'Antarctique perdent actuellement de la glace six fois plus vite qu'il y a 30 ans, et la calotte glaciaire du Groenland ne cesse de rétrécir depuis 25 ans en raison du changement climatique.

Et si certains des autres points de non-retour, comme la disparition de l'Amazone, ne devraient pas se produire si les températures mondiales n'augmentent pas d'au moins 3,5 °C, tous ces systèmes sont liés.

Ainsi, si un système commence à s'effondrer, cela pourrait augmenter les risques d'effondrement des autres.

Plusieurs points de non-retour

La co-auteure, Ricarda Winkelmann, chercheuse à l'Institut de Potsdam pour la recherche sur l'impact climatique et membre de la Commission de la Terre, a déclaré : "de nombreux éléments des systèmes terrestres sont interconnectés, ce qui fait des points de non-retour en cascade une préoccupation supplémentaire sérieuse.

Par exemple, si les calottes glaciaires sont plus petites ou s'il y a moins de calottes glaciaires et moins de glace de mer, l'énergie solaire est moins réfléchie, ce qui entraîne un réchauffement climatique plus important.

L'équipe a suggéré qu'en plus d'identifier ces risques, la liste des points de non-retour pourrait être portée à 16.

L'équipe a travaillé avec des données paléoclimatiques (conditions climatiques il y a des milliers d'années), des observations actuelles et les résultats de modèles climatiques pour faire ces nouvelles identifications.

Mais certains des précédents points de non-retour, tels que l'oscillation australe El Niño, ont été retirés de la liste en raison du manque de preuves.

Source: www.bbc.com