0

Crise tchadienne : Emmanuel Macron fustige le renseignement français

Macron Image Du Jour Emmanuel Macron fustige le renseignement français

Sat, 1 May 2021 Source: La Météo n°1127

A propos de ses éléments, le patron de l’Élysée s’est montré ferme quant au déroulement des manifestations au Tchad.

« Messieurs de la Dgse, je rie vous ” suivrai pas dans vos manœuvres, assumez vos responsabilités et je vous demande urgemment de faire revenir l’ordre au Tchad ». Le propos du président français, en date d’hier, dénote le ton injonctif par lequel il s’est adressé aux élémerits de la Direction générale de la sécurité extérieure (Dgse), un corps d’élite français spécialisé dans le renseignement. Ses hommes ont-ils failli dans leur mission ?

La déclaration du président Macron indique des zones d’ombre relatives à l’efficacité de ces derniers sur le sol tchadien. Dans un contexte marqué par les mouvements d’humeur des populations tchadiennes et la montée du sentiment anti français, perceptible par les inscriptions des manifestants dénonçant l’ingérence de la France dans la crise que traverse le pays, l’inquiétude serait du côté de Paris. Ainsi, Emmanuel Macron prend sur lui la mesure de remédier à la situation et ce, à divers niveaux.

Paris se dédouane …« La France et le République démocratique du Congo condamnent fermement la répression des manifestations au Tchad et demandent la cessation de toutes les formes de violences. Elles rappellent leur soutient à un processus de transition inclusif, ouvert à toutes les forces politiques tchadiennes, conduit par un gouvernement civil d’union nationale et devant mener le pays à des élections dans un délai de 18 mois. Elles expriment leur soutien aux efforts d’accompagnement engagés par l’Union africaine et réitèrent leur attachement à la stabilité du Tchad », souligne un communiqué du palais de l’Élysée du mardi 27 avril.

A N’djamena la rue grogne. Les affrontements entre l’armée et les foules ont fait 9 morts et plusieurs blessés dans le camp des populations. L’opposition exige le retour des civils au pouvoir, la formation d’un « gouvernement d’union nationale »et le respect du délai de 18 mois pour l’organisation des élections démocratiques. Toutefois, le Conseil militaire de transition ( Cmt), actuel garant des institutions que dirige le général Mahamat Idriss Deby, fait l’objet de nombreuses critiques, au Tchad et à l’extérieur.

Source: La Météo n°1127

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.