2
Africa News Sat, 23 Apr 2022

Economie : la banque mondiale tourne à son tour le dos au Mali

Le Mali n’en a pas fini avec les ennuis. Des sanctions de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à celles de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) en passant par la colère des autorités françaises, le pays continue de payer cher pour le coup d’Etat militaire d’août 2020 et pour le fait que ses nouvelles autorités aient décidé de se passer du soutien militaire de la France dans la lutte contre le terrorisme.

C’est au tour d’un poids lourd de relance économique dans les pays du sud d’interdire l’accès à ses caisses au Mali. « La présente lettre a pour objet de vous informer de cette décision de suspension des décaissements de la Banque mondiale et vous invite à prendre les dispositions nécessaires » ; c’est l’objet d’un courrier en date du 14 avril 2022 adressé au ministre malien de l’économie et des finances. Dans un contexte de forte inflation où les comptes publics du pays sont mis à mal par les sanctions sous-régionales, la décision de l’institution de Bretton Woods tombe comme un coup de massue pour les populations maliennes.

Même si la banque mondiale exprime, à travers le même courrier, sa « disponibilité à aider le Mali dans le cadre des « interventions d’urgence et les projets à caractère social et humanitaire », les Maliens doivent se tenir prêts à serrer davantage la ceinture.

« En effet, la Banque mondiale a décidé de suspendre les décaissements en faveur des projets et programmes qu’elle finance au Mali, en raison de l’accumulation des échéances au titre du service de la dette publique extérieure pendant plus de 45 jours », c’est ce qu’a indiqué le ministre malien de l’Economie dans une correspondance en date du 14 avril 2022.

En clair, les sanctions sous-régionales ont eu le mérite de mettre le Mali en difficulté de payement vis-à-vis de la banque mondiale qui décide finalement de ne plus prêter au pays. Les chefs d’Etat de la CEDEAO ne pouvaient pas espérer mieux.
Source: www.camerounweb.com