0

Nigéria: soixante-dix élèves enlevés par les bandits dans le Zamfara ont été libérés selon l'armée

Bandits Nigeria Camerounweb soixante-dix élèves enlevés par les bandits dans le Zamfara ont été libérés selon l'armée

Tue, 14 Sep 2021 Source: www.camerounweb.com

• Soixante-quinze enfants enlevés dans leurs écoles ont été retrouvées

• 'Aucune rançon n'a été payée', insistent les autorités

• L'Etat du Zamfara a été coupée du monde pour mieux faire face au grand banditisme


Soixante-quinze enfants enlevés dans leur école dans l’Etat de Zamfara, dans le nord-ouest du Nigeria, ont été libérés après que leurs ravisseurs aient subi une répression militaire, a annoncé lundi le porte-parole du gouverneur de Zamfara (Nigéria).

'Aucune rançon n'a été payée', insistent les autorités

Des hommes armés avaient emmené les élèves du village de Kaya le 1er septembre. Ce fut le dernier d’une série d’enlèvements massifs dans des écoles de la région. Mais plus de 1 100 enfants ont été saisis depuis décembre dernier. Les autorités disent qu’ils ont été enlevés par des gangs de bandits lourdement armés cherchant à obtenir des rançons.

Un porte-parole du gouverneur de l’État de Zamfara a déclaré qu’aucune rançon n’avait été payée pour les 75 enfants, qui avaient été reçus par le gouverneur à son siège. Le porte-parole a envoyé aux journalistes des images de garçons et de filles en uniforme, assis à l’intérieur de ce qui ressemblait à une salle de réunion. Il n’a pas dit quand ils ont été libérés.

La repression dans le Zamfara inquiète

Zamfara a été l’un des États les plus touchés par la crise des enlèvements. Le 3 septembre, les autorités ont ordonné une panne de téléphone et d’Internet alors que les forces de sécurité réprimaient les gangs. Depuis lors, l’État a été largement coupé du monde extérieur et alors que des rumeurs ont circulé sur ce qui se passe, les militaires ont donné peu d’informations.

Depuis dimanche soir, plusieurs médias nigérians ont rapporté que des bandits à Zamfara avaient attaqué une base militaire et tué 12 soldats. Invité à commenter, le porte-parole de la défense, le major-général Benjamin Sawyerr, n’a ni nié ni confirmé les informations. Dans un communiqué publié dimanche, Sawyerr a déclaré que l’armée était au courant de photos et de vidéos circulant en ligne, montrant prétendument le déversement dans des fosses communes de corps de personnes tuées lors de la répression de Zamfara. Il a dit que les images n’étaient pas authentiques.

"Les images virales qui circulent n’ont rien en commun avec les opérations en cours", a-t-il déclaré, ajoutant que les forces armées agissaient "dans le strict respect des règles des conflits armés".

Source: www.camerounweb.com