0

Pêche au Ghana : abus, corruption et décès sur les navires chinois

 127744328 Mediaitem127744327 Au Ghana, Bright Tsai Kweku a tout vu.

Tue, 10 Jan 2023 Source: www.camerounweb.com

Lorsqu'il est question d'abus et de corruption sur les navires de pêche chinois au Ghana, Bright Tsai Kweku a tout vu.

Il a vu des équipages chinois traiter les pêcheurs locaux comme des "esclaves", dit-il.

"Ils les battent, ils leur crachent dessus, ils leur donnent des coups de pied", dit M. Kweku. "J'ai déjà vécu cela".

M. Kweku travaille comme bosun - un officier en charge de l'équipement et de l'équipage. Il dit avoir été forcé de travailler pendant trois jours sans dormir, s'être vu refuser de la nourriture et avoir été contraint de boire de l'eau sale.

Le sort de certains de ses collègues pêcheurs a été encore pire, dit-il.

Articles recommandés :

  • Les 5 principaux avantages de l'huile d'olive pour la santé
  • Une femme proteste contre l'interdiction de l'éducation imposée par les talibans en prononçant une seule parole de Dieu
  • Ces pays qui vont recevoir des milliards de dollars pour se détourner des carburants polluants
M. Kweku raconte qu'un de ses collègues est tombé malade du choléra à bord d'un navire chinois, mais que l'équipage a refusé de le ramener à terre pour le soigner. Il n'en est pas revenu vivant.

Il a vu un autre être gravement brûlé sur un navire après qu'un incendie se soit déclaré à bord. Un autre collègue a été happé par une hélice. Aucun des deux n'a survécu et les familles n'ont pas reçu d'indemnisation appropriée, dit-il.

Ce ne sont là que quelques exemples des abus et négligences généralisés qui seraient liés aux navires de pêche chinois opérant au large des côtes ghanéennes.

La Fondation pour la justice environnementale (EJF), basée au Royaume-Uni, affirme qu'au moins 90 % des chalutiers industriels opérant au Ghana appartiennent à des sociétés chinoises, en violation des lois ghanéennes sur la propriété des navires de pêche battant pavillon local. Une proportion importante de ces navires s'est engagée dans des pratiques illégales, selon EJF.

Un récent rapport d'EJF enquête sur ce qu'il qualifie de pêche illégale, non déclarée et non réglementée, ainsi que sur les violations des droits humains commises par la flotte chinoise de pêche en eaux lointaines (DWF) au Ghana. La propriété et le contrôle opérationnel de la flotte chinoise de pêche en eaux lointaines, la plus importante au monde, sont complexes et opaques.

  • Les usines qui transforment le poisson d'Afrique de l'Ouest en poudre
  • Profession : écailleuses de poissons
Les 36 membres d'équipage interrogés par EJF ont tous été contraints de travailler plus de 14 heures par jour et ont reçu une nourriture insuffisante.

  • 94% ont reçu des médicaments inadéquats ou ont été témoins d'abus verbaux.
  • 86 % ont signalé des conditions de vie inadéquates
  • 81% ont été témoins d'abus physiques
  • 75 % ont été témoins de blessures graves en mer.
En réponse, l'ambassade de Chine affirme qu'elle est un "pays de pêche responsable".

"Nous avons toujours travaillé avec les autres membres de la communauté internationale pour réprimer la pêche illégale, non déclarée et non réglementée, et nous avons beaucoup fait pour lutter efficacement contre la pêche illégale", déclare son service de presse à la BBC.

L'une des pires catastrophes impliquant un navire chinois dans les eaux ghanéennes a eu lieu il y a huit mois.

Le 6 mai, le MV Comforter 2 a coulé dans des conditions de tempête. Quatorze membres d'équipage ont été secourus, mais 11 sont toujours portés disparus, présumés morts, dont l'observateur nommé par l'État. Le corps du capitaine chinois a été retrouvé.

L'un des survivants, qui a requis l'anonymat et que nous appellerons Michael, se souvient des horreurs qui se sont déroulées ce jour-là.

Malgré des tempêtes de plus en plus violentes, il raconte que l'équipage chinois a demandé aux pêcheurs de ramener une quantité excessive de poissons en une seule fois. Le bateau, qui avait déjà beaucoup de poissons à bord, a perdu le contrôle et a chaviré sous le poids de la cargaison et des eaux agitées.

Michael et neuf autres personnes ont réussi à s'accrocher à un baril de pétrole flottant pendant près de 24 heures, avant qu'un pêcheur ne les trouve.

"C'était une nuit terrifiante", raconte-t-il. "Nous ne savions pas si nous allions nous en sortir ou non".

Michael ne s'est pas remis physiquement ou mentalement de la catastrophe, et affirme que la société ghanéenne officiellement en charge du navire, Boatacom, ne lui a versé aucune compensation.

"Je ne suis pas content du tout, la compagnie ne cesse de nous donner des excuses. Parfois, je ressens des douleurs dans tout le corps. J'ai besoin de soins médicaux, mais je n'ai pas d'argent", dit-il.

Kojo Ampratwum, directeur général de Boatacom, explique à la BBC que la société a soumis ses rapports à la compagnie d'assurance et attend une réponse.

Il est difficile de savoir à qui appartiennent le MV Comforter 2 et les autres navires opérant au Ghana.

La propriété étrangère de chalutiers industriels opérant sous le pavillon ghanéen est illégale, mais certaines entreprises chinoises contournent cette règle via des sociétés écrans ghanéennes.

Grâce à ses recherches, EJF affirme que la société chinoise Dalian Mengxin Ocean Fishery Company est le propriétaire final du MV Comforter 2 et qu'il fait partie de la flotte Meng Xin.

La flotte Meng Xin a également été liée à l'un des cas les plus notoires sur les eaux ghanéennes ces derniers temps - la disparition de l'observateur des pêches Emmanuel Essien.

Depuis 2018, le Ghana a nommé des observateurs des pêches à bord de tous les chalutiers industriels opérant sous le pavillon ghanéen. Leur travail consiste à collecter des données sur les activités de pêche et à signaler les pratiques illégales en mer.

Essien s'était fait un nom en tant qu'observateur dévoué et minutieux, mais cela lui a valu des problèmes. Il s'est battu avec un ressortissant chinois qui l'avait empêché de filmer un équipage rejetant illégalement du poisson en mer, raconte son frère James Essien.

Le rapport final d'Emmanuel à la Commission des pêches a été présenté le 24 juin 2019. Dans ce rapport - dont une copie a été fournie à la BBC - il décrit les activités de pêche illégale et déclare : "Je plaide humblement auprès de la police pour qu'elle approfondisse son enquête".

Le 5 juillet, Essien a disparu du chalutier Meng Xin 15.

James raconte que son frère a dîné avec le reste de l'équipage avant de retourner dans leur cabine pour dormir. Le lendemain matin, il était introuvable.

Plus de trois ans après, la famille n'a toujours pas de réponse. Une enquête de police n'a trouvé "aucun signe de violence ni rien d'incriminant".

"Je veux que la vérité éclate", déclare James en larmes à la BBC.

La Mengxin Ocean Fishery Company n'a pas pu être jointe pour un commentaire.

La disparition d'Essien est l'un des nombreux facteurs qui ont eu un effet refroidissant sur les observateurs des pêches du Ghana.

Les observateurs ghanéens qui ont parlé à la BBC expliquent comment une culture de la peur, de la corruption et de la négligence les poussent à accepter des pots-de-vin pour enterrer les preuves de pêche illégale et d'abus sur les navires chinois.

"La plupart de nos collègues acceptent de l'argent", déclare un observateur, qui a requis l'anonymat et que nous appellerons Daniel.

"Ils sont soudoyés et prennent de l'argent des Chinois et soumettent au ministère des rapports qui ne sont pas vrais."

Tous les observateurs interrogés disent que leurs salaires sont médiocres et qu'il faut souvent jusqu'à cinq mois pour être payé, ce qui signifie que les pots-de-vin des chefs d'équipe chinois et ghanéens sont nécessaires pour nourrir leurs familles.

"Si vous refusez le pot-de-vin, vous rentrez chez vous affamé", explique un autre observateur, que nous appellerons Samuel.

"La plupart de ces observateurs acceptent effectivement des pots-de-vin. C'est ce que nous faisons pour prendre soin de nos familles."

Certains se sentent trop effrayés pour rapporter la vérité.

"Parfois, ce qu'ils font, c'est jeter l'observateur dans l'eau - c'est déjà arrivé", dit Samuel. "À cause de la peur, nous ne signalons normalement pas ce genre de problèmes".

Un ancien observateur, qui a depuis quitté le Ghana, raconte à la BBC qu'il a été convoqué une fois dans le bureau d'un haut fonctionnaire du ministère de la pêche et du développement de l'aquaculture après avoir signalé des pratiques illégales en mer.

Il raconte que le fonctionnaire lui a demandé de présenter les preuves et qu'il les a ensuite supprimées de son téléphone. Mais il avait sauvegardé les preuves sur un ordinateur portable et a menacé de les publier sur les réseaux sociaux.

Il dit alors avoir commencé à recevoir des menaces.

À un moment donné, il était si nerveux qu'il ne voulait pas dormir chez lui, car les gens savaient où il vivait et il craignait d'être attaqué, voire pire.

Un jour, alors qu'il circulait à vélo près du port de pêche de Tema, une ville portuaire située à l'est de la capitale Accra, il raconte qu'un fonctionnaire ghanéen l'a repéré et a tenté de le percuter avec son véhicule.

"Il essayait de me renverser avec sa voiture au port de pêche. Je l'ai vu et j'ai sauté dans le caniveau... ce type était fou", dit-il.

Il a finalement décidé de quitter le secteur après avoir reçu des menaces de mort.

"Je suis devenu malheureux dans la vie parce que lorsque j'allais au port, tout le monde me regardait. Je ne pouvais pas trouver de travail. Je suis devenu un étranger, comme si j'étais une mauvaise personne. C'était si dur pour moi."

Il évite désormais le port lorsqu'il est de retour au Ghana.

"Les gens essaient de me menacer. Ces types sont très sérieux", dit-il.

Steve Trent, fondateur et directeur d'EJF, affirme que la forte concentration de propriétaires chinois au sein des flottes de chalutiers est un problème dans toute l'Afrique de l'Ouest, les accusant de souvent bafouer la loi.

Mais au Ghana, le problème est "particulièrement aigu", dit-il.

"Ces propriétaires chinois ont souvent placé un capitaine chinois à la tête des navires pour commander l'équipage, principalement ghanéen, et ce sont ces capitaines chinois qui sont à l'origine des abus", explique M. Trent. Il attribue ces abus aux propriétaires qui cherchent à "maximiser les profits et à minimiser les coûts".

Les enquêtes de la FEJ ont mis en évidence une corruption systémique "à pratiquement tous les niveaux, y compris les responsables de la pêche, la police et les officiers de la marine" chargés de faire respecter la réglementation, dit-il.

Bien que des progrès aient été réalisés en matière de pêche illégale au Ghana, M. Trent estime qu'il reste encore beaucoup à faire.

"Nous devons voir à éliminer les failles et les tromperies par lesquelles la propriété étrangère illégale, aujourd'hui concentrée chez les Chinois, est éliminée", dit-il.

Le gouvernement ghanéen n'a pas répondu aux multiples demandes de commentaires.

M. Kweku souhaite que le gouvernement permette aux pêcheurs de se syndiquer correctement, et affirme qu'un système doit être mis en place pour que les personnes soient sous contrat avant d'être envoyées travailler en mer.

Un mélange d'abus, de disparitions et de mauvais salaires a eu un impact durable sur sa santé mentale, et sur celle de beaucoup d'autres.

"Nous avons perdu beaucoup de pêcheurs en mer, mais rien n'est fait pour y remédier. Deux ou trois observateurs ont disparu", dit-il.

"Nous avons tous peur d'aller en mer mais il n'y a pas de travail à terre, alors il faut se forcer à y aller".

Source: www.camerounweb.com