1

Patrice Lumumba : pourquoi la Belgique rend-elle la dent en or d'un héros congolais ?

 125539408 Lumumbaportraitcloseup Une dent couronnée d'or est tout ce qui reste de Patrice Lumumba

Tue, 21 Jun 2022 Source: www.bbc.com

Une dent couronnée d'or est tout ce qui reste du héros de l'indépendance congolaise assassiné, Patrice Lumumba.

Abattu par un peloton d'exécution en 1961 avec le soutien tacite de l'ancienne puissance coloniale belge, son corps a ensuite été enterré dans une fosse peu profonde, déterré, transporté sur 200 km, enterré à nouveau, exhumé, puis découpé en morceaux et finalement dissous dans de l'acide.

Le commissaire de police belge Gérard Soete, qui a supervisé et participé à la destruction des restes, a pris la dent, comme il l'a admis par la suite.

Il a également parlé d'une deuxième dent et de deux doigts du cadavre, mais ceux-ci n'ont pas été retrouvés.

La dent a maintenant été rendue à la famille lors d'une cérémonie à Bruxelles.

L'impulsion de Soete d'empocher les parties du corps fait écho au comportement des fonctionnaires coloniaux européens qui, au fil des décennies, ont ramené des dépouilles chez eux en guise de souvenirs macabres.

Mais il s'agissait aussi d'une ultime humiliation pour un homme que la Belgique considérait comme un ennemi. Soete, apparaissant dans un documentaire en 1999, a décrit la dent et les doigts qu'il a pris comme "une sorte de trophée de chasse". Ce langage suggère que pour le policier belge, Lumumba - qui était vénéré sur tout le continent comme une voix majeure de la libération africaine - était moins qu'humain.

Pour la fille de Lumumba, Juliana, la question est de savoir si les auteurs du crime étaient humains.

"Quelle quantité de haine faut-il avoir pour faire cela ?" demande-t-elle.

"Cela rappelle ce qui s'est passé avec les nazis, prendre des morceaux de personnes - et c'est un crime contre l'humanité", a-t-elle déclaré à la BBC.


Lumumba s'était hissé au rang de Premier ministre à l'âge de 34 ans. Élu dans les derniers jours du régime colonial, il dirigeait le cabinet de la nation nouvellement indépendante.

En juin 1960, lors de la passation de pouvoir, le roi belge Baudouin fait l'éloge de l'administration coloniale et parle de son ancêtre, Léopold II, comme du "civilisateur" du pays.

Il ne mentionne pas les millions de personnes qui sont mortes ou ont été brutalisées sous son règne, lorsqu'il a fait de ce qui s'appelait alors l'État libre du Congo sa propriété personnelle.

Cette incapacité à reconnaître le passé laissait présager des années de déni de la part de la Belgique, dont elle commence seulement à se rendre compte aujourd'hui.

Lumumba n'était pas aussi réticent.

Dans un discours qui n'était pas prévu au programme officiel, le Premier ministre a parlé de la violence et de la dégradation que les Congolais avaient subies. Dans une rhétorique dévastatrice, interrompue par des salves d'applaudissements et une ovation debout lorsqu'il conclut, il décrit "l'esclavage humiliant qui nous a été imposé par la force".

Les Belges sont stupéfaits, selon l'universitaire Ludo De Witte, qui a écrit un récit inédit de l'assassinat.

Jamais auparavant un Africain noir n'avait osé parler ainsi devant des Européens. Le Premier ministre, qui, selon Ludo De Witte, avait été décrit comme un voleur analphabète dans la presse belge, était considéré comme ayant humilié le roi et d'autres responsables belges.

Certains ont dit qu'avec son discours, Lumumba avait signé son propre arrêt de mort, mais son assassinat l'année suivante était également lié aux manœuvres de la guerre froide et au désir des Belges de garder le contrôle.

Les Américains ont également comploté sa mort en raison d'un possible pivot vers l'Union soviétique et de son anticolonialisme intransigeant, tandis qu'un fonctionnaire britannique a rédigé un mémo suggérant que son assassinat était une option.

Néanmoins, il semblait y avoir un élément personnel dans la façon dont Lumumba a été vilipendé et poursuivi.

La destruction totale du corps, ainsi qu'une façon de se débarrasser des preuves, semble être un effort pour effacer Lumumba de la mémoire. Il n'y aurait pas de mémorial, ce qui rendrait presque possible de nier son existence. Il n'était pas suffisant de l'enterrer.

Mais on se souvient encore de lui

Notamment par sa fille Juliana, qui a été l'un des principaux acteurs de la campagne pour le retour de la dent et qui s'est rendue à Bruxelles pour la recevoir.

Elle laisse échapper un petit rire chaleureux en évoquant ses souvenirs d'enfance. En tant que plus jeune et seule fille de la famille, elle dit avoir été très proche de son père.

Mme Lumumba avait "moins de cinq ans" lorsqu'il est devenu Premier ministre. Elle se souvient d'avoir été autorisée à aller dans son bureau, "simplement assise et regardant mon père quand il travaillait. Pour moi, c'était mon père".

Mais elle reconnaît que son père "appartient au pays, parce qu'il est mort pour le Congo... et pour ses propres valeurs et convictions de la dignité de la personne africaine".

Elle reconnaît que la remise de la dent en Belgique et son retour en République démocratique du Congo sont symboliques "parce que ce qui reste n'est pas vraiment suffisant. Mais il faut qu'il revienne dans son pays où son sang a été versé".

La dent sera transportée à travers le vaste pays avant d'être enterrée dans la capitale.

Pendant des années, cependant, la famille Lumumba n'a pas su exactement ce qui était arrivé à leur père, le silence officiel entourant les circonstances de sa mort.

Le parcours de Lumumba, de Premier ministre à victime d'un assassinat, a duré moins de sept mois.

Peu après l'indépendance, le pays a été frappé par une crise sécessionniste, la province du Katanga, située dans le sud-est du pays et riche en minéraux, ayant déclaré qu'elle se séparait du reste du pays.

Dans le chaos politique qui s'ensuivit, des troupes belges furent envoyées au motif qu'elles protégeraient les ressortissants belges, mais elles contribuèrent également à soutenir l'administration katangaise, qui était considérée comme plus sympathique.

Lumumba lui-même a été démis de ses fonctions de premier ministre par le président et un peu plus d'une semaine plus tard, le chef d'état-major de l'armée, le colonel Joseph Mobutu, a pris le pouvoir.

Lumumba est alors placé en résidence surveillée, s'échappe et est à nouveau arrêté en décembre 1960, avant d'être détenu dans l'ouest du pays.

Sa présence dans cette région est considérée comme une source possible d'instabilité et le gouvernement belge encourage son transfert au Katanga.

Pendant le vol du 16 janvier 1961, il a été agressé. Il a également été battu à son arrivée alors que les dirigeants katangais se demandaient ce qu'ils allaient faire de lui.

'Il ne reste aucune trace'

Il a finalement été décidé qu'il ferait face à un peloton d'exécution et le 17 janvier, il a été abattu, ainsi que deux alliés.

C'est alors que le commissaire de police Soete est intervenu. Se rendant compte que les corps pouvaient être découverts, il a décidé "de les faire disparaître une fois pour toutes ! Il ne doit rester aucune trace", selon un témoignage cité dans le livre de De Witte, The Assassination of Lumumba.

Armé de scies, d'acide sulfurique, de masques et de whisky, Soete a alors dirigé une équipe chargée de déplacer, détruire et éliminer les restes. Un processus qu'il décrira plus tard comme un voyage "dans les profondeurs de l'enfer".

Mais ce n'est que près de 40 ans plus tard, en 1999, qu'il a reconnu publiquement qu'il était impliqué et qu'il avait toujours une dent en sa possession. Il a dit s'être débarrassé des autres parties du corps qu'il avait prises.

Mme Lumumba soupire profondément lorsqu'elle se rappelle avoir entendu dire qu'une partie de son père existait toujours.

"Vous pouvez comprendre ce que j'ai ressenti à ce sujet", dit-elle, la voix pleine d'émotion.

On ne sait pas ce que Soete a fait de la dent lorsqu'elle était en sa possession. Une photo la montre dans une boîte rembourrée, mais on ne sait pas si elle était exposée.

Mais elle est restée dans sa famille.

Elle a refait surface en 2016 lorsque la fille de Soete, Godelieve, a accordé une interview au magazine belge Humo, publiée juste avant le 55e anniversaire de l'assassinat de Lumumba.


Elle a parlé de son "pauvre papa" qui devait souffrir en sachant ce qu'il avait fait. Mme Soete pense également que sa famille devrait recevoir des excuses pour l'ordre que les autorités belges ont donné à son père.

Elle a expliqué qu'il avait conservé des archives privées et qu'après sa mort, en 2000, beaucoup de choses ont été jetées, mais qu'elle "a pu sauver des choses intéressantes".

Parmi ces choses figurait la dent qu'elle a sortie pour la montrer à l'intervieweur et au photographe.

Elle a ensuite été saisie par la police belge après que De Witte a porté plainte et, après une bataille juridique de quatre ans, un tribunal a décidé qu'elle devait être restituée à la famille Lumumba.

Dans le cadre de la campagne visant à le récupérer, Mme Lumumba a écrit une lettre ouverte émouvante et poétique au roi Philippe.

"Pourquoi, après son terrible assassinat, la dépouille de Lumumba a-t-elle été condamnée à rester une âme à jamais errante, sans tombe pour abriter son repos éternel ?" a-t-elle demandé.

Avec le retour de la dent, l'ancien Premier ministre aura une dernière demeure dans un mausolée spécial dans la capitale, Kinshasa. "C'est ce que nous faisons habituellement dans notre culture, nous aimons enterrer nos morts", a déclaré l'historien congolais et ambassadeur du pays auprès des Nations unies, Georges Nzongola-Ntalaja.

"C'est un réconfort pour la famille et le peuple congolais, car Lumumba est notre héros et nous aimerions lui donner une sépulture décente."

Malgré l'enterrement, il est toujours nécessaire de faire face au passé.

Le livre de De Witte, qui a brisé des années de silence officiel, a conduit à la création en 1999 d'une enquête parlementaire chargée de déterminer "les circonstances exactes de l'assassinat... et l'implication éventuelle d'hommes politiques belges".

Dans ses conclusions, deux ans plus tard, elle écrit que "les normes du politiquement correct international étaient différentes" dans les années 1960. Néanmoins, bien qu'elle n'ait pas découvert de document ordonnant le meurtre de Lumumba, l'enquête a conclu que certains membres du gouvernement "étaient moralement responsables des circonstances ayant conduit à la mort".

'Nécessité de connaître notre passé'

Le ministre belge des Affaires étrangères de l'époque, Louis Michel, avait alors exprimé ses "excuses" et ses regrets "profonds et sincères" à la famille Lumumba et au peuple congolais.

Le professeur Nzongola-Ntalaja, qui s'est adressé à la BBC à titre personnel, ne pense pas que la Belgique ait pleinement accepté son rôle dans cet assassinat. "La Belgique refuse d'assumer la responsabilité de quelque chose dont elle sait qu'elle l'a fait - ce n'est donc pas totalement satisfaisant", a-t-il déclaré.

Les procureurs belges traitent le meurtre comme un crime de guerre, mais dix des douze suspects identifiés sont morts et, dix ans après, l'enquête avance très lentement.

La remise de la dent sera un élément supplémentaire dans le processus de réconciliation entre la Belgique et la RD Congo au sujet de l'époque coloniale et de la mort de Lumumba.

"C'est une étape - et nous devons aller plus loin", déclare sa fille.

Mais elle affirme également qu'il faut faire la part des choses du côté congolais, car certains de ses compatriotes ont également été impliqués dans la mort de son père.

"Nous devons accepter notre histoire - les bons et les mauvais côtés de celle-ci".

Et dans une envolée digne de l'ancien Premier ministre, elle affirme que "nous devons connaître notre passé, pour construire notre avenir et vivre dans le présent".

L'enterrement de la dent - prévu pour coïncider avec le 61e anniversaire du célèbre discours prononcé par Lumumba le jour de l'indépendance - sera l'occasion de revisiter ce passé.

Source: www.bbc.com