0
Africa News Thu, 22 Jul 2021

RCA : une dizaine de personnes tués dans une attaque à Bossangoa

• Une attaque a été perpétrée en RCA dans une mine.

• Les auteurs de l'attaque seraient des mercenaires russes.

• Le bilan fait état de 10 morts et provoque des remous dans l'opinion.


Le mercredi matin, une dizaine de personnes travaillant dans une mine sur un chantier d’extraction d’or à Bossangoa ont été exécutées par des hommes armés, toujours en fuite. Le drame s’est produit dans la localité de Bossangoa située au Nord de Bangui, la capitale de la Centrafrique.

Un triste bilan

Le bilan provisoire de cette attaque fat état de 10 morts. Selon les informations données par le site en ligne Corbeaunews, les auteurs de ce forfait seraient "des mercenaires russes". "Toutes les victimes seraient des artisans miniers qui travaillent sur un chantier de l’or. Ce sont des civils, reconnaissent les habitants de Bossangoa. Ils n’ont rien à voir avec les groupes armés… On ignore les raisons de cette nouvelle intervention armée, mais tout porte à croire que ces mercenaires réagissent exactement comme leurs collègues de Bria qui avaient lancé un ultimatum aux jeunes de la localité de ne plus se hasarder à se rendre sur un chantier minier ou exercer une activité liée à l’extraction de l’or ou de diamant", rapporte le journal. Plus tard, des informations ont précisé le bilan à 12 morts

Les remous soulevés

L’opposant Martin Ziguele a plaidé pour que les auteurs de ce crime soit traduits en justice. "Quels qu'en soient les auteurs, cet acte est inqualifiable et inacceptable. La justice doit se saisir en toute urgence de cette affaire qui ne saurait rester impunie", a souligné l’opposant centrafricain.

Dans une déclaration à l’agence Anadolu, le porte-parole du groupe de travail de la société civile centrafricaine, Paul-Crescent Beninga, a souligné qu’"il est inadmissible que les populations civiles soient lâchement abattues par ceux qui ont reçu mandat de les protéger". D’après Beninga, "les bavures des forces russes sont de plus en plus récurrentes et inadmissibles. Nous aider à libérer et pacifier le pays ne leur donne pas le droit de vie et de mort sur les populations civiles. En parler ne fait pas de nous l’ennemi de la République".

Dans un tweet similaire, ce jeudi, Christian Gazam Betty, ancien diplomate centrafricain et principal conseiller en communication du leader de l’opposition politique Anicet Georges Dologuele, a condamné "avec fermeté cette tuerie" et a appelé le gouvernement centrafricain à "réagir et rendre justice aux familles des victimes".

Plusieurs heures après ce massacre, le gouvernement centrafricain ainsi que l’ambassade de la Fédération de la Russie en Centrafrique gardent toujours le silence. Située à 280 km au nord de Bangui, la capitale, Bossangoa est le fief de l’ex-président François Bozizé.
Source: www.camerounweb.com