0

Tchad: une manifestation des retraités violemment réprimée par la police

Retraites Tchad Camerounweb Tout a commencé par une rencontre entre les retraités, au sein de leur Caisse.

Thu, 22 Jul 2021 Source: www.camerounweb.com

• Les retraités s'inquiètent pout leurs pensions et manifestent.

• Cette manifestation est réprimée par la Police.

• Cette situation risque de créer un climat délétère.


Les retraités ont barricadé, ce mercredi, 21 juillet, la grande voie qui passe devant leur Caisse, pour revendiquer le paiement de leurs pensions. Au Tchad, l'image des personnes âgées évanouis et suffocants ne passe pas dans l'opinion publique.

Que s'est-il passé?

Tout a commencé par une rencontre entre les retraités, au sein de leur Caisse. C’était une rencontre convoquée par le président du Comité de crise des retraités, Blagué Jean Ngaba. L’objet de cette rencontre, "une communication très importante", selon les termes du communiqué du Comité de crise des retraités.

Les retraités se sont donc empressés de répondre présents et en masse à cette réunion de gestion de crise. Après des échanges houleux entre eux-mêmes, la base a exigé la présence du directeur de la CNRT, Laring Baou, pour avoir des explications sûres et crédibles, concernant le retard dans le paiement de leurs pensions. Mais cette exigence était vaine. Finalement, c’est Blagué, accompagné de quelques retraités qui sont allés voir le directeur de la Caisse.

Une manifestation violemment reprimée

A leur retour, au vu de la réponse insatisfaisante, les retraités ont décidé d’une seule voix de barricader la grande rue qui passe devant leur Caisse, bloquant toute circulation des deux côtés du goudron. Des véhicules du Groupement mobile d’intervention de la Police (GMIP) ont fait irruption. Les négociations sont engagées entre leurs chefs et les retraités mécontents. Ces négociations ont produit un résultat éphémère, même si elles ont quand-même permis de libérer la rue pour quelques minutes. Mais par la suite, des hostilités ont repris, ce qui a provoqués des tirs de gaz lacrymogène de la part des forces de sécurité. Conséquences : des personnes âgées évanouies et un jeune garçon a perdu son œil droit.

Source: www.camerounweb.com