0
MenuAfrique
BBC

Alimentation : l’importance de retracer le parcours du café congolais

 124001843 Opensc17mai2021 1655 1 Dragged Alimentation : l’importance de retracer le parcours du café congolais

Sat, 9 Apr 2022 Source: www.bbc.com

"Mes parents étaient des producteurs de café, je suis un producteur de café, je sais comment manipuler le café depuis ma naissance", déclare Faustin Mulomba, originaire de Bweremana, dans l'ouest de la République démocratique du Congo (RDC).

M. Mulomba a passé la majeure partie de sa vie à travailler dans la culture du café, mais l'année dernière, il a été chargé d'une station de lavage du café pour la coopérative AMKA, un groupe de plus de 2 000 agriculteurs près du lac Kivu.

Dans cette station, les grains de café provenant d'exploitations de la région sont débarrassés de leur peau et de leur pulpe. Ils sont lavés, triés et séchés, avant d'être envoyés en ville pour un traitement ultérieur.

Jusqu'à 120 000 kg de cerises de café passent par sa station en un an, ce qui représente un peu moins d'un conteneur plein de grains de café verts.

Bien que la famille de M. Mulomba ait une longue histoire dans la production de café, l'introduction de nouvelles technologies a changé sa façon de voir les choses.

Désormais, lorsque les grains de sa coopérative sont vendus à Nespresso, l'entreprise utilise des méthodes sophistiquées de capture et de stockage des données - y compris la technologie blockchain - pour suivre les grains tout au long de leur parcours de la ferme au client.

La blockchain est un registre numérique, ou journal, des transactions. Les informations sont distribuées et stockées parmi un réseau d'utilisateurs. L'idée derrière l'utilisation du grand livre est de rendre les informations faciles à vérifier, mais difficiles à manipuler.

En pratique, M. Mulomba utilise une simple application pour smartphone afin de scanner des codes QR qui lui donnent des informations sur un sac de café particulier, comme le poids et les données de dépulpage.

Pour M. Mulomba, la nouvelle technologie signifie qu'il peut voir combien de café a été produit dans la coopérative, où se trouve le café et s'il a été manipulé correctement.

"C'est un bon outil car [...] il nous permet de mesurer, ou d'avoir toutes les quantités fournies à la coopérative en temps réel", dit-il.

Nespresso s'est associé à une start-up australienne, OpenSC, une entreprise technologique spécialisée dans la traçabilité alimentaire. OpenSC a également travaillé avec Austral Fisheries, en utilisant les données du système de positionnement global (GPS) et des capteurs sur les bateaux de pêche, pour s'assurer que les navires ne pêchent pas dans les zones marines protégées.

Markus Mutz, directeur général et cofondateur, estime que ce système est meilleur que l'alternative, à savoir les contrôles manuels ponctuels effectués par des fonctionnaires.

"Pourquoi tracer un objet [en premier lieu] s'il n'y a pas quelque chose dont on peut être fier ou qui a de la valeur", explique-t-il.

Conserver des données en continu depuis la source de production peut contribuer à améliorer l'ensemble du processus de production - en prévenant les pertes et les mauvaises pratiques.

Mais un tel traçage n'est pas sans poser de problèmes. Comme tout processus nécessitant une base de données, la qualité des informations introduites est essentielle à sa réussite. Par exemple, en RD Congo, lorsque le café est récolté la nuit, il peut y avoir des problèmes de connexion et des retards dans la saisie des données.

Arisbe Mendoza, directrice de l'impact mondial de Fairtrade International, explique que la technologie de traçage offre des possibilités de contrôle et de soutien du traitement et de la rémunération équitables des travailleurs tout au long de la chaîne d'approvisionnement.

L'organisation souhaiterait voir davantage de traçabilité dans le commerce international.

Pourtant, elle se fait l'écho des préoccupations de M. Mulomba, Mme Mendoza déclare : "D'après mon expérience, pour certaines des initiatives que nous avons prises dans le système, la technologie n'est pas le problème, c'est le renforcement des capacités que nous devons faire pour garantir que les producteurs et toutes les personnes de la chaîne d'approvisionnement qui utiliseront ces outils, les comprennent et sont capables de les utiliser pleinement".

Selon elle, les producteurs et les agriculteurs doivent pouvoir accéder et utiliser pleinement les données de la chaîne d'approvisionnement pour négocier les prix, prouver leur conformité et accéder aux marchés. Mais souvent, ce n'est pas le cas, ou les droits sur les données ne sont pas clairs.

"Les producteurs peuvent avoir accès aux informations, mais pas nécessairement les droits sur celles-ci. Nous devons nous assurer qu'ils possèdent les données, puis qu'ils peuvent également les utiliser comme ils le souhaitent."

Sara Eckhouse, directrice exécutive de FoodShot Global, une plateforme d'investissement dans le système alimentaire, affirme que le fait de ne pas pouvoir tracer les aliments alimente la méfiance des consommateurs et peut même perpétuer les mauvaises pratiques de travail, ou le manque de durabilité.

Toutefois, elle craint que les coûts et les difficultés logistiques liés à la traçabilité ne finissent par être répercutés sur les producteurs. Elle met également en garde contre le fait que l'ajout d'un marketing autour de la traçabilité aux produits pourrait être plus déroutant qu'utile pour les acheteurs, qui sont déjà confrontés à une variété de labels prétendument durables.

"Si chaque entreprise a ses propres normes à vérifier, et s'il n'y a pas de norme uniforme ou d'attente que tout le monde respecte un minimum, vous pouvez toujours avoir des entreprises qui font des déclarations telles que "durable vérifié par blockchain", mais qu'est-ce que cela signifie réellement ?"


Plus de technologie des affaires :


Shalini Unnikrishnan, est directrice générale et partenaire du Boston Consulting Group (BCG), qui soutient divers projets de traçabilité des aliments, notamment chez OpenSC.

Selon elle, les consommateurs sont de plus en plus disposés à changer leurs habitudes d'achat de produits alimentaires pour des produits plus durables, y compris en payant plus cher pour certains articles.

Mme Unnikrishnan ajoute que si, dans le secteur de l'agriculture dite "numérique", de nombreuses petites entreprises et pilotes passionnants voient le jour, des cadres politiques sont nécessaires pour faire évoluer ces entreprises.

"Je pense que les normes réglementaires sont vraiment fondamentales pour s'assurer que les changements qui se produisent, se produisent à l'échelle", dit-elle, car elles fournissent aux entreprises, aux agriculteurs et aux acheteurs "un signal de ce qui est requis et un cadre pour les normes."

Alors, qu'en pensent les clients ?

Thomas Kunze, consultant en gestion allemand, est un amateur de café qui aime acheter des grains de café locaux lors de ses voyages internationaux. Il attache de l'importance à la qualité et à l'approvisionnement dans des endroits intéressants. Il a récemment acheté des dosettes de café en édition limitée qui affichent l'outil de traçabilité.

Lorsque M. Kunze scanne le code QR de l'emballage, il voit de quelle région, ou coopérative, provient son café, y compris les profils de certains des agriculteurs et s'ils ont été payés pour leur production.

"C'est intéressant mais pas important", dit-il à propos de la visualisation du parcours de son breuvage. "La traçabilité est agréable à voir mais, comme je ne sais rien des différents lieux, j'aurais besoin de plus d'informations sur les étapes et les lieux."

De retour en RD Congo, M. Mulomba invite joyeusement les buveurs de café à lui rendre visite. "Il est très important que les consommateurs nous rendent visite, [alors] ils connaîtront peut-être notre réalité sur le terrain."

Source: www.bbc.com