0
MenuAfrique
BBC

Avortement : les méthodes trompeuses qui circulent en ligne

 124722596 Gettyimages 185039522 Les méthodes trompeuses qui circulent en ligne

Wed, 18 May 2022 Source: www.bbc.com

Missy est l'une des quelque 90 millions de femmes en âge de procréer qui vivent dans un pays où l'avortement est totalement interdit. Ne pouvant se permettre d'acheter des pilules pour avorter au marché noir aux Philippines, où elle vit, elle s'est rendue sur Internet à la recherche de conseils de santé - mais elle est tombée sur un déluge d'informations erronées, vantant des pilules non réglementées et des remèdes maison inefficaces.

Après avoir fait des recherches sur Google et dans des groupes Facebook, Missy a décidé d'essayer une série de méthodes, dont l'insertion de feuilles de goyave dans l'organisme, le café fort et des extraits de la plante aloe vera. Il n'existe aucune preuve scientifique que l'une de ces méthodes soit efficace ou sûre pour interrompre une grossesse.

"Après une semaine d'utilisation de ces remèdes maison, il ne s'est toujours rien passé", raconte Missy. "Cela a juste provoqué des maux d'estomac et de tête".

A lire aussi :

  • Protocole de Maputo, près de 20 ans après où en est-t-on?
  • 6 questions pour comprendre le débat sur la légalisation de l'avortement au Bénin
  • La veuve de TB Joshua et la bataille pour le contrôle de son église

Des conseils inexacts sur les remèdes maison

Le Center for Countering Digital Hate (CCDH), un groupe de campagne, a constaté que dans 48 pays, si vous tapez "comment avorter", la fonction d'auto-complétion de Google suggère une variété de remèdes maison inefficaces, comme l'utilisation d'œufs crus ou d'eau salée. Une fois encore, rien ne prouve que ces remèdes peuvent être utilisés pour provoquer un avortement.

Google reconnaît que ses systèmes ne permettent pas de repérer toutes les prédictions potentiellement dangereuses, mais affirme que lorsqu'elles sont signalées, les équipes chargées de l'application de la loi les examinent et les suppriment.

Ces suggestions de recherche sont présentes sur tous les continents, dans des pays tels que l'Afrique du Sud, le Kenya, l'Inde, les Philippines, la Pologne, l'Ukraine, l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Des publicités authentiques bloquées

Entre-temps, plusieurs fournisseurs de services d'avortement qui proposent des informations exactes en ligne ont déclaré à la BBC que leur matériel était régulièrement bloqué sans explication.

L'un des plus grands services d'avortement au monde, MSI Reproductive Choices (anciennement Marie Stopes), a vu ses chaînes YouTube suspendues pendant des semaines et ses publicités Google et Facebook bloquées à plusieurs reprises. Google, propriétaire de YouTube, affirme qu'il s'agissait d'une erreur et que la chaîne a été rétablie.

La Fédération internationale pour la planification familiale (IPPF), qui représente des prestataires de services dans 146 pays, affirme que la moitié environ de ses publicités sur Facebook et Google sont rejetées.

Plusieurs organisations aidant les gens à accéder à la pilule pour avorter, dont Women On Web qui travaille dans 200 pays, ont partagé des preuves du blocage de leurs publicités et de leurs comptes sur plusieurs plateformes.

Google affirme disposer de règles claires concernant les annonces liées à l'avortement, dont certaines sont déterminées par les lois et réglementations locales.

Facebook affirme avoir rétabli un petit nombre d'annonces qui avaient été rejetées à tort.

En ce qui concerne les annonces qui apparaissent en tête des listes de recherche, Google affirme que cela dépend non seulement des frais publicitaires qui leur sont versés, mais aussi de la "pertinence" et de la "qualité globale".

Mais cette concurrence sur les prix crée une "guerre de budgets", selon Whitney Chinogwenya de MSI Afrique du Sud, car les cliniques d'avortement réglementées se retrouvent en concurrence avec les cliniques anti-avortement ou les fournisseurs de pilules non réglementés pour l'espace publicitaire.

MSI voit les publicités de ces sites non réglementés apparaître plus haut dans les résultats de recherche Google que son propre site.

Automédication et pilules non réglementées

Missy est loin d'être la seule à chercher à s'automédicamenter pour provoquer un avortement.

MSI Reproductive Choices affirme qu'il surveille constamment les groupes de discussion en ligne où les gens échangent des remèdes maison et des endroits où acheter des pilules non réglementées.

La BBC a vu des témoignages sur plusieurs groupes Facebook de femmes qui cherchaient des remèdes maison en désespoir de cause, qui revenaient quelques jours plus tard alors qu'ils n'avaient pas fonctionné, et qui cherchaient ensuite des pilules non réglementées.

  • Je ne savais pas que le retrait non consensuel du préservatif était un viol - jusqu'à ce que cela m'arrive
Mara Clarke, fondatrice de l'organisation caritative Abortion Support Network, explique que ces pilules - qui sont souvent des médicaments authentiques, mais pas nécessairement dans le bon ordre ou en bonne quantité - sont parfois la seule option pour les femmes.

"Le misoprostol [l'un des deux médicaments utilisés pour un avortement médicamenteux] est bon marché, il en coûterait donc probablement plus cher à quelqu'un d'envoyer de fausses pilules".

Mais ce qui est plus préoccupant, c'est qu'il faut les deux médicaments - l'autre étant la mifépristone - et qu'ils doivent être administrés de la manière correcte et médicalement approuvée pour être efficaces.

Le site qui en fait la publicité peut aussi être une escroquerie, "juste pour vous voler votre argent", et ne jamais envoyer de médicaments, explique Mme Clarke.

Certaines des femmes de ces groupes disent vivre dans des pays où l'avortement est illégal et peuvent penser que c'est leur seule option - mais d'autres sont basées dans des pays où l'avortement et la publicité pour les pilules abortives sont légaux, notamment en Afrique du Sud.

"Légal, oui, mais toujours très stigmatisé", déclare Mme Chinogwenya de MSI.

"Lorsque vous regardez les établissements qui sont censés fournir des services d'avortement... vous ne trouverez pas facilement des informations.

"Le problème est l'accès, pas seulement l'accès aux services mais aussi l'accès à l'information".

Les cliniques sur Internet ont été un moyen efficace de "briser les barrières à l'avortement", selon Venny Ala-Siurua de Women On Web, permettant à l'organisation caritative de donner accès à des personnes qui, autrement, ne pourraient pas se procurer la pilule abortive.

Autres remèdes fallacieux contre l'avortement

Les mythes et les mauvais conseils sur la santé génésique sont loin d'être un phénomène nouveau en ligne.

Abigal Sambo, une adolescente de Lusaka, en Zambie, qui se porte volontaire pour informer ses camarades sur la santé sexuelle, dit connaître des personnes qui ont essayé des remèdes allant des feuilles de manioc insérées par voie vaginale au Coca-Cola bouilli.

  • Le monde secret des confessions en ligne
  • Des femmes célèbres s'élèvent contre les abus en ligne
Elle travaille avec la Youth Development Foundation pour donner aux gens des informations sur la façon dont ils peuvent accéder à la contraception et à l'avortement, qui est légal dans le pays.

Ces jeunes femmes n'ont pas d'accès régulier à l'internet. Elles reçoivent plutôt des conseils de leurs grands-mères et d'autres membres de la communauté.

La différence en ligne réside dans la rapidité avec laquelle les informations peuvent être diffusées - ou placées en avant les gens par le biais de publicités payantes - et atteindre des personnes qui ne les auraient pas vues autrement.

Pour Mme Ala-Siura, la technologie est devenue une arme à double tranchant, les entreprises technologiques agissant comme des "gardiens" qui déterminent quelles informations sont transmises.

Source: www.bbc.com